Les 6 (vraies) Meilleures Manettes PlayStation 4 2018 – Comparatif

Après plusieurs heures de recherches, j’ai enfin fait ma sélection des 6 meilleures manettes pour PlayStation 4 parmi plus de 12 disponibles sur le marché.

Comme vous le lirez sans aucun doute, j’ai une nette préférence pour la Dualshock 4 de Sony, non seulement en raison de ma nostalgie Dualshock (première manette à m’être arrivée dans les mains), mais aussi pour ses fonctionnalités et son design. Mais si je devais opter pour une autre manette, ce serait pour la Hori Onyx, un rien plus ergonomique que la Dualshock 4 !

Vous trouverez aussi à la fin de cet article un guide d’achat pour vous guider dans votre choix de LA manette qui reflétera vos talents de gamer.

Meilleur pas cher
HORI ONYX Manette sans fil pour Playstation 4 Bluetooth [PS4 Officiel]
Meilleur milieu de gamme
Manette Dual Shock 4 V2 pour PS4 - noir
Meilleur haut de gamme
Razer Raiju Ultimate - Contrôleur de jeu sans fil et filaire avec boutons d'action Mecha Tactile, pièces interchangeables et panneau de contrôle rapide (noir)
Hori Onyx
Sony DualShock 4
Razer Raiju Ultimate
54,25 EUR
49,99 EUR
Dès 137,89 EUR
Meilleur pas cher
HORI ONYX Manette sans fil pour Playstation 4 Bluetooth [PS4 Officiel]
Hori Onyx
54,25 EUR
Meilleur milieu de gamme
Manette Dual Shock 4 V2 pour PS4 - noir
Sony DualShock 4
49,99 EUR
Meilleur haut de gamme
Razer Raiju Ultimate - Contrôleur de jeu sans fil et filaire avec boutons d'action Mecha Tactile, pièces interchangeables et panneau de contrôle rapide (noir)
Razer Raiju Ultimate
Dès 137,89 EUR

Pourquoi Faire Confiance à Notre Sélection ?
Les rédacteurs de Chromebookeur passent des centaines d’heures à rechercher, analyser et comparer des produits afin de recommander ceux qui ont le meilleur rapport qualité/prix. Nos choix sont faits de manière impartiale, et nous n’acceptons jamais de mettre en avant une marque plutôt qu’une autre. En savoir plus.

Les meilleures manettes PlayStation 4 pas chères

Destinées à ceux qui ne souhaitent pas débourser une fortune ou simplement changer de la manette officielle de Sony.

Hori Onyx : la meilleure pas chère

hori onyx

Prix
54,25 EUR
Avantages
Prix abordable
Design réussi
Ergonomique
Très grande autonomie
De nombreuses fonctions disponibles
Inconvénients
Pas de haut parleur
Pas de prise jack
Association possible uniquement via une autre manette

Hori est une marque bien connue des gamers, pour les manettes et autres pads de qualité qu’elle propose, à un prix relativement raisonnable. Parmi celles-ci, je vous propose la Hori Onyx, la nouvelle manette sans fil sous licence Playstation 4 !

On part ici sur une manette dont le design ressemble à s’y méprendre à celui d’une autre console : la Xbox One. Si les inconditionnels de Sony vont, plus que certainement, crier au scandale, les gamers appartenant à l’autre “clan”, auront peut-être une bonne raison de changer de camp (en plus des exclusivités PS4, bien entendu, mais c’est un autre débat)…ou du moins de les attirer un peu du côté “obscur”…

Bon, vous sentez très clairement mon appartenance à l’un de ces deux “clans”…mais je dois reconnaître que la Hori Onyx a du style. Pour ce qui est de son ergonomie, je demande à la tester, histoire de me faire ma propre idée (tout en restant sur ma console Sony !).

Comme sur les manettes Xbox One, on trouve des sticks analogiques placés de façon asymétrique, c’est à dire un stick droit, en bas de la manette et un stick gauche à la place de la croix directionnelle, placée pour sa part en face du stick droit. Les boutons “PlayStation” et Home sont présents, à leur juste place, tandis que les boutons Options et Share ont eux migré vers le milieu de la manette, juste en dessous du pavé tactile.

