Les 7 (vrais) Meilleurs SSD Internes 2018 – Comparatif Complet

Après plusieurs heures de recherches, j’ai enfin fait ma sélection des 7 meilleurs disques durs SSD internes parmi plus d’une trentaine de modèles disponibles pour le moment.

Le grand favori, c’est le Samsung 970 Pro. Il est peut-être légèrement au dessus de votre budget, mais ça vaut le coût : c’est un des plus durables, et ses performances resteront compétitives pendant encore plusieurs années.

Je vous ai aussi préparé un guide d’achat détaillé pour pouvoir faire votre choix en toute indépendance.

Meilleur pas cher
Samsung SSD Interne 970 EVO NVMe M.2 (500 Go) - MZ-V7E500BW
Meilleur milieu de gamme
Samsung SSD Interne 970 PRO (512 Go) - MZ-V7P512BW
Meilleur haut de gamme
Kingston KC1000 -  NVMe PCIe SSD- 480G  Gen2 x4 (M.2 2280)
Samsung 970 Evo
Samsung 970 Pro
Kingston KC1000
123,83 EUR
189,88 EUR
204,90 EUR
Meilleur pas cher
Samsung SSD Interne 970 EVO NVMe M.2 (500 Go) - MZ-V7E500BW
Samsung 970 Evo
123,83 EUR
Meilleur milieu de gamme
Samsung SSD Interne 970 PRO (512 Go) - MZ-V7P512BW
Samsung 970 Pro
189,88 EUR
Meilleur haut de gamme
Kingston KC1000 -  NVMe PCIe SSD- 480G  Gen2 x4 (M.2 2280)
Kingston KC1000
204,90 EUR

Pourquoi Faire Confiance à Notre Sélection ?
Les rédacteurs de Chromebookeur passent des centaines d’heures à rechercher, analyser et comparer des produits afin de recommander ceux qui ont le meilleur rapport qualité/prix. Nos choix sont faits de manière impartiale, et nous n’acceptons jamais de mettre en avant une marque plutôt qu’une autre. En savoir plus.

Les meilleurs SSD internes pas chers

Dans cette catégorie, j’ai essayé de trouver les meilleurs disques durs SSD internes qui présentaient au moins 500 Go de mémoire à un prix compétitif.

Les technologies utilisées sont moins performantes, mais ça reste un choix sûr si vous voulez remplacer votre HDD sans casser votre tirelire.

Samsung 970 Evo : le meilleur pas cher

Samsung 970 Evo

Prix
123,83 EUR
Avantages
Grosse promotion
Grande vitesse lecture/écriture
Cache de 22GB
Inconvénients
Chauffe un poil trop

Avec ce disque dur SSD Samsung, on entre dans le domaine des grandes marques du marché. Il présente la même capacité que Crucial – 500 Go – pour un prix largement supérieur.

La bonne nouvelle ? Il est à -50% en ce moment en France. C’est l’occasion de s’y pencher de plus près.

Il y a plusieurs similarités entre le Crucial et le SSD de Samsung. D’abord, il y a cette technique NAND 3D à 64 couches, qui permet d’optimiser la taille de l’appareil. Mais clairement dans une autre gamme de prix et de qualité.

En témoignent d’abord les performances de vitesse. Le 970 EVO atteint les 3500Mb/s de lecture et 2500Mb/s de lecture. En termes d’IOPS, c’est respectivement 500 000 et 480 000, soit quatre à cinq fois plus que le Crucial.

Si c’est saluable, ce n’est pas sans conséquences, la première étant que j’ai remarqué des pics de température plus importants que le Crucial. Je déconseille de monter ce SSD sur un ordinateur portable – sauf si vous savez vraiment ce que vous faites.

Il est plus adapté à un ordinateur fixe, si possible bien refroidi si vous voulez en faire un usage soutenu, type gaming.

Et ce, malgré la couverture de nickel, dont les propriétés thermiques sont les bienvenues. Il dépasse rarement les 55 degrés, notamment grâce au Dynamic Thermal Guard, un système de sécurité en l’occurrence présent et fonctionnel.

Un avantage de ce SSD, c’est le Turbowrite. C’est un buffer qui se déclenche quand on sollicite l’écriture lourdement. C’est notamment l’optimisation de ce système qui permet au EVO de dépasser les 2000Mb/s, grâce à un cache de 22Gb sur 500.

