Le Stade des Chromebook Début 2017: 2 Experts en Parlent

Où en sont les chromebook en ce début d’année 2017 ? Voilà la question à laquelle je voulais obtenir une réponse claire et nette avant de rédiger cet article.

Nous sommes beaucoup à l’observer : les chromebook gagnent du terrain. Lentement mais sûrement, ils deviennent de plus en plus connus en Europe francophone.

Malgré ça, ils peinent terriblement à sortir du marché de niche. J’ai encore eu l’occasion de le remarquer hier quand j’ai tenté d’expliquer à deux personnes sans aucun intérêt pour la technologie sur quel sujet portait mon site.

L’ironie dans tout ça, c’est que c’est justement le marché des personnes à l’utilisation très basique d’un ordinateur que les chromebook sont censés toucher.

C’est pour eux que le chromebook est absolument parfait. C’est pour eux qu’il a été conçu. Ceux qui pensent que le binaire est une une ancienne langue grecque. Ceux qui ne se rendent pas compte que si leur ordinateur portable est lent à mourir, c’est à cause des 50 programmes inutiles qu’ils ont installé car ils n’ont pas décoché des cases lors de l’installation d’autres logiciels.

Si vous ne l’avez pas encore lu, je vous recommande de lire mon précédent article “Pourquoi personne n’achète de chromebook en Europe” qui aborde déjà ce sujet crucial de la popularisation des chromebook.

Pour le reste, voyons donc où en sont les chromebook dans le monde en ce début 2017.

Aux USA

Aux États-Unis, les chromebook sont désormais extrêmement populaires.

Tout d’abord introduits par le marché de l’éducation, où ils ont écrasé leur concurrence, ces appareils font désormais partie de la culture générale des américains.

Appréciés par les utilisateurs basiques pour leur bas prix et leur simplicité, ils ont également gagné le coeur d’un autre groupe d’utilisateur : les tech-savy.

En effet, beaucoup d’américains ayant de l’intérêt pour la technologie voient tout le potentiel des chromebook, surtout depuis l’arrivée du Play Store.

Autrefois uniquement utiles pour la navigation web, les chromebook ont désormais la capacité de devenir des machines sur lesquelles on peut presque tout faire comme sur un Mac ou un pc Windows.

De plus, la sortie récente du Samsung Chromebook Plus et Pro n’a pas manqué de faire les gros titres sur d’énormes sites de technologie comme The Verge ou Techcrunch.

Ainsi, les chromebook qui autrefois étaient uniquement tournés vers le marché de l’éducation et l’entrée de gamme, s’étendent maintenant vers le milieu et le haut de gamme. D’autant que l’offre est alléchante, car le rapport qualité/prix exceptionnel de ces appareils perdure hors de l’entrée de gamme.

En Europe francophone

Sur notre cher continent européen et dans les régions francophones, le constat est nettement différent. Les chromebook sont très loins de faire partie de la culture générale et leur adoption est ridiculement maigre.

Cependant, les courbes vont dans la bonne direction et l’intérêt grandit lentement mais sûrement. Ayant créé Chromebookeur il y a maintenant 9 mois, j’ai pu observer ces derniers temps une nette augmentation des requêtes sur le sujet des chromebook.

J’ai chaque jour l’occasion de répondre à plusieurs commentaires laissés sur mes articles ainsi qu’aux mails qui me sont envoyés. Très souvent, ce sont des personnes qui viennent d’être introduites aux chromebook et qui cherchent à s’informer sur ces curieux ordinateurs portables.

Les ventes ne cessent également d’augmenter. En parcourant la section chromebook de l’Amazon francophone, on peut y observer que beaucoup d’avis positifs sont laissés sur les différents modèles présents. En comparant les dates auxquelles les avis sont laissés, on peut également remarquer que la plupart sont assez récents, ce qui montre une évolution positive dans le temps.

Ce qui est peut-être le plus dommage vis-à-vis de la présence des chromebook en Europe francophone, c’est au niveau de l’éducation.

Dans un monde toujours plus connecté, il est crucial pour les enfants d’apprendre à utiliser des outils informatiques dès le plus jeune âge.

Étant moi-même étudiant dans le supérieur, je suis choqué par le faible nombre de mes collègues qui viennent en cours avec un ordinateur portable. Combiné au cloud et à des outils comme Google Docs, un ordinateur portable est un outil de travail et d’étude extrêmement puissant qui rend la prise de note sur papier désuète.

Je suis d’autant plus choqué que dans de nombreuses écoles secondaires, du moins en Belgique francophone, la technologie est souvent considérée comme un frein à l’éducation plutôt qu’un outil précieux. À mon ancienne école secondaire par exemple, les smartphone sont interdits et la prise de note se fait exclusivement sur papier.