Je la trouve assez sympa, avec ses rondeurs, et elle me semble somme toute assez confortable. Mais c’est vraiment le positionnement des boutons qui me plait : je devrais pouvoir facilement atteindre les boutons Share et Options, sans avoir l’impression de me démettre les doigts (ou en tout cas, plus rapidement que sur ma chère Dualshock).

Bref, le positionnement des différents éléments a été pensé pour vous faciliter la tâche lorsque vous jouez, et ça, à mon sens, ça contribue au confort de jeu !

Sans compter que la réactivité des boutons semble concurrencer celle de la manette de Sony, mais avec une résistance qui semble être légèrement plus élevée. Les sticks, faits de plastique dur très légèrement caoutchouteux, semblent souples et précis, avec une préhension efficace malgré l’absence de surface rugueuse.

Pour ce qui est de la croix directionnelle, elle est, parait-il (selon le retour de nombreux joueurs) plus confortable, tandis que les gâchettes L1 et R1 se trouvent être…silencieuses, ce qui change du clic clic agaçant de ma Dualshock lorsque je vis une session de jeu intense !

Autre avantage : son autonomie. On est ici sur près de 20h de jeu, ce qui, à l’heure actuelle, dépasse largement l’autonomie de la manette de chez Sony ! Je pourrais acquérir cette Hori Onyx rien que pour cette raison…

Mais, (et il y en a un), elle n’est pas parfaite cette Hori Onyx. Elle souffre en effets de quelques “défauts”.

Si les gâchettes L1 et R1 se montrent à la hauteur, on ne peut pas en dire autant de leurs soeurettes L2 et R2, qui ne sont pas aussi résistantes. Il est également dommage que les vibrations, essentielles dans de nombreux jeux, se fassent aussi discrètes…

Si la marque se targue de proposer ce modèle en Bluetooth, il semble néanmoins que cela ne serve pas à grand chose, surtout lors de la première connexion de la manette à votre console, où vous aurez absolument besoin d’une autre manette pour pouvoir l’associer…
Et elle manque aussi de cette barre lumineuse (obligatoire si vous jouez avec un casque VR), mais surtout, des fonctions gyroscopiques, d’un haut parleur et d’une prise jack.

Elle avait presque tout pour réussir pourtant ! Dommage donc…

La Hori Onyx n’en demeure pas moins une bonne manette sans fil, confortable, dotée d’une belle finition, et surtout ergonomique ! Pour son prix, elle propose aussi plus d’options que la DualShock de la PlayStation 4, ce qui est pas mal.

Mais c’est assurément une manette destinée à plaire aux joueurs habitués (et accros) aux sticks asymétriques d’une certaine autre manette…

Hori Mini : un mini pad bien sympa

hori mini

Prix
20,99 EUR
Avantages
Prix abordable
Design un peu rétro
Ergonomique
Câble long et solide
Inconvénients
Pas d’éclairage
Pas de mini-prise jack

Hori est décidément bien présente dans cette gamme, et à raison ! Je vous propose la Hori Mini, qui est un pad mini, filaire, aux caractéristiques susceptibles de plaire à plus d’un gamer (y compris les plus jeunes adeptes de la manette) !

Ce qui distingue ce gamepad, c’est avant tout sa taille, bien entendu, ainsi que sa forme, qui n’est pas sans rappeler les manettes des “vieilles” consoles comme la NES. La marque destine surtout ce pad à des jeunes joueurs, qui peuvent ainsi plus facilement le prendre en main, mais il semblerait que certains parents (ou grands frères) aient eux aussi craqué pour ce modèle !

Ce pad est assez fin, moins large, avec une forme rectangulaire (mais tout de même assez arrondie), et dispose de tous les éléments nécessaires et hérités des manettes plus classiques : les 4 boutons PlayStation, les touches Option et Share, le bouton Home, une croix directionnelle ainsi que deux sticks analogiques cliquables en plastique dotés d’un revêtement anti-dérapant assez convaincant.

Personnellement, je pourrais aussi craquer pour ce pad au look un peu “rétro”, qu’importe sa couleur (bleue, rouge ou noire), histoire de me jouer un bonne partie de Tekken en mode nostalgie. Son côté compact me la rend aussi très sympathique (bon, j’ai de petites mains, donc ça aide) !