Niveau sécurité, on a l’essentiel, y compris l’eDrive de Microsoft et TCG Opal 2.0 pour le chiffrement des données.

En clair, Samsung donne le ton. Il s’agit là d’un des meilleurs SSD de ce comparatif et le meilleur d’entrée de gamme.

Son rapport qualité-prix est grandement soutenu par la ristourne proposée par Amazon.

Crucial MX500 : un SSD low-cost qui vaut le détour

Crucial MX500

Prix
72,00 EUR
Avantages
Petit prix
Performances assez constantes
Protection des données
Garanti 5 ans
Inconvénients
Câble SATA-USB non fourni

Le premier modèle de ce comparatif est un des rares, en entrée de gamme, à éviter tous les écueils des modèles les moins chers. Et contrairement à d’autres SSD internes dans cette tranche de prix, il mobilise toutes les dernières avancées technologiques dans ce domaine.

Avec une vitesse de lecture à 560Mo/s et d’écriture à 510, on se trouve dans une moyenne confortable. Ce que j’ai trouvé assez chouette, c’est qu’il utilise la technologie NAND 3D 2è génération, qu’on retrouve aujourd’hui dans la grande majorité des disques durs SSD récents et de bonne qualité.

Le concept est simple : au lieu d’être installées côte à côte uniquement, les cellules de mémoire sont aussi empilées les unes sur les autres. Ça permet une plus grande compacité de l’appareil à capacité égale.

La première génération NAND 3D permettait 32 couches, ce modèle en compte pas moins de 64. Malgré ce bel effort, on atteint un poids de 52 g, légèrement moins optimisé que d’autres concurrents de milieu et haut de gamme qui parviennent à ramener cette valeur à 30 ou 40 grammes maximum.

L’utilisation de la mémoire MLC – opposée à la TLC, réputée un peu plus lente et plus rapidement usée – est aussi un très bon point. Il faut savoir que contrairement à la plupart des autres marques, Crucial prend le pari de réserver le TLC à ses gammes supérieures, tandis qu’elle utilise le MLC sur ses disques d’entrée de gamme.

Ce modèle dispose de 16 puces mémoire, là encore un choix plutôt étonnant. Cependant, l’optimisation du nombre de puces, qui est en vogue dans les modèles haut de gamme, est une opération souvent plus coûteuse.

La présence de nombreuses puces est une indication, de nos jours, qu’on est face á un modèle d’entrée de gamme qui a cherché à offrir les meilleures performances pour un prix de fabrication moindre.

Du point de vue de la sécurité, on retrouve le système propriétaire de Crucial, RAIN, qui protège les données en cas de défaillance d’un bloc mémoire. Les données sont également chiffrées matériellement par un système AES 256 bits.

J’ai aussi remarqué qu’il proposait un système de cache SLC, incontournable aujourd’hui sur la plupart des modèles. C’est une avancée qui permet d’optimiser la vitesse d’écriture.

De manière générale, c’est donc bien un disque dur SSD qui rivalise avec SanDisk et WD Blue, de gros acteurs du marché, pour un prix un peu inférieur. J’ai enquêté sur les raisons – qui peuvent être parfois un peu louches – de cette performance, et les solutions apportées par Crucial pour réduire le coût ne présentent aucun problème à court et moyen terme.

Le formatage et le clonage sont enfantins, surtout sous MAC. La configuration du fabricant ne présente pas de défauts particuliers.

De plus, il faut noter que ce composant est garanti 5 ans, contre 3 pour la plupart des gros constructeurs du marché, une raison supplémentaire de ne pas trop s’inquiéter. Avec une durabilité estimée à 360 To d’écriture, on a de la marge.

Le seul bémol ? Il manque l’adaptateur SATA – USB, qu’il faut donc acheter pour moins de 10€ afin de procéder au transfert de données.

En clair, c’est pas un modèle stupéfiant. Mais son petit prix vous permet de passer le pas et de remplacer – ou de complémenter – votre HDD.

Si vous voulez profiter des pleines performances qu’un SSD peut offrir aujourd’hui, il faut cependant taper une gamme au-dessus !

Les meilleurs SSD internes de milieu de gamme

Dans cette catégorie, on commencera à trouver des performances raisonnables en matière de vitesse d’écriture/lecture, mais aussi de durabilité.

C’est aussi là que vous trouverez les meilleurs SSDs pour gamers et le grand vainqueur de ce comparatif.

