Les 6 (vraies) Meilleures TV 65 Pouces 2018 – Comparatif Complet

Après plusieurs heures de recherches, j’ai enfin fait ma sélection des 6 meilleures TV 65 pouces parmi plus d’une quarantaine de modèles disponibles pour le moment.

Mon préféré est le Panasonic TX-65EZ1000E car malgré son prix élevé , il est le plus performant et propose malgré tout un rapport qualité prix honnête.   

Vous trouverez aussi à la fin de cet article un guide d’achat …

Meilleur pas cherMeilleur milieu de gammeMeilleur haut de gamme
Panasonic TX-65EZ950LG 65C8Panasonic TX-65EZ1000E
Panasonic TX-65EZ950LG 65C8Panasonic TX-65EZ1000E
~1990 EUR~3300 EUR~5500 EUR
Voir sur FnacVoir sur FnacVoir sur Fnac

Pourquoi Faire Confiance à Notre Sélection ?
Les rédacteurs de Chromebookeur passent des centaines d’heures à rechercher, analyser et comparer des produits afin de recommander ceux qui ont le meilleur rapport qualité/prix. Nos choix sont faits de manière impartiale, et nous n’acceptons jamais de mettre en avant une marque plutôt qu’une autre. En savoir plus.

Les meilleures TV 65 pouces pas chères

Cette télé OLED est parfaite pour ceux qui veulent bénéficier de la technologie OLED mais ne disposent pas d’un budget extensible.

Panasonic TX-65EZ950 : la meilleure pas chère

Panasonic TX-65EZ950

Voir le prix sur Fnac

Avantages
Prix abordable
Design agréable
Technologie OLED
Inconvénients
Aucun recensé pour le moment

Cette télé bénéficie de la technologie OLED, qui garantit un niveau de contraste excellent en gérant la luminosité et la couleur pixel par pixel.

Les téléviseurs 4K PRO HDR sont certifiés par les studios d’Hollywood pour offrir une qualité d’image qui correspond à la vision du réalisateur. Cette technologie permet de retranscrire toutes les nuances de couleurs ainsi que tous les détails de contrastes filmés lors du tournage.

Ce téléviseur a bénéficié du soutien d’un coloriste d’Hollywood afin de produire des couleurs fidèles et riches.

J’aime bien le design ultra-plat de cette télévision. Elle dispose d’un processeur 4K Studio Color HCX2, ce qui est le meilleur processeur Panasonic en matière de traitement d’image à ce jour.

Ce téléviseur prend en charge différents formats HDR, comme le format HDR10, ce qui est le format HDR standard pour les films et les disques Blu-Ray UHD ou bien encore le format Hybrid Log Gamma, qui est le format HDR développé pour la télévision par la BBC et la chaîne NHK.

Cet appareil est également muni d’une certification THX. Le THX, qu’on ne présente plus, est une technologie crée par Georges Lucas dans le but d’apporter une amélioration à l’expérience du spectateur que ce soit au cinéma ou bien à la maison. Il faut passer 400 tests différents du laboratoire THX pour recevoir un label de certification en matière d’écran 4K THX.

Comme le fabricant aimer à le suriner sur sa page promotionnelle « ce que vous voyez à l’écran est parfaitement fidèle à la vision initiale du réalisateur» .

De plus, je trouve que son design élégant lui permettra de se marier à la plupart des intérieurs, ce qui est un plus non négligeable, la télévision étant un élément de décoration au même titre qu’un objet de divertissement.

Les meilleures TV 65 pouces de milieu de gamme

Ces télévisions proposent des fonctionnalités intéressantes et de bonnes performances vidéo pour un prix plutôt raisonnable.

LG 65C8  : la meilleure de milieu de gamme

LG 65C8

Voir le prix sur Fnac

Avantages
Design très élégant
HD d’excellente facture
4K à tomber par terre
Inconvénients
Quelques petits problèmes de luminosité mais rien de bien méchant.