Bref, autant dire que ce n’est pas en ayant peur de la technologie que le système éducatif de l’Europe francophone va former les meilleurs développeurs et infographistes du monde.

Pour observer où ces développeurs et infographistes de talent vont apparaître, il faut probablement jeter un oeil aux pays nordique comme la Suède qui a récemment fait des chromebook son numéro 1 de l’éducation.

Le constat est simple : soit on accepte la digitalisation dans le domaine de l’éducation et on le prend comme une opportunité soit on ne le fait pas. Dans un cas on gagne, dans l’autre on perd.

Que pensent des experts de l’évolution des chromebook en Europe ?

Pour m’aider à cerner le mieux possible le stade des chromebook en Europe ce début 2017, j’ai demandé à des experts de donner leur avis sur la question.

Je leur ai donc posé cette question : “Que penses-tu de l’évolution des chromebook sur le marché Européen ces derniers mois ?” et voici leur réponse.

1 – Philippe Soubeyrand : Associé chez GoWizYou

“Au niveau européen, il semble que dans le sillage des Etats-Unis le marché ait commencé ces derniers mois à décoller de manière significative au Royaume Uni et dans plusieurs pays du nord de l’Europe (notamment en Suède sur le marché de l’Éducation).

En France et dans les autres pays francophones le marché est encore très loin d’être mature et les Chromebook restent globalement méconnus du grand public et des professionnels. La raison principale est évidente : l’offre est quasiment invisible étant donné que ni Google ni les fabricants ne communiquent dessus.

Pour autant, nous constatons actuellement chez GoWizYou un intérêt croissant sur l’offre Chromebook et plus largement sur les Chrome devices de la part de nos clients, établissements scolaires, collectivités et entreprises que nous accompagnons sur le déploiement des solutions collaboratives de Google.

L’arrivée prochaine du Play Store sur la quasi totalité des modèles disponibles sur le marché et la sortie de nombreux nouveaux produits vont également très certainement contribuer à dynamiser ce marché.

Cela prendra  un peu de temps mais les qualités intrinsèques de ces matériels et les avantages indéniables qu’ils procurent en termes fonctionnels, de sécurité, de capacités d’administration et de coût de possession leur permettront de conquérir durablement le marché.”

2 – Fred : Créateur et éditeur de Chromebooklive.com

“Les Chromebook performent aux Etats-Unis au niveau de l’éducation mais également auprès du grand public. En Suède, on sait aussi qu’ils dominent le marché auprès des écoliers. En ce qui concerne la France, j’ai très peu d’informations mais je constate globalement qu’il n’y a toujours pas d’engouement autour du Chromebook de la part des consommateurs mais également de la part de Google.

Google ne communique pas sur ses produits (à part au travers d’un site web traduit en français dont la raison était peut-être lié à un besoin pour le Canada). J’ai l’impression que Google considèrent ses produits comme tellement parfaits que la société n’a pas besoin d’investir dans la communication… Mais c’est aussi une stratégie : éprouver son efficacité dans des pays stratégiques pour que les autres pays suivent naturellement et ainsi ne pas dépenser trop d’argent !

On peut également noter la forte présence de Windows et d’Apple dans nos contrées et dans nos mentalités : on ne jure que très faiblement par d’autres solutions telles que Linux ou bien Chrome OS. C’est une forme de peur du changement.

Dans mon entourage, les personnes ont une méconnaissance du sujet et de l’usage d’un Chromebook : “Mais sur Chromebook, on ne peut pas travailler en mode hors connecté ?”; “Tout est dans le cloud ?”. A cela, vient s’ajouter la crainte de devoir travailler sur le Cloud alors que c’est ce que nous faisons quotidiennement ne serait-ce qu’avec nos messageries et bien nos réseaux sociaux…

En bref, le marché du Chromebook en France reste encore un marché de niche mais qui pourrait progressivement se débloquer grâce à son succès sur d’autres territoires (on copie généralement les pays scandinaves, c’est le moment de copier la Suède) mais aussi grâce aux constructeurs comme Acer, ou bien d’autres entreprises, qui cherchent à pénétrer le marché de l’éducation avant de pouvoir envahir les autres segments.”

Conclusion

Globalement, les chromebook gagnent du terrain en Europe.

Certains pays sont plus rapides à les adopter que d’autres, et ni la France ni la Belgique ne font malheureusement figure de proue dans cette adoption.

Cependant, il est intéressant de garder en tête que le Play Store n’est pas encore officiellement sorti de sa phase béta. Personnellement, je suis convaincu qu’une fois que la phase bêta sera terminée et que tous les chromebook disposeront du Play Store, Google va sortir le grand jeu et promouvoir ces ordinateurs portables révolutionnaires avec toute la force publicitaire dont il est capable (ce qui n’est vraiment pas peu dire quand on est le leader mondial de la publicité en ligne).