Samsung 970 Pro : le meilleur de milieu de gamme

Samsung 970 Pro

Prix
189,88 EUR
Avantages
Le plus performant pour ce prix
Bonne durabilité
Bonne finition technique
Inconvénients
Un peu cher

La gamme Samsung Pro est restée championne pendant ces dernières années, et ce malgré la montée en puissance de concurrents solides comme WD, même dans le domaine du NVMe. Et c’est en partie grâce à ce modèle : le SSD le plus rapide jamais conçu pour des utilisateurs comme vous et moi.

Le jeu était serré entre mes deux finalistes, le WD Black NVMe SSD et le Samsung 970 Pro. Et si la marge est maigre, c’est bien ce-dernier qui gagne, pour plusieurs raisons.

La première, c’est la performance brute. Avec 3,500Mo/s de lecture et 2,700Mo/s d’écriture, il est coude à coude avec le WD Black. C’est presque 400k IOPS, le meilleur de ce comparatif.

Les clés d’un tel succès ? Une optimisation intelligente de la technologie NVMe grâce à leur nouveau module de contrôle Phoenix, et leur modèle breveté de V-NAND 3D 64 couches.

Là où beaucoup de contrôleurs continuent d’utiliser le TLC, moins cher et plus dense, Samsung reste fidèle à la technologie MLC. Sur les performances – et la facture -, ça se ressent.

Mais le match étant si serré, ce qui a compté au final n’a pas été les quelques millisecondes de différences sur le benchmark. C’est la durabilité du 970 Pro : 50% plus endurant que son prédécesseur de la même gamme, rien que ça.

Vous avez en tête les données en TBW des autres modèles ? Ça tournait autour des 700-800 TBW.

Ici, on est à 1200 – c’est à dire que l’usure du SSD se fera ressentir après avoir écrit au moins 1200 Teras de données. Vous avez de la marge.

Grâce au 970 Pro, Samsung s’accroche à son titre de meilleur constructeur de SSD – pour le moment – et ce modèle mérite amplement sa place au sommet de ce comparatif.

Si vous êtes un gamer, le NVMe va vous changer la vie, et contrairement aux autres modèles de ce type que j’ai présentés jusque là, celui-ci restera à vos côtés pour de longues, très longues années.

Corsair Force Series MP510 : une longueur d’avance en matière de vitesse

Corsair Force Series MP510

Prix
140,55 EUR
Avantages
Prix correct
Grande vitesse
Idéal pour le gaming
Inconvénients
Température à surveiller

On passe la barre des 150€ avec ce disque dur SSD signé Corsair. En hardware comme en périphériques, plutôt orienté gamer, la marque s’est forgé une solide réputation.

Mais elle a parfois tendance à surfacturer certains de ces produits, et je pense que plusieurs utilisateurs seront d’accord. J’ai eu l’occasion de jeter un oeil à ce modèle, et vous allez vite comprendre pourquoi il méritait toute sa place dans ce comparatif.

Comme pour le Samsung, on est entré dans la nouvelle génération des SSD, qui dépassent très largement les 500Mb/s en écriture et en lecture. dans ce cas, ce sont 3 480Mb/s en lecture et 3 000 en écriture.

Attention cependant, si vous utilisez Windows 10, il faut envisager d’alléger manuellement le débit pour assurer une meilleure longévité de l’appareil, qui limiterait alors à environ 2,7Go/s en lecture et 1,2Go/s en écriture. C’est à vous de voir.

Quoiqu’il en soit, ces performances restent tout à fait correctes pour le prix. Elles sont tout à fait à même de figurer dans une configuration gamer de milieu/haut de gamme.

Comme tous les SSD de ce comparatif, il utilise la technologie NADN 3D pour offrir un design compact à capacité égale.

Bonne nouvelle : si on prend ces performances en compte et qu’on y ajoute l’indispensable TurboWrite dont j’ai déjà parlé pour le modèle Samsung, ce SSD est une des meilleures options de milieu de gamme pour une bonne expérience gaming.

Attention cependant à une chose. Comme tous les SSD type SATA, il a tendance à chauffer un peu. Pour le maintenir autour des 45 degrés et limiter sa chauffe, envisagez d’installer un pad thermique au niveau de la carte mère.

La fourchette de température enregistrée est en revanche tout à fait acceptable et tombe dans la moyenne. Le SSD chauffe très progressivement, ce qui est plutôt bon signe. Mais pour une utilisation soutenue sur la durée, vous allez constater qu’il atteint les 50-60 degrés.