Le look, c’est une chose, mais ce qui compte, c’est l’ergonomie. Ici, on pourrait craindre qu’Hori ait sacrifié le confort au design, hé bien pas du tout ! La prise en main semble agréable et a de quoi rivaliser avec les manettes de taille “normale” : tout est à portée de doigts, sans gêne, bref plus agréable que ce qu’on pourrait penser au départ !

La croix directionnelle est plus souple que celle de la Dualshock (elle rappelle un peu celle de la Xbox) et ses boutons sont moins fermes, ce qui vous donne un fameux avantage pour les jeux de plateforme ou de combat.

Ce qui change, par contre, c’est la surface tactile, remplacée par un bouton, ainsi que les touches L1 et R1, plus réduites. Il faut donc jouer de combinaisons de touches et de pratique pour utiliser ces éléments à leur plein potentiel, mais j’ai confiance : vous êtes (sûrement) des gamers d’exception !

Mais attention quand même pour les jeux nécessitant une très grande précision de mouvement : les gâchettes pèchent un peu par le précision, surtout que la manette ne dispose pas de vibration ! Bref, il faut bien comprendre qu’elle n’est pas adaptée à tout type de jeu et qu’elle n’arrive pas à la cheville des manettes officielles à cet égard.

Hori certifie que ce pad est compatible avec la PS4 (considéré comme accessoire Plug&Play) et PC. Son câble est aussi fort bien pensé, avec ses 3m de longueur et son épaisseur.

Je regrette cependant que cette Hori Mini ne dispose pas d’une mini-prise jack pour connecter un micro-casque ou de l’éclairage, mais bon, on ne peut pas tout avoir pour un prix mini… Comme solution, si vous souhaitez vraiment avoir recours au vocal, vous pouvez toujours passer par une solution USB.

Bref, une manette mini idéale pour les jeunes joueurs ou simplement pour les amateurs de parties à plusieurs qui ne désirent pas mettre un prix fou pour pouvoir jouer ensemble sur des jeux de plateforme ou de combat !

Sades C200 : une copie qui se défend bien

sades C200

Prix
39,99 EUR
Avantages
Prix abordable
Mises à jour possibles
Gyroscopique
Mêmes fonctionnalités que la Dualshock
Inconvénients
Autonomie assez faible
Branchement différent de Sony

La Sades C200 pourrait presque se faire passer pour une Dualshock, tant son design est calqué sur celui de la manette officielle de Sony !
On retrouve exactement les mêmes caractéristiques, avec la forme propre à une Dualshock ainsi que les boutons et sticks, placés aux même endroits que la version prise en modèle par la Sades C200… à quelques détails près.

Vous remarquez, comme moi, que son look fait un peu plus “cheap” que l’originale : ici point de touche “PlayStation” (où sont passés le carré, le rond, le triangle et la croix?) ! Je trouve ça un peu dommage, mais bon, il faut dire que je suis clairement habituée à avoir une manette dotée de ces touches…

Le pad comprend bien entendu une croix directionnelle, des sticks, les boutons Share, options et Home, ainsi que les gâchettes L et R (1 et 2), situées, comme à leur habitude, à l’arrière de la manette. La prise jack est également présente (ouf !), ainsi qu’un branchement pour le chargement.

Attention cependant pour celui-ci : il est tout de même différent de l’original, si bien que vous pourriez éprouver des difficultés à le charger à l’aide du câble d’alimentation officiel ! Fort heureusement, la manette est livrée avec un câble USB permettant son chargement, donc pas de risque de tomber à court de batterie (et ne le perdez pas !).

Et contrairement à la Hori Mini reprise dans ce comparatif, elle dispose d’un pavé tactile ! Lorsque l’on est habitué à une Dualshock, c’est vraiment pas mal : on n’est pas perdu,même si elle ne dispose pas du dispositif vocal propre à la Dualshock.

Motif : assez peu de jeux y ont recours. Je comprends donc parfaitement le choix du concepteur de la Sades C200 de ne pas l’intégrer !

Elle semble également assez ergonomique, en grosse partie grâce au revêtement anti-dérapant situé sur la moitié inférieure des deux “branches” de la manette. On n’a pas, par contre, le rétroéclairage arrière qui plaît tant sur la Dualshock, mais pour être honnête, je trouve que ça pompe beaucoup de l’autonomie de la manette pour juste quelques effets lumineux…Mais pour ceux que ça branche, la petite barre lumineuse devant a la même fonction !