Ce téléviseur LG C8 est un exemple de design bien fait. Il est d’une élégante simplicité qui est fait pour faire l’emphase sur la nature ultra-fine de la dalle OLED.

L’appareil ne fait que quelques millimètres de largeur en haut de celui-ci, mais s’élargit bien sûr quelque peu là où les enceintes et tous les composants électroniques sont stockés.

Le téléviseur se repose sur un pied courbé qui permet de garder une certaine esthétique sobre et élégante.

Niveau connectique, LG est également au rendez-vous avec quatre ports HDMI ainsi que trois ports USB. Un port LAN est également présent ainsi qu’un port CI, une sortie optique digitale et un jack pour écouteurs. Au niveau du sans-fil, le téléviseur intègre la WiFi, WiDi et le Bluetooth.

La télécommande est également bien pensée et permet de naviguer dans les menus à une vitesse record. Le téléviseur dispose d’un WebOS performant qui permet d’accéder aux différents services de streaming et autres services connectés en un clin d’oeil.

Si vous êtes fatigué de la télécommande, vous pouvez accéder aux services à la voix grâce au système de commande vocale intégré à la télécommande. Niveau assistance vocale, ce système est également compatible avec les enceintes Google Home et Amazon Echo AI.

Niveau performance HD, ce téléviseur s’en sort extrêmement bien avec certains des plus beaux noirs que l’on peut trouver sur une télévision de cette gamme. Le LG C8 ne montre aucun des problèmes que l’on peut généralement trouver sur les télés OLED, comme une mauvaise uniformité de l’affichage.

Vous pouvez choisir entre un certain nombre de modes d’images, mais je recommande Technicolor et ISF, qui délivrent des images de haute qualité avec des couleurs naturelles.

Pour ceux qui préfèrent leur image de télévision avec un peu plus de punch, le mode Standard donne des images brillantes, vibrantes et détaillées.

Le mode TruMotion est excellent pour la diffusion de sports avec une action rapide par exemple, mais sera moins adapté sur des films ou des séries télé, à moins que vous ne vouliez faire l’expérience de l’ « effet sitcom ».

Niveau gaming, ce téléviseur s’en sort pas trop mal avec un retard d’affichage de 21 ms, ce qui est moins bon que le Samsung que nous allons voir, mais reste une valeur tout à fait correcte. Attention cependant, pour atteindre cette valeur, il vous faudra enclencher le mode jeu.

Niveau performance 4K, ce téléviseur s’en sort ici encore très bien. Tout d’abord, il est compatible avec tous les formats HDR actuellement disponibles. Cela inclut l’HDR 10, le HLG ou encore Dolby Vision.

Le seul mode que ce téléviseur ne supporte pas est le HDR 10+. Ce ne devrait pas être un problème car jusqu’ici seul Amazon utilise l’HDR 10+, tandis que le Dolby Vision se taille la part du lion avec Netflix, iTunes et les Blu-ray Ultra HD.

Le rendu en 4K est vraiment impressionnant et lorsque l’on regarde un programme fait en 4K, le C8 montre toute l’étendue de la puissance de son panneau Ultra HD pour afficher tous les pixels. Les couleurs sont tout aussi impressionnantes, délivrant des images parfois littéralement à tomber par terre.

Là où le C8 s’en sort un peu moins bien, c’est en matière d’images plus brillantes, comme un champ de neige par exemple. Pour réduire ce problème, LG a inclus un système « Dynamic Tone Mapping » qui analyse chaque image et ajuste la luminosité en fonction.

Et ça marche !

Et niveau son, qu’est ce qui se passe ? Hé bien le son est de remarquablement bonne qualité. Bien entendu, on n’atteint pas la qualité sonore d’une barre de son dédiée mais le système 2.2 avec 40 W d’amplification s’en sortent avec les honneurs.