En matière de durabilité, les chiffres – notés TBW, c’est à dire la durée de vie moyenne en matière de Terabits d’un SSD – sont assez bons. Avec 800 TBW de longévité pour le modèle 480 Go, on est dans une bonne moyenne.

L’installation, elle, est relativement simple. Attention, comme plusieurs SSD utilisant la technologie NVMe, il faut un BIOS compatible et une carte-mère équipée d’une interface PCI Express Gen3. Autrement, il fait partie des SSD grand-public qui ne devraient pas poser de difficultés techniques.

Le Corsair est, de par ses performances, parfaitement adapté pour le gaming. Les autres composants Corsair de cette génération seront compatibles avec ce bel SSD.

Samsung 860 Pro : un excellent SSD pour serveurs

Samsung 860 Pro

Prix
178,07 EUR
Avantages
Chauffe faible
Faible consommation d’énergie
Ultra-endurant
Inconvénients
Performances correctes, sans plus

On s’attaque maintenant à un deuxième modèle Samsung, le 860 PRO, qui diffère un peu du EVE 970 sur plusieurs points. Il faut noter que ce SSD, une update du très renommé 850 PRO SATA, arrive à une période où la compétition contre Samsung est devenue féroce, et où le standard SATA a perdu de sa fraîcheur sur le marché.

Le 860 PRO montre bien que Samsung tente de rester à la page. Il présente un NAND 3D à 64 couches, et une nouvelle version de leur module de contrôle SATA SSD, qui donnait déjà de bons résultats.

Mais en sachant cela, on sait que ce n’est pas un modèle qui va révolutionner le marché comme ses prédécesseurs, et plutôt une continuation confortable, et correcte, de leur série PRO. Et si Samsung a toujour été le leader en vitesse d’écriture et de lecture, notamment grâce à leur NAND 3D, les choses sont maintenant un peu différentes.

Alors comment Samsung se défend, à travers son 860 PRO ? On voit qu’il y a eu du progrès. Le LPDDR2 est devenu un LPDDR4, et le contrôleur est de meilleure qualité.

Samsung propose aussi des SSDs de cette gamme avec une capacité qui atteint les 4TB pour la même compacité.

Au niveau des performances, le 860 PRO s’est imposé comme le plus rapide des SATA ; mais ce n’est pas toujours suffisant face aux autres marques qui utilisent des standards plus performants, comme Corsair.

On atteint les 560Mo/s d’écriture et 500Mo/s en lecture. De quoi changer la vie si on avait un HDD à la base. Sur la base de la vitesse seule, il y a cependant mieux dans le domaine des SSD.

En revanche la consommation d’énergie a été un des points les plus améliorés par Samsung entre le 850 et le 860 PRO, qui est beaucoup plus efficace et offre un rendement difficilement égalable dans ce domaine.

L’autre domaine qui permet au 850 PRO de s’imposer dans ce comparatif, c’est son endurance. Il atteint les 0.64 de capacité/jour en écriture. Ça signifierait charger 64% du SSD tous les jours avant d’atteindre un point d’usure.

En soi, pour un consommateur lambda, l’importance ne saute pas aux yeux. Mais si on regarde bien, c’est un avantage considérable pour y monter un serveur. Un peu “overkill” pour des travaux de bureautique, donc, ce qui file un coup dans son rapport qualité-prix.

Ma conclusion est plutôt simple. À plusieurs égards, le Samsung 860 PRO est une prouesse technique. Samsung a réussi à pousser la technologie SATA III à sa limite, et offre des performances très intéressantes.

Le faible niveau de chauffe, la consommation d’énergie modérée et la grande longévité ne sont cependant pas les critères principaux qu’un gamer, par exemple, va rechercher. Mais si vous voulez monter un serveur, ses avantages vont vraiment vous rendre service.

WD Blue 3D 1 To : le meilleur SSD SATA du marché

WD Blue 3D 1 To

Prix
174,87 EUR
Avantages
Meilleure performance SATA
TBW correct
Excellente finition
Inconvénients
Pas de chiffrement physique par défaut

WD, c’est Western Digital. Ce sont eux qui ont racheté Sandisk en 2015 pour entrer – en force – dans le monde des disques durs. Rien que ça !

Ce disque dur interne 1TO présente des performances assez standard pour un SATA classique, c’est à dire environ 550Mo/s de lecture et d’écriture. Il utilise, comme son nom l’indique, la technologie NAND 3D, et un cache de 512Mo de type LPDDR3.