J’espère que cet article vous aura apporté des informations intéressantes. Si vous avez des questions ou des remarques, n’hésitez pas à les laisser en commentaire. Je me ferai un plaisir d’y répondre.

À propos de l'auteur

Robin Lespagnard

Créateur du site Chromebookeur, passionné par les nouvelles technologies et étudiant en E-Business.

16 Commentaires

      • Le Samsung il ne faut malheureusement pas trop y compter. Samsung a abandonné le marché des laptop en Europe pour cause de marges trop faibles.

        • Ça serait bien dommage, le format 2:3 est excellent pour du réversible tactile. Je trouve le format 16/9 vraiment pas pratique en utilisation tablette .

          • Je partage ton avis. J’espère qu’Acer et les autre constructeurs vont commencer à sortir des chromebook tactiles réversibles en 3:2

  • C’est trop tôt !
    Quand l’OS reconnaitra facilement une souris bluetooth, une imprimante/scanner WIFI et un système audio connecté et de ne plus passer en mode DEV pour bénéficier du Google Play Store alors il sera temps 🤓

  • Pourquoi les Chromebook ne décollent-ils pas en France ?

    Réponse très juste dans cet article : parce qu’ils sont invisibles.
    En gros on ne les trouve que chez Amazon et sur Amazon il y a énormément d’autres produits.

    Mais la vraie question maintenant est : pourquoi ne trouve-t-on des Chromebook en France que chez Amazon ?

    La première raison c’est qu’Amazon est une société américaine très puissante, donc libre de vendre ce qu’elle veut, comme elle le veut.

    Certains devinent déjà la raison principale cachée derrière la précédente : les distributeurs de produits informatiques ne sont pas libres en France de distribuer les produits qu’ils veulent, comme ils le voudraient.

    Pourquoi ? À mon avis à cause d’une société, très puissante en France, propriétaire d’un système d’exploitation en situation de quasi monopole, j’ai nommé : Microsoft !

    Depuis la sortie des Chromebook Microsoft n’a cessé de s’opposer au développement des Chromebook. Car, depuis le début, en dépit du bashing effréné qu’elle a orchestré, Microsoft a senti que les Chromebook risquaient de lui faire ombrage. Encore aujourd’hui elle casse le prix de ses ordinateurs bas de gamme, elle donne pratiquement Windows 10, qui augmente pourtant systématiquement le prix de chaque ordinateur estampillé Windows d’une centaine de dollars. Voire plus maintenant avec Windows 10.Je pense donc que si la plupart des revendeurs font l’impasse sur des ordinateurs aussi performants que les Chromebook, et aussi bon marché en cette période de crise, c’est parce que Microsoft doit, d’une façon ou une autre, les « dissuader » de s’engager dans cette voie. Seule,Amazon, avec son envergure mondiale est capable de résister et peut donc proposer à la vente des machines sous Windows et la plupart des Chromebook. Qui le je rappelle sont désormais fabriqués, avec succès pour la plupart, par tous les grands contructeurs informatiques.

    Bien entendu il sera très difficile de prouver l’influence néfaste mais apparemment très efficace de Microsoft dans cette « placardisation » des Chromebook en France, et certainement dans d’autres pays d’Europe. D’autant que si elle était avérée cela pourrait, une fois de plus, coûter très cher à Microsoft.

    Tout au long de ma carrière, en tant qu’acheteur public dans l’Éducation Nationale, j’ai pu mesurer depuis la sortie internationale de Windows en 1986, jusqu’à ma retraite en 2007 l’énorme « influence » pour ne pas dire plus, de Microsoft sur le secteur éducatif de notre pays.

    Tout au long de ma carrière je me suis battu pour imposer au sein de mes établissements les programmes libres au lieu des omniprésents Word et Excel, ainsi que des serveurs Linux à la place des serveurs Windows.

    Tout au long de ma carrière j’ai eu à négocier avec les représentants de Microsoft les achats annuels et massifs de licences Windows et Office. Je puis donc vous assurer que Microsoft en France, dans le secteur éducatif, est pour le moins difficile à contrer.

    Je ne connais pas la situation actuelle de l’équipement informatique des lycées et collèges en France mais je suis sûr qu’il ne doit pas être facile aujourd’ui de les équiper en Chromebook au lieu de machines Windows, coûteuses, et surtout farcies de saletés aussi diverses que variées. Y compris sur les machines neuves (n’est-ce-pas Lenovo ?)