Samsung 65Q9FN : un contraste étonnant pour un écran LCD

Samsung 65Q9FN

Voir le prix sur Fnac

Avantages
Pic lumineux en HDR
Design bien pensé
Contraste
Inconvénients
Angles de vision limités

Le téléviseur Samsung QE65Q9FN est un téléviseur embarquant la technologie VA avec sa dalle VA 10 bits 100/120 Hz de 65 pouces, ce qui fait environ 165 cm. Il affiche une définition Ultra HD de 3840 x 2160 px.

Vous vous demanderez peut être comment se fait il qu’à ce prix là Samsung n’ait pas opté pour une dalle OLED. Hé bien si c’est ce que vous pensez détrompez vous, cette dalle VA affiche des performances excellentes !

D’abord il est annoncé avec un pic de luminosité extrêmement élevé (1600 cd/m²), ce qui est deux fois plus qu’un téléviseur Oled traditionnel. De plus l’espace colorimétrique DCI-P3 est conforme à celui d’une dalle Oled.

Ce téléviseur est bien entendu compatible HDR10, HDR10+ (qui est une norme concurrente du Dolby Vision) et le HLG. Pour ce qui est de la partie audio, le téléviseur est livré avec un système 4.2 qui délivre 60 W.

Ce téléviseur est également livré avec un système anti-reflets qui fait plutôt bien son travail en éliminant une bonne partie des reflets. De plus, grâce à la forte luminosité de la télé, il est possible de la placer dans une pièce très lumineuse sans avoir à se soucier des reflets.

Lorsque le téléviseur est en mode cinéma, celui-ci est capable d’offrir de belles couleurs qui pourront être considérées comme fidèles. On constate en effet que le delta E moyen est à 2,7 (donc sous le seuil fatidique de 3).

Il faudra cependant déplorer quelques teintes dépassant cette valeur et venant même tourner autour d’un delta E de 4. On est très loin du recommandé seuil de 3. Cela a été testé en mode Cinéma HDR, qui offre le meilleur rendu colorimétrique.

Mais parlons maintenant du système de rétroéclairage. Celui-ci fonctionne très bien et permet d’assurer virtuellement un contraste quasiment infini. Celui-ci permet d’obtenir des noirs profonds de première qualité.

Par contre, l’impossibilité de désactiver le rétroéclairage peut parfois s’avérer ennuyeux en se traduisant par un effet de pompage, en particulier lorsqu’il y’a des sous-titres.

La mise à l’échelle des contenus HD en Ultra HD est pas mal mais sans plus. Celui-ci se contente de lisser certains détails, générant des effets d’aplats bien visibles.

Au final, le rendu est plutôt doux mais génère également quelques effets de flou. Fort heureusement, ceux-ci ne produisent pas d’artefact.

Au niveau de la compensation de mouvement, Samsung est au rendez-vous avec un système AutoMotion Plus des plus performants. Si on veut profiter de ce système au maximum, il est préférable d’utiliser les réglages personnalisés plutôt que le mode « Automatique » qui confère un certain effet « caméscope ».  

Samsung a choisi de jouer sur une luminosité très forte pour le HDR. Cela fonctionne de manière générale, mais avec un signal HDR à 1000 cd/m², l’image ne respecte pas toujours la vision du réalisateur.

Niveau Blu-ray, nous sommes encore loin de pouvoir restituer l’ensemble des couleurs promises. Cependant, l’ensemble des Blu-Ray Ultra HD exploite l’espace colorimétrique DCI-P3 et ce téléviseur est tout de même capable de couvrir 95 % de cet espace, ce qui devrait être assez pour restituer la vision artistique du réalisateur.

Niveau rémanence, ce téléviseur s’en sort extrêmement bien pour une TV LCD. En effet, il est l’un des téléviseurs LCD les plus réactifs avec seulement 12 ms de rémanence et 15,5 ms de retard à l’affichage. Cela fait de cette télé un excellent compagnon pour le jeu vidéo.