Ce pad est doté de la dernière technologie de détection de mouvement, grâce à son gyroscope à trois axes intégré et son accélérateur à trois axes, ce qui lui permet de détecter les informations dynamiques omnidirectionnelles, y compris la pente et le lacet (pratique pour certains jeux, pas vrai ?), et de les transmettre directement au jeu.

Ce que j’aime assez bien sur ce pad, c’est qu’il dispose de la fonction vibration, bien utile dans certains jeux où ils apportent un vrai plus à l’immersion.

Niveau autonomie, on est sur une batterie en lithium de 600mAh (la Dualshock 4, par exemple, est à 1000), donc à peu près 5h (entre 7 et 9 en veille), ce qui est de même peu, surtout pour les sessions intensives de jeu. Et puis attendre 3h pour qu’elle soit chargée, bof…il faut vraiment ne pas être pressé !

À noter que la manette fonctionne grâce à un firmware, lui permettant d’être compatible avec votre console PlayStation 4. Si par malheur, le pad venait à cesser de fonctionner, veillez bien à mettre à jour le firmware en question via votre ordinateur.

On est donc ici sur un pad faisant office de “copie” de la Dualshock originale de chez Sony, avec quelques différences tout de même. Un peu dommage que l’autonomie soit si faible, mais pour une manette pas chère, elle fait plutôt bien l’affaire !

Les meilleures manettes PlayStation 4 de milieu de gamme

Pour ces manettes, il faut prévoir un budget plus important que pour celles présentées en entrée de gamme, mais les fonctionnalités en valent la peine ! Pour les inconditionnels de Sony, la Dualshock se trouve dans cette gamme…

Sony DualShock 4 : la meilleure de milieu de gamme

 

dualshock 4

Prix
49,99 EUR
Avantages
Prix abordable
Légère, super maniable et fonctionnelle
Prise jack, haut parleur et pavé tactile
Touches agréables et sticks assez rigides
Inconvénients
Autonomie trop faible
Câble de branchement optionnel
Gâchettes L et R une peu trop fines

Ah, me direz-vous, tout soulagés que vous êtes : la Dualshock de Sony est présente dans le comparatif ! “Rien de tel que la manette officielle”…et vous avez bien raison !

Contrairement aux pads proposés dans ce comparatif, la Dualshock 4 V2 de Sony se décline en de nombreux coloris, ce qui a le don de plaire à un maximum de joueurs ! Si la console est généralement fournie avec des coloris “standards” tels que le noir ou l’argent, il existe également des éditions spéciales et des coloris plus originaux.

À ce titre, je signale qu’un nouveau colori est prévu pour le 23 octobre : le Berry Blue ! Je prévoyais déjà de craquer pour la Midnight Blue, mais je dois dire que maintenant, je succomberais bien aussi à ce dernier colori !

Mais bien sûr, c’est mon goût, mais je suis certaine que vous trouverez votre bonheur parmi les nombreuses possibilités ! Prévoyez généralement un budget entre 50 et 65€, en fonction de celle que vous choisirez…autant dire que pour moi, il va sacrément morfler !

Bien entendu, il existe de nombreux moyens de personnaliser sa Dualshock, notamment via des skins, des grips pour sticks ou des housses de protection.

Mais la Sony Dualshock, si elle veut nous en mettre plein la vue, tant au niveau visuel que fonctionnel, il semble que niveau innovation, elle reste néanmoins un peu derrière ses concurrentes…

Alors oui, si l’on prend les éléments plutôt habituels, comme les boutons d’action, les sticks, et les gâchettes, une triple connexion radio/bluetooth/filaire, une batterie lithium, une détection de mouvements sur trois axes, un pavé tactile, un système de distinction et de positionnement pour caméra, une prise jack (3,5 mm 4-pôles) et même un haut parleur indépendant, elle est terrible, le tout en étant à la fois compacte et légère. Mais au final, cette V2 se distingue assez peu de sa précédente version, ce qui est assez dommage, car on n’a droit à rien de vraiment bien innovant.

Comme je l’ai dit, cette manette est légère (230 g), et donc assez agréable à prendre en main. On sent à peine, je trouve, son poids, ce qui est assez appréciable au terme de nombreuses heures de jeu (pas de crampes, comme avec certaines autres manettes plus lourdes), comme j’ai l’habitude d’en avoir.