    Alors que les Chromebooks, avec les serveurs désormais sous Linux (même dans l’Education Nationale mais il a fallu pour cela beaucoup de temps et de larmes) sont la solution idéale en matière d’éducation. Les USA et la Suède, entre autres l’ont bien compris.

    Bien entendu Microsoft ne dira jamais aux distributeurs : ne distribuez pas de Chromebook. Elle leur dit simplement : si vous vendez des Chromebook, vous ne pourrez plus vendre, aux conditions des revendeurs officiels, des ordinateurs sous Windows. Ce qui, compte tenu des prix déjà élevés des ordinateurs sous Windows (à cause de la licence incluse dans le prix et du déclin des P.C) interdirait aux distributeurs de vendre autre chose que des Chromebook. Au jour d’aujourd’hui ce serait effectivement très téméraire.

    Comme il nous est impossible de changer la « position » de Microsoft, il nous faut donc continuer, comme le fait Robin sur son site, et comme je le fais sur le mien, à faire inlassablement la promotion, gratuite en ce qui nous concerne, de ces ordinateurs fabuleux que sont les Chromebook.

    Et attendre patiemment que quelqu’un d’autre que moi, et certainement quelques autres mais je ne les entends pas beaucoup, s’intéressent de très près à cette anomalie flagrante qui fait que des ordinateurs performants et pas chers du tout ne sont distribués en France que par une société américaine.

    P.S : question subsidiaire, mais non rapport : pourquoi pensez-vous que très peu de constructeurs en France proposent des ordinateurs personnels sans Windows ? Alors que désormais rien dans la loi ne les oblige à inclure Windows dans leurs machines et que cela leur permettrait de vendre leurs produits sensiblement moins chers.

    • Réponse à ta question subsidiaire : peut-être aussi parce que peu de monde achètera un chromebook, alors qu’un laptop windows tout le monde connait (à partir du postulat du rédacteur en préambule d’article). A mon avis, Microsoft est puissant certes, mais on n’est pas chez les communistes non plus… Et chez les capitalistes, c’est celui qui vend le plus qui a raison, mais libre à tous de vendre.
      Sinon, un autre point qui expliquerait le peu de succès des chromebooks en Europe et surtout en France reste la googlephobie.
      Le peu que j’ai communiqué sur les chromebook, notamment à des gens pas très enclins à la bidouille informatique, m’est revenu en pleine face par un « Google c’est le maaaaaal » … vive la propagande 2.0 !

      • « On n’est pas chez les communistes ! »
        Même chez les capitalistes, il y a des règles. S’il s’avérait que Microsoft « incite » ses distributeurs à éviter de vendre des Chromebooks, cela lui coûterait très cher. Et ce ne serait pas la première fois que cette société se ferait sanctionner pour entrave à la concurrence.

        « Google, c’est le mal »

        Les Chromebook ne fonctionnent qu’avec Google « Chrome, devenu un système d’exploitation. »
        Plus de 80% des français plébiscitent le moteur de recherche Google et Chrome est largement en tête de tous les navigateurs. Alors, ce n’est pas Google qui empêche les gens d’acheter des Chromebook.

        Effectivement ; la raison principale est que tout le monde connaît Windows, que l’on trouve partout et que peu de gens connaissent les Chromebook, qu’on ne voit nulle part en France, sauf chez Amazon.
        J’ai donné les raisons, à mon sens, de cette absence surprenante des Chromebook sur les étals des vendeurs d’informatique, en dépit de leur prix attractif et de leurs indéniables qualité, et dans les établissements publics Français en contradiction avec les sacro-saints impératifs d’économie qui règne maintenant dans ce secteur.
        Pour conclure, je rappelle que l’on trouve beaucoup de Chromebook, à tous les prix, chez Amazon France, Amazon.uk ou Amazon.de. Qui, je le rappelle également, peuvent livrer généralement partout en Europe. Je précise cela pour les expatriés comme moi, de plus en plus nombreux, qui résident hors de France, mais en Europe.

  • J’ai découvert ton blog il y a une semaine et j’ai sauté le pas et j’ai acheté le Chromebook Asus C300 sur Amazon.

    J’espère qu’il correspondra à mes attentes. Pour le moment, je teste la machine et j’essaie de prendre mes repères.

    J’ai hâte de voir débarquer le Play Store, je pense que ça va tout changer. Merci pour tous tes conseils en tout cas.

    • Salut Jonathan !

      Très heureux que mon site ait pu t’être utile ! Je pense qu’au niveau du Play Store, on peut s’attendre à des annonces à la Google I/O qui aura lieu dans quelques jours. N’hésite pas à venir faire un retour d’expérience après quelques temps d’utilisation de ton Asus 😀

Laisser un commentaire