Il est également appréciable que Samsung aie ajouté un mode Jeux Motion Plus qui active un compensateur de mouvement somme toute assez efficace, en particulier pour les jeux de course.

Niveau design, le pied du téléviseur est imposant par sa largeur mais restera malgré tout assez discret sur votre meuble TV. Par contre, et c’est dommage, il empêche l’installation d’une barre de son, il s’agira donc d’y penser si vous envisagez d’utiliser un système de home cinéma avec votre téléviseur.

Le design du téléviseur en lui-même reste assez sobre et ses bords d’écran sont très discrets. Les finitions sont bien entendu excellentes, mais c’est un minimum pour un téléviseur de ce prix.

Le téléviseur est assez fin avec une épaisseur de seulement 3,9 cm qui reste uniforme sur l’ensemble de la dalle. Niveau connectique, les choses ont été bien pensées car il n’y a besoin que d’un seul fil pour tout connecter. Il est déporté sur le boîtier One Connect, qui intègre également l’alimentation du téléviseur.

Vous avez également droit à quatre entrées HDMI 2.0a , trois ports USB 2.0, une sortie audio numérique , un port Ethernet, un port PCMCIA ainsi que les traditionnelles prises antenne TNT, câble et satellite. Ce téléviseur dispose également d’une technologie Wi-Fi et Bluetooth.

On peut également parler de l’excellente interface maison « Tizen » qui est très efficace. En effet, l’interface est à la fois claire et parfaitement fluide, toutes les applications se lancent sans ralentissement et on aura accès aux principaux acteurs du monde de la TV, que ce soit Youtube, Netflix ou bien encore Google Play Vidéo.

Autre avantage, on peut modifier les réglages à la voix ! Pratique !

Le système audio intégré est d’excellente qualité avec un spectre de fréquences couvertes allant de 70 à quasiment 10000 Hz en poussant un poil sur les basses. Le rendu global est ainsi plus qu’honnête.

Les meilleures TV 65 pouces haut de gamme

Ces télévisions raviront tout un chacun mais il faudra y mettre le prix bien entendu. Ne comptez pas moins de 5000 euros pour acheter une télé de cette gamme.

Panasonic TX-65EZ1000E : la meilleure haut de gamme

Panasonic TX-65EZ1000E

Voir le prix sur Fnac

Avantages
Qualité d’image
Contraste infini
Processeur excellent
Inconvénients
Manque d’applications comparé à Android TV

Ce téléviseur n’est pas le premier téléviseur Oled du fabricant japonais. Avec celui-ci cependant, Panasonic vient concurrencer les nouveaux entrants sur le marché des téléviseurs Oled.

Le téléviseur embarque une dalle plate Oled 10 bits Ultra HD. Celle-ci couvre 99 % du spectre DCI-P3.

Cela promet de belles images en HDR même dans le noir. Panasonic a intégré son processeur le plus performant, le Studio Color HCX2, qui permet non seulement d’améliorer la qualité d’image mais aussi de corriger certains défauts des téléviseurs Oled.

Grâce à la technologie Oled, les angles de vision sont excellents et la perte de luminosité à 45 degrés est limitée à seulement 15 %. Bien entendu, aucune variation sur le noir.

De plus, Panasonic a eu la bonne idée de soigner son traitement antireflet ! Les reflets ne sont ainsi plus violets comme sur d’autres téléviseurs Oled, mais noirs.
Malheureusement, des reflets persistent et il faudra donc bien choisir l’emplacement du téléviseur.

Au niveau des couleurs, le calibrage d’usine en mode vrai cinéma est d’excellente facture. Il affiche des couleurs parfaites avec un delta E moyen de 1,2, ce qui est largement mieux que les autres téléviseurs de ce comparatif. Seul le rouge dépasse un Delta E de 2, et ce sans atteindre le seuil fatidique du 3 que nous ne présenterons plus dans ce comparatif.