Cette légèreté s’explique par le choix du design de la manette, ainsi que du plastique utilisé. Bref, elle est maniable et équilibrée, donc utilisable aussi bien par des grandes que des petites mains !

On pourrait lui reprocher de ne pas changer du tout la disposition de ses éléments… Je trouve parfois que la croix directionnelle n’est pas vraiment exploitée, surtout à son emplacement actuel, étant donné qu’on a plus vite recours au stick gauche…

Je ne verrais aucun inconvénient à ce que l’on échange le stick gauche et la croix directionnelle, comme sur la Hori Onyx, histoire de faciliter un peu l’utilisation de ceux-ci (et vous faire gagner de précieuses secondes dans certains jeux ! ).

Sans compter que, si sa légèreté vous épargne des crampes, cette disposition des sticks peut, à la longue, s’avérer des plus inconfortables ! Il est vrai, on s’y habitue, mais je ne dirais pas non à ce qu’on améliore un peu le confort…pour que je puisse allonger mes sessions de jeu !

Côté finition, les plastiques utilisés sont certes assez fins (au point de grincer un peu des fois), ils sont agréables au toucher, idem pour les boutons du dessus de la manette, qui sont à la fois doux et (très) réactifs. La croix directionnelle est souple et précise (c’est tout ce que je lui demande, personnellement, surtout dans les jeux demandant une certaine adresse, au pixel près)et précise, tandis que les sticks, rigides et précis, sont très réactifs.

Par contre, niveau revêtement, les sticks sont clairement à améliorer : après de nombreuses heures (d’intensité variable), le revêtement tend à s’abîmer un peu (le silicone se déchire légèrement sur la mienne)…et à ne pas accrocher suffisamment le doigt lorsque fortement sollicité (sensation du pouce qui glisse, ce qui est très pénible).

Les gâchettes ont subi pour leur part de véritables changements par rapport aux générations précédentes. Concaves, elles s’activent très facilement, même du bout des doigts, tout en étant suffisamment résistantes et précises. Certains auraient sûrement apprécié une vibration indépendante (comme sur les manettes Xbox), mais pour ma part, je les apprécie très bien comme elles sont.

Mais, ce qui me déçoit chez ma Dualshock, c’est son autonomie… Je peine à jouer plus de 8 heures d’affilée ! Après ça, bien obligée de la mettre en charge (que ce soit en jouant ou pas)…

Quand on sait de quoi est capable Sony pour ses batteries, on se dit que c’est vraiment dommage de ne pas mettre à profit ses compétences pour doter sa belle manette d’une batterie qui tienne (plus longtemps) la route…surtout que vous devez acheter le câble séparément, qui au demeurant est ridiculement court : la manette en filaire m’oblige à jouer le nez collé à la TV !

Je compte bien investir dans un câble plus long, compatible avec ma manette, histoire de pouvoir profiter de mon jeu, confortablement assise dans mon canapé plutôt que sur mon tapis… C’est certes plus “nostalgique”, mais pas vraiment des plus confortables…

On peut aussi l’utiliser sur PC, pour jouer sur Steam (sans driver additionnel requis) et sous Windows (grâce à des pilotes non officiels, mais redoutablement efficaces) !

Vous l’aurez compris, j’ai une petite préférence pour la Dualshock 4, non seulement en raison de mon attachement particulier à son design, mais aussi pour ses fonctionnalités, qui sont nombreuses. Il lui manque juste une autonomie digne de ce nom et, peut-être, quelques améliorations niveau ergonomie des sticks pour qu’elle devienne indétrônable !

Nacon Revolution Pro : LA concurrente sérieuse de la Dualshock 4

nacon revolution pro

Prix
99,99 EUR
Avantages
4 boutons supplémentaires
Configuration de profils
Confortable et ergonomique
Inconvénients
Uniquement filaire
Pas de haut parleur intégré
Logiciel compatible avec Windows uniquement
Sticks un peu glissants
Assez chère

Nacon est sûrement très connu par la communauté des gamers, autant que Razer (dont je présente l’un des produits phares, un peu plus bas dans ce comparatif), raison pour laquelle j’ai choisi de vous présenter la Nacon Revolution Pro, en tant que meilleure manette du moment pour la PlayStation 4 de cette marque.