L’avantage d’un modèle avec une telle contenance, c’est aussi leur TBW – soit leur durabilité. Avec 400 TBW, vous êtes assurés pour plusieurs années d’utilisation assez intensive avant que le disque dur ne subisse l’usure.

Immédiatement, ma première surprise, c’est que ce modèle ne comprenne pas de chiffrement matériel des données – pratique pour une protection optimale.

La marque avance que ce type de fonctionnalité est exclusif à une gamme plus “business” – comprenez, pour des serveurs par exemple. Certains diront qu’ils ont raison : les particuliers y ont rarement recours.

WD est une autre compagnie qui, plutôt que de se lancer dans le peloton de tête avec de nouvelles technologies – parfois moins fiable – pousse à l’extrême les capacités physiques de la technologie SATA. Et la surpasse même un peu.

Avec un benchmark maximal qui dépasse les 560m/s en écriture – ce qu’on pensait impossible -, l’optimisation hardware est bien là. Dans le même temps, l’IOPS atteint les 97.4K, le meilleur de tous les disques durs SSD SATA de ce comparatif.

Je note d’ailleurs que, pour une fois, les données du vendeur sont légèrement en-deçà des données labo – c’est assez rare pour être salué, ils n’ont pas gonflé leurs chiffres.

La grande force d’un SATA de très grande qualité comme celui-ci, c’est la constance de ses performances sur la durée, et ce alors même qu’il utilise un modèle de mémoire TLC. J’ai vu beaucoup de SSD qui roulaient bien, jusqu’à ce que leur mémoire cache soit saturée – et là c’est le drame, les performances sont réduites de moitié.

En l’occurrence, c’est encore un bel effort. Quand le cache est saturé, le WD Blue 3D atteint quand même les 450Mo/s, et la chauffe est anecdotique.

Et rien que pour ça, il surpasse plusieurs concurrents, notamment le 750 EVO de Samsung. Pas mal, non ?

Si vous cherchez des performances d’écriture et de lecture brutes meilleures que celles-ci, il vaut mieux passer à un PCIe NVMe comme le Corsair. Du point de vue de la technologie SATA, on fait difficilement mieux que ce modèle.

Les meilleurs SSD internes haut de gamme

Dans la catégorie haut de gamme, le NVMe est un must : des performances qui se comptent en Go et la meilleure optimisation logicielle possible.

Le prix est souvent prohibitif, mais j’ai trouvé le meilleur rapport qualité-prix pour ce budget.

Kingston KC1000 : le meilleur haut de gamme

Kingston KC1000

Prix
204,90 EUR
Avantages
Excellentes performances
TBW correct
Excellente finition
Inconvénients
Pas de chiffrement physique par défaut

Kingston est un des plus grands noms en matière de matériel de mémoire, et pourtant il s’était fait discret sur le marché des disques durs internes SSD. Standard NVMe, excellentes performances, longévité, je vous dis tout sur le produit phare de la marque.

Le modèle que je vais vous présenter est un 500Go, passablement plus cher que ses concurrents pour la même capacité.

Il est disponible avec et sans la carte M.2, selon le standard de votre carte mère. Vous pouvez opter pour la version avec une carte préinstallée dans la carte PCIe, ce qui simplifie grandement l’installation.

Niveau design, la version avec PCIe est suffisamment petite pour être placée dans des micro PCs comme un Raspberry Pi par exemple. Mais c’est ce qui se trouve à l’intérieur qui m’intéresse.

On y découvre une configuration MLC NAND, ce qui présage d’emblée de bons résultats en matière de longévité.

Le standard utilisé est NVMe – opposé au SATA, qui ne dépasse pas souvent les 560Mo/s en vitesse d’écriture. Les performances sont naturellement très bonnes grâce à un contrôleur exclusif Phison PS5007-E7, qui atteint les 2,7Go/s en lecture et 1,6Go/s en écriture.

La durabilité, elle, est tout à fait correcte puisqu’elle atteint les 550 TBW.

S’il y a bien quelque chose qui manque, c’est le chiffrement physique, et là encore c’est un peu dommage. Surtout que ce modèle est notamment conçu pour pouvoir être monté sur un Raspberry. Les amateurs sauront que ce sont de petites machines qui peuvent être particulièrement pratiques pour faire tourner un serveur à domicile.