La mise à l’échelle du système Remastering Engine de Panasonic est efficace. L’upscaling permet d’afficher une image 1080p sur cette dalle Ultra HD sans dénaturer la source originale. Il est accompagné d’un filtre antibruit qui permet de délivrer une image très douce.

Niveau compensation de mouvement, Panasonic tire son épingle du jeu avec son Intelligent Frame Creation. Réglé sur minimum, celui-ci offre le meilleur rendu. L’image devient nette, sans artefact et l’effet caméscope est plus que limité.

Niveau retard à l’affichage c’est plutôt décevant avec 107 ms en mode Vrai Cinéma. Lorsque l’on active le mode jeu, le retard à l’affichage tombe fort heureusement en-dessous de 25 ms. Ce téléviseur conviendra donc sans problème aux joueurs et même aux compétiteurs.

Le design de l’appareil est très réussi. Panasonic s’est appliqué à réduire les bords de l’écran au strict minimum. Le design du pied par contre ne plaira pas forcément à tout le monde. Il embarque une barre de son composée de 2 tweeters, 8 médiums et 4 radiateurs passifs.

Le téléviseur en lui-même est très fin et ne mesure que 4,2 cm d’épaisseur dans sa partie inférieure. Seul le pied intégrant la barre de son fait monter l’encombrement à 30 cm à la base.

Les caches permettent de masquer le câble reliant la barre de son au téléviseur ainsi que l’ensemble de la connectique. Ce qui est un peu bête par contre, c’est que ces caches sont inutilisables si on utiliser le connecteur Ethernet, la sortie optique ou si les ports HDMI 3 et 4 sont utilisés.

D’ailleurs, parlons un peu connectique. Ce téléviseur embarque quatre ports HDMI 2.0a donc un compatible ARC et MHL, un port Ethernet, un lecteur de carte SD, trois ports USB dont un port USB 3.0, une sortie casque, une sortie audio numérique optique, une interface commune, une entrée composite/composante (YUV) ainsi qu’un double tuner pour la TNT, le câble et le satellite. Le téléviseur bénéficie également de la WiFi, du Bluetooth et est compatible avec le Miracast et le Widi pour l’envoi de flux vidéos depuis un ordinateur.

L’interface est identique à celle de Firefox O.S  Pour la petite histoire, Firefox OS a été enterré par la fondation Mozilla, du coup Panasonic s’est servi du code source et a rebaptisé le système d’exploitation. Éthiquement , je trouve ça limite mais bon….

Le navigateur fonctionne parfaitement et l’interface est agréable à utiliser. La navigation est toujours rapide. Alors bien entendu, comparé à Android TV, le nombre d’applications est toujours réduit mais on retrouve de toutes façons l’essentiel : Netflix, Youtube etc.

Le lecteur multimédia lui s’en sort très bien, car il accepte un très grand nombre de types de fichiers y compris les contenus en Ultra HD.

Niveau audio, Panasonic est un petit peu décevant. Ce téléviseur pèche en effet par un manque de graves. Alors bon, ne nous y méprenons pas, cela reste un excellent son pour un téléviseur mais pour un téléviseur de cette gamme, il reste tout de même un petit peu en deçà des espérances.

Samsung 65Q900R : la puissance du 8K…sans contenu 8K

Samsung 65Q900R

Voir le prix sur Fnac

Avantages
Définition 8K
Compatible HD
OS pratique et simple
Inconvénients
Pas encore de contenu 8K à l’horizon

Tout d’abord on pourra se poser une question légitime : à quoi ça sert d’avoir une télévision 8K ? Pas facile de répondre à cela. Car après tout, la résolution 4K commence à peine à pousser la HD normale vers la sortie.

La réponse est bien entendu non, mais ça n’empêchera pas les premiers acheteurs de vouloir se procurer cette prouesse technologique. Alors qu’est-ce que ça donne ?