La marque se targue d’avoir conçu cette manette en collaboration avec des professionnels de l’e-sport, histoire d’avoir LA manette de compétition. En ce qui me concerne, je ne connais pas trop les Nacon (honte à moi !), sauf de nom bien entendu, alors je vais me laisser aller à la curiosité.

Visuellement, elle est assez massive, avec un look qui me rappelle vaguement celui de la manette de la GameCube, de Nintendo ou de la Xbox…en plus travaillé ! Le plastique est de qualité et semble assez doux, tout en étant assez agréable, visuellement (alternance de zones “mates” et “brillantes”).

On remarque tout de suite que la disposition des éléments de la manette (sticks, croix directionnelle, gâchettes…) a été pensée pour faciliter la tâche des joueurs (à l’instar de la Hori Onyx), ce qui est très bien vu ! Elle est aussi, malgré son large gabarit, assez légère (220 g).

On se retrouve donc avec un stick sur la partie inférieure droite et un autre sur la partie supérieure gauche (là où on s’attendrait à voir la croix directionnelle), une croix directionnelle placée en vis-à-vis du stick droit (nouveauté : elle est plutôt ronde !), un bouton home central, un pavé tactile et une prise jack… mais pas de haut parleur ! Bref, tous les éléments sont là, à portée de doigts, ce qui est déjà super, mais l’absence de haut parleur aura de quoi frustrer plus d’un, dommage donc.

Et puisqu’on est ici sur une manette « Pro », on a également droit à 4 boutons supplémentaires (M1 à M4), qui prennent la forme de deux gâchettes bidirectionnelles et qui sont situées sur la face arrière, et donc faciles à activer (idéal pour les jeux tels que les FPS ou les jeux de combat ! ). Toutes les touches sont très sensibles aussi, donc précises, ce qui plaira à plus d’un joueur, même s’il semblerait que les sticks soient un peu glissants, malgré l’anti-dérapant dont ils sont dotés.

Si je devais faire une critique sur son ergonomie (bon, je lui cherche un peu des poux), ce serait probablement sur la taille des boutons Share et Options, ridiculement petits, ainsi que celle du pavé tactile, lui aussi assez petit. Mais puisque les jeux nécessitant celui-ci ne sont pas légion, cela ne dérangera sûrement que peu de joueurs…

Mis à part ça, elle me semble confortable, tant au niveau de la prise en main que de l’utilisation des touches et boutons, même si ça me dérange un peu qu’elle soit filaire…Heureusement le cordon est assez long (3 m) et de bonne qualité, bien que pas très souple.

Elle dispose aussi d’un système de verrouillage sécurisé au niveau du branchement, assez sécurisant car la vis empêche la manette d’être débranchée par accident, ainsi que du rétroéclairage, ce qui est plutôt sympa (et pratique pour certains jeux, même si je dois avouer que ce n’est pas mon truc).

Bien entendu, il faut configurer la manette avant utilisation (le logiciel de configuration peut être téléchargé sur le site de Nacon après que vous avez créé un compte utilisateur). À noter que le logiciel n’est compatible qu’avec Windows (7,8 et 10), ce qui ne ravira pas du tout les utilisateurs de macOS ou Linux…

Le logiciel est utile, en ce qu’il permet de créer des profils et de les enregistrer dans la manette, qui peut en accueillir jusqu’à 4. Pour les utiliser, il suffit de passer en mode « Advanced » via un petit interrupteur « Mode » situé au dos de la manette (le petit anneau lumineux qui entoure le stick droit passe alors du bleu au rouge).

Livre à vous alors de basculer d’un profil à l’autre avec le bouton « Profile », lui aussi situé au dos, et de les associer aux 4 touches supplémentaires (M1 à M4), ce qui s’avère des plus pratiques ! Et pour ceux qui se posent la question : oui, les gâchettes analogiques sont réglables !

Pour ce qui est des mises à jour logicielles, celles-ci se font directement dans le menu des réglages. Vous tiquerez cependant, tout comme moi, sur son prix, assez élevé.

La Nacon Revolution Pro semble non seulement agréable à utiliser, précise et totalement configurable, malgré quelques petits défauts, et a de quoi faire trembler Sony ! On a donc ici une manette qui a de quoi rivaliser, en qualité, avec la manette DualShock 4 officielle.