Sans chiffrement, son utilisation comme serveur est relativement déconseillée selon l’usage. L’argument avancé est le même que par d’autres marques : les particuliers ne s’en servent pas vraiment. Certes, mais on aurait préféré avoir le choix !…

En conclusion, le Kingston présente plusieurs avantages notables, même si je regrette une facture un tout petit peu trop élevée.

Les produits de ma sélection en promo pour l’instant

Comment choisir votre SSD interne ?

Les disques durs SSD sont plus rapides que les HDD, et sont lentement en train de devenir le standard pour la plupart des ordinateurs portables et fixes. Les HDD sont beaucoup plus lents, mais pour le moment ils restent plus durables.

Mais attention, cette petite pièce de hardware est très compliquée à appréhender, et il ne faut pas faire son choix à la légère.

Ce guide d’achat va surtout vous présenter les bases pour lire – et comprendre – une fiche technique, afin de choisir le modèle qui vous convient le mieux.

SLC, MLC, TLC, QLC

Ces acronymes, ce sont les types de mémoires. S’ils se distinguent, c’est pas la quantité de bits que chaque cellule contient.

En gros, plus une cellule contient de bits, plus elle est lente et s’use rapidement. De fait, le TLC est généralement plus lent et moins durable que le MLC.

Mais il existe plusieurs solutions palliatives, souvent logicielles, qui permettent aux MLC et aux TLC d’arriver au coude-à-coude.

Le SCL, pour Single-Level Cell ne compte qu’un bit par cellule. Mais c’est encore relativement rare dans les produits grand public, car c’est une technologie très coûteuse.

La mémoire 3D

La mémoire 3D est une parade matérielle qu’ont trouvé les constructeurs pour assurer une meilleure densité du matériel, donc de diminuer le prix à capacité égale.

Cette donnée sera généralement notée NAND 3D, suivi d’un nombre, souvent 32 ou 64. Les NAND 3D 64 couches sont les plus coûteux, mais aussi les plus performants dans ce domaine.

Le cache

En plus du mode Turbowrite – une accélération logicielle du débit -, la plupart des SSD ont aujourd’hui une mémoire cache. Il s’agit d’une mémoire flash au débit plus rapide, qui accélère le transfert de données.

Si un SSD propose une mémoire flash de 550Mo, c’est simple. Un fichier de 500Mo sera transféré beaucoup plus rapidement, mais une fois la mémoire saturée, le débit va diminuer.

Selon le sérieux du modèle, ce ralentissement sera plus ou moins sensible. J’en ai brièvement parlé tout au long de ce comparatif.

SATA et PCIe

SATA et PCIe sont les deux standards majeurs dans l’industrie. Les SATA sont encore les plus courants, et ils sont utilisés depuis des années dans les disques durs internes SSD.

La plupart des SATA font 2,5”, la taille standard pour équiper un laptop. Leurs vitesse d’écriture et de lecture ne dépassent jamais les 600Mo/s : c’est virtuellement impossible.

Cependant, c’est déjà très rapide, et les SATA sont moins coûteux.

Les PCIe utilisent le NVMe. Leur interface est beaucoup, beaucoup plus rapide, avec des vitesse se comptent en Go. Le NVMe – pour Non-Volatile Memory Express) est un protocole particulièrement performant, mais il n’est pas compatible avec toutes les carte-mères.

Si votre carte-mère n’a pas de port M.2, vous pouvez acheter un adaptateur PCIe pour environ 10€.

TBW

La durabilité est calculée en TBW, sont le nombre de Terabits que vous pouvez écrire sur votre disque interne SSD avant qu’il ne présente une usure.

Tous les points mentionnés ci-dessus, ainsi que plusieurs optimisations logicielles, ont une influence sur la durabilité de votre SSD.

Un petit conseil : plus votre SSD a une grande capacité, plus son TBW est élevé. De fait, achetez toujours un SSD plus grand que nécessaire si vous voulez le faire tenir longtemps – plus de 10 ans.

Un SSD perpétuellement saturé et trop sollicité va s’user, naturellement, plus vite.

À propos de l'auteur

Nicolas Orengo

Passionné par les nouvelles technologies, le logiciel libre et la politique du net, je suis toujours à la recherche des innovations qui vont améliorer et libérer notre expérience d'utilisateur.
Je suis convaincu que les nouveaux matériaux et logiques d'utilisation peuvent nous permettre de construire un monde de l'informatique durable et indépendant, au niveau du hardware comme du software.

>