Sans contenu 8K, le seul intérêt de cette résolution est d’« améliorer » la 4K, tout comme la 4K assurait un saut quatre fois plus grand au niveau de la résolution comparé au 1080p.

Samsung aime mettre sa connectique dans la boîte « One Connect » et cette télévision ne déroge pas à la règle ! Elle inclut quatre ports HDMI, une sortie audio digitale optique, Ethernet, Freeview HS ainsi que le capteur satellite plus un trio de ports USB. Tout ceci est relié par un câble quasiment invisible qui prend en charge à la fois l’AV et l’alimentation.

Bien sûr, l’UHD Blu Ray a un aspect excellent. Les films ont un aspect vibrant, détaillé et très sympathique à regarder.

Mais est ce que cette technologie apporte un vrai plus comparé au 4K haut de gamme ? Pas vraiment. En tout cas rien de spécialement appréciable avec un écran de cette taille.

La performance du noir est excellente, en particulier dans les salles avec une lumière d’ambiance.

Le HDR supporte ici le HDR10, HDR10+ et le HLG , tandis que le Dolby Vision est banni pour des raisons bassement mercantiles. Et c’est dommage car c’est un format qui est tout de même très souvent utilisé. Personnellement ça me donne envie de donner un carton rouge à Samsung.

Il y a un léger problème de luminosité cependant, avec une sorte de « lag » allant d’une luminosité normale à une luminosité élevée. Il semble que l’algorithme de rétro éclairage a parfois un problème à suivre les dynamiques de mouvement rapides.

En usage général, le téléviseur propose les présélections de paramétrage d’image habituels, que ce soit en SDR HD ou en HDR 4K. Il y a donc un choix entre Dynamique, Standard, Naturel et Film plus quelques modes de calibration.

La plupart des utilisateurs vont graviter entre les modes Standard et Naturel. Il y a une claire différence entre les deux modes.

Le mode Standard a parfois tendance à mettre la luminosité trop en avant sur certaines scènes par exemple. Dans ce cas, le mode Naturel proposera un équilibre plus convainquant.

La gestion du mouvement est bonne. Avec l’Auto Motion Plus mis en Auto, il y a quelques artefacts à déplorer même si on a vu bien pire sur d’autres postes de télévision. En mode Custom, avec une réduction du flou de 10, les artefacts sont éliminés. C’est la meilleure option pour un film, à moins de vouloir mettre ce système sur off.

Niveau audio, un poste de télévision de ce standing a bien sûr vocation à profiter d’une solution audio externe mais le système audio intégré est également très bon.

Nous retrouvons ici le Tizen Smart OS comme sur le Samsung que nous avons vus précédemment. Une fois encore, nous sommes en présence d’une excellente interface.

Elle consiste en deux barres horizontales, l’une proposant du contenu recommandé et l’autre une liste d’applications et de services. Il propose également un « mode Ambient » qui permet de se servir du téléviseur comme un élément de décoration d’ambiance lorsque vous ne la regardez pas.

Cela peut aller d’un économiseur d’écran à une galerie d’images ou bien encore afficher des news.

Philips 65OLED873 : une excellente télé OLED

Philips 65OLED873

Voir le prix sur Fnac

Avantages
Qualité d’image
Contraste
Angle de vision
Inconvénients
Boutons de télécommande pas rétroéclairés

Ce téléviseur Philips est la version 65 pouces du Philips Oled 55POS9002. Tout d’abord , ce téléviseur est muni d’une dalle Oled 10 bits Ultra HD. Celle-ci couvre 99 % de l’espace DCI-P3.

Tout d’abord, au niveau du design, nous avons droit à quelques petits plus qui démarquent Philips de la concurrence. Par exemple, il y a ce système Ambilight qui illumine le mur derrière le téléviseur avec des couleurs qui sont assorties à ce que l’écran est en train de diffuser. Aussi la télécommande est très sympathique à l’usage.