Chapeau bas !

Les meilleures manettes PlayStation 4 haut de gamme

Oui, il vous faudra débourser beaucoup pour acquérir la crème des manettes de gaming pour PlayStation 4…mais bon, quand on recherche LA manette susceptible de mettre notre talent en valeur, on ne peut pas ne pas jeter un oeil…

Razer Raiju Ultimate : la meilleure haut de gamme

razer raiju ultimate

Prix
Dès 137,89 EUR
Avantages
Sticks interchangeables
Design élégant
8h d’autonomie
Application Razer facile à utiliser
Inconvénients
Prix très élevé
Prise jack perfectible

Razer, Razer, oh Razer, quelle beauté tu nous fais miroiter ! Si la Nacon avait déjà de quoi nous faire avoir des étoiles dans les yeux, que dire de Razer !

On est clairement dans du haut de gamme (le prix nous le démontre déjà), avec une magnifique manette aux finitions abouties. Pour ce qui est de la forme, on se rapproche, sans surprise, du design adopté pour les manettes Xbox, même si le placement des éléments ne se montre pas aussi bien “pensé” a priori que pour celle-ci : en effet, ici, les sticks se trouvent en vis-à-vis, avec la croix directionnelle isolée sur le côté gauche de la manette.

Bon, c’était oublier que Razer a prévu le coup, et propose dès lors un aspect intéressant : les sticks sont interchangeables et il y a deux types de croix directionnelles (inclinée ou individuelle) !

Les boutons Share, Options et Home, par contre, sont bien plus proches des touches et des sticks, ce qui promet un certain confort de jeu. Personnellement, je trouve que c’est bien vu : c’est bien plus aisé de presser le bouton Options ou Share en pleine partie, tout en jouant du stick, sans effort apparent.

Elle dispose aussi d’un pavé tactile qui est, de surcroît, mis en valeur par un rétroéclairage multicolore ainsi que le logo de l’entreprise (typique Razer !). La prise jack est bien présente aussi, mais souffre un peu en mode Bluetooth, dommage.

Sans compter sur les gâchettes L et R, auxquelles s’ajoutent 2 supplémentaires (M1 et M2), qui vous permettent de créer des raccourcis de profil (500 pré-configurés) ou d’associer des fonctions.

Pour configurer les profils, il suffit d’installer l’application prévue par Razer. Vous pouvez aussi ajuster la sensibilité des sitcks via cette application, alors n’oubliez surtout pas de l’installer sur votre smartphone !

Et ce qui me plait beaucoup, c’est qu’elle est à la fois filaire (câble micro USB) et sans fil (via Bluetooth) ! Idéal donc quand on s’est un peu trop laissé emporter par un jeu, au point de vider totalement la batterie : nul besoin d’attendre qu’elle recharge. Elle dispose en prime d’une autonomie raisonnable (8h), on a donc de quoi voir venir !

Et pour ce prix, assez important, Razer fournit également un boîtier de transport, histoire que vous puissiez faire rager un peu vos potes, tant en jeu qu’en dehors !

Bref, on est ici sur manette de qualité, précise, configurable, élégante, dotée d’une belle autonomie. Il est certain qu’il faudra y mettre le prix, mais si vous êtes un mordu de performances, la Razer Raiju Ultimate est la manette qui vous est destinée !

Les produits de ma sélection en promo pour l’instant

Comment choisir votre manette PlayStation 4 ?

Bien choisir votre manette playstation 4

Il est certain, la manette, c’est l’un des éléments-clés d’une console. Elle doit non seulement être fonctionnelle, mais aussi suffisamment confortable que pour que tout gamer, aussi acharné soit-il, soit en mesure de laisser libre cours à sa passion sans devoir souffrir de crampes et autres gênes.

Il peut également arriver (pas chez tout le monde, heureusement) que l’excitation soit telle que la manette finisse par connaître un triste sort, au grand désarroi de son propriétaire. Il doit alors se décider pour l’achat d’une nouvelle manette.

Il existe, bien entendu, d’autres manettes que celle fournie avec votre console PlayStation 4, et votre choix, hé bien, ne regarde que vous.

Néanmoins, il y a donc plusieurs points à prendre en compte avant d’acheter votre nouvelle manette.