La dalle OLED de ce téléviseur bénéficie d’un traitement antireflet somme toute assez efficace qui parvient correctement à diluer les reflets lumineux.

Niveau rendu des couleurs, ce téléviseur s’en sort remarquablement bien avec les couleurs affichant en moyenne un delta E ne dépassant pas 2,1. C’est bien en dessous du 3 fatidique. Seuls deux niveaux de gris s’approchent d’un delta E de 4, mais c’est limite chipoter avec une telle performance.

Technologie Oled oblige, nous sommes en présence d’un contraste absolument parfait et les noirs sont d’une profondeur excellente.

Disposant d’un processeur maison Philips P5, celui-ci s’en sort avec les honneurs. Le moteur de mise à l’échelle P5 réussit sans problème à afficher du contenu Full HD sur cette dalle Ultra HD sans dénaturer pour autant la source originale.

Le traitement de l’image est extrêmement performant, au point que l’image Full HD semble parfois plus détaillée que l’image native Ultra HD.

Le système de compensation P5 Perfect Natural Motion est extrêmement performant et arrive même à rivaliser avec la référence en la matière, Panasonic. Le traitement de ce système permet de grandement améliorer la netteté des objets en mouvement et supprime même l’effet « sample and hold » de l’Oled (c’est à dire que le déplacement de l’image est trop rapide pour l’oeil ce qui crée du flou).

Par contre, amis gamer, attention : le retard à l’affichage est de 56 ms en mode cinéma, ce qui est beaucoup trop important pour pouvoir jouer dans de bonnes conditions. Certaines télévisions de moindre prix de ce comparatif proposent une meilleure performance s’il s’agit de jouer aux jeux vidéo.

En mode « Jeu » on arrive à atteindre un retard de 38,2 ms. Ça peut être suffisant pour du jeu en solo, mais si vous jouez en ligne, c’est une autre paire de manches.

Au niveau du design , Philips opte pour un pied central qui est somme toute assez aérien afin de libérer de la place sur le meuble TV. Le téléviseur lui conserve un cadre en métal plutôt sobre et les bords d’écran sont très fins.

Si on regarde sur la partie supérieure du profil on peut même remarquer l’extrême finesse de la dalle Oled.

L’arrière est assez banal. L’électronique est dissimulée derrière un coffrage en plastique noir. On peut apercevoir au centre le tripe haut-parleur Triple Ring, qui est censé améliorer le rendu des bas médiums.

Sur le côté du téléviseur on a deux entrées HDMI 2.0a, deux ports USB dont un USB 3.0, un port PCMCIA et une sortie casque. À l’arrière on trouve également deux autres ports HDMI 2.0a, la sortie audio numérique optique, le port Ethernet, une entrée composante et les connecteurs d’antenne râteau et satellite.

Le téléviseur embarque également un système WiFi ainsi qu’un système Bluetooth.

Le système Android TV est assez fluide et simple à utiliser. Sa grande force réside dans le nombre d’applications disponibles et la fonctionnalité Google Cast qui permet d’envoyer du contenu depuis un smartphone, une tablette ou un ordinateur vers le téléviseur.

Le lecteur multimédia intégré lui est plutôt performant et prend en charge un grand nombre de codecs et de conteneurs, et ce en plus de supporter les vidéos Ultra HD.

Le système audio du téléviseur se compose de deux enceintes et d’un caisson de basses pour une puissance totale de 50 W. Le rendement audio est tel que l’on peut s’y attendre avec une télévision haut de gamme.

Bien entendu, il reste recommandé d’investir dans une bar de son ou bien un kit home-cinéma.

Comment choisir votre TV 65 pouces ?

Quels sont les points clés à prendre en compte lors de votre mise en recherche d’une télévision 65 pouces ?

La qualité de l’image

On peut évaluer la qualité de l’image à plusieurs critères. Cela comprend le respect des couleurs ainsi que le taux de contraste, la linéarité des niveaux de gris et la température des couleurs.

À ces paramètres viennent s’ajouter les angles de vision qui peuvent jouer sur le rendu de l’image lorsque le spectateur n’est pas exactement en face de l’écran.

Le respect des couleurs est mesuré par le delta E que nous avons vu dans ce comparatif plus d’une fois. La linéarité des niveaux de gris est mesuré par les niveaux gamma et est moins crucial.

La température des couleurs aura une incidence sur la précision de l’affichage des couleurs et leur.. chaleur, je n’ai pas d’autre mot pour décrire cela.

La réactivité

Les téléviseurs sont également jugés sur leur temps de rémanence. Celui-ci mesure la rémanence – en millisecondes – durant laquelle une image censée avoir disparu persiste à l’écran.

La réactivité d’un téléviseur dépend bien sûr également du retard à l’affichage.

Le clouding

Défaut caractéristique des écrans LCD, le clouding est dû à un trop faible nombre de barres de leds, associé à un panneau diffuseur de lumière pas assez efficace, générant le plus généralement des nuages gris foncé sur fond noir.

L’ergonomie

L’ergonomie a une plus grande importance pour les téléviseurs modernes. Il faudra ainsi prendre en compte l’interface utilisateur ainsi que la connectique (le nombre de ports HDMI, de sortie audio, de connecteurs USB etc etc).

Il faudra également vérifier la possibilité de se connecter à Internet, la présence d’une ou de plusieurs télécommandes ainsi que leur ergonomie.

L’audio

La section audio est souvent celle qui pêche le plus au niveau des téléviseurs mais, comme nous avons pu le voir dans ce comparatif, certains arrivent quand même à tirer leur épingle du jeu.

Les constructeurs cherchent malheureusement généralement à juste restituer correctement les voix au détriment des fréquences plus graves. On en trouvera quand même avec barre de son intégrée et woofer qui pensent à restituer les fréquences graves avec une fidélité plus ou moins grande.

Je recommanderais quand même fortement d’acheter un système de home studio ou au moins des enceintes de pc pour profiter pleinement de l’expérience de votre téléviseur.

Le design

Les télévisions (surtout haut de gamme) changent pas mal niveau design, les constructeurs commencent à considérer leurs produits comme des meubles qui ont besoin de s’intégrer parfaitement à votre intérieur.

De plus, la technologie Oled a permis d’adopter de nouvelles formes et une plus grande finesse. Par exemple, chez Samsung, on déporte la connectique dans un boîtier externe, ce qui permet notamment de camoufler les câbles pour un rendu plus épuré et aussi pour faciliter l’accès à la connectique de l’appareil, nous l’avons vu plus d’une fois dans ce comparatif.

Il ne faudra pas non plus négliger la forme des pieds de votre téléviseur car vous devrez penser à son intégration chez vous. Aussi, de manière plus importante encore, vérifiez qu’il ne soit pas trop encombrant pour votre barre de son si vous envisagez d’en connecter une.

La connectique HDMI

La connectique des téléviseurs s’est simplifiée depuis l’avènement de l’HDMI. Il vous suffira donc de compter le nombre d’appareils que vous avez à brancher et vous assurer que le modèle qui vous intéresse a suffisamment de prises HDMI.

Prévoyez un ou deux ports en rab si possible au cas où vous voudriez faire évoluer votre installation. Les ports USB sont pratique pour regarder des photos et des vidéos depuis une clé mais pas totalement indispensables.

Pareil pour les ports analogiques, à moins que vous ne possédiez des appareils anciens non HDMI comme une Nintendo Wii par exemple.

À propos de l'auteur

Nicolas Adjignon

Je vis actuellement en Indonésie avec ma femme et mes 2 enfants, passionné d'écriture, jeux vidéos et de musique, je suis également musicien à mes heures perdues.

>