L’usage

Il importe de savoir avant toute chose : avez-vous vraiment besoin d’une autre manette ? Êtes-vous plutôt un joueur occasionnel ou acharné ?

Si vous avez pour habitude de jouer, des heures durant, sur des jeux nécessitant à la fois précision et réactivité, mieux vaudra vous tourner dans ce cas vers un autre modèle que celui d’origine, fourni avec votre console. Autonomie, ergonomie et fonctionnalités seront alors vos nouveaux mots d’ordre pour votre future acquisition.

Pour les joueurs occasionnels, la question est beaucoup moins cruciale que pour leurs compatriotes, mais elle n’en demeure pas moins intéressante, surtout lorsqu’il s’agit de jeunes joueurs.

Le poids et la taille

En règle générale, les manettes actuelles sont légères, tournant aux alentours des 200 grammes. On est loin de la manette de la GameCube, qui était assez lourde (et pourtant, je suis une fan de Nintendo).

Les modèles inspirés des manettes Xbox sont assez imposants en taille, mais ne perdent en aucun cas en confort, tandis que les modèles inspirés de la Dualshock sont plutôt fins et élancés.

Il faut aussi noter que pour les plus jeunes, certaines manettes peuvent se révéler un peu “lourdes” et grandes, alors ne pas hésiter à investir, à moindre coût, dans une manette qu’ils pourront éclater au sol sans grand remords, comme la Hori Mini.

L’ergonomie

C’est le point à prendre particulièrement en compte, surtout si l’on ne compte plus ses heures de jeu !

Une manette n’étant pas l’autre, il se peut qu’elle ne convienne pas à tout le monde, même si toutes sont réalisées en plastique solide.

Les sticks

On distingue deux cas de figure, pour le positionnement des sticks : soit symétriques (basique), soit asymétriques.

Le premier, c’est la configuration type des manettes de la PlayStation 4, à savoir les Dualshock. Les sticks se trouvent sur la partie inférieure de la manette, en vis-à-vis, tandis que la croix directionnelle, pour sa part, se retrouve sur le côté gauche supérieur.

Ceux, par exemple, qui ont déjà tâté des manettes Xbox, préfèrent en général se tourner vers des modèles du second type. Les sticks sont en effet bien positionnés, avec un stick gauche à la place de la croix directionnelle, qui elle, change de place.

Pour ceux que ça dérangerait, on peut rester bien entendu sur du basique, avec la Dualshock ou la Razer.

Les boutons

Tout est, encore une fois, une question de préférence, mais en règle générale, préférez une manette dont les boutons sont facilement accessibles. Le but n’est pas de vous donner des crampes…

De plus, ils doivent être suffisamment souples et ne pas faire ce bruit insupportable de “clic clic” que l’on peut reprocher aux boutons des manettes des anciennes consoles.

Les gâchettes

Les manettes comprennent, au minimum, 2 gâchettes. Elles doivent être résistantes et souples : ce sont souvent les plus sollicitées par les joueurs, mais sont rarement, surtout dans les gammes inférieures, pensées pour durer (ou du moins être autant utilisées).

Les plus élaborées, comme la Nacon et la Razer Raiju, en comprennent respectivement 6 et 4, ce qui est surtout intéressant pour les joueurs de très haut niveau, car elles permettent d’enregistrer des profils et des macros.

Filaire ou sans fil ?

Les Dualshock ont été exclusivement filaires jusqu’à la PlayStation 2, et sont désormais sans fil, même s’il est possible, en branchant le câble d’alimentation (malheureusement non fourni)de jouer en filaire, tout en rechargeant sa manette.

Dans le cas d’une sans fil, il faut alors regarder l’autonomie de la batterie. La moyenne se situe autour des 8h (Dualshock et Razer), mais il est possible d’en trouver avec une autonomie encore plus grande (Hori Onyx par exemple).

Les filaires, certes plus “encombrantes” que les sans-fil, offrent par contre une meilleure réactivité en jeu, et vous permettent de jouer, à la microseconde près.

Je conseillerais les filaires à des joueurs chevronnés soucieux de leurs performances.

La compatibilité

Une manette sous licence, c’est l’assurance qu’elle pourra toujours être utilisée, quelle que soit la mise à jour de la console. Les autres, par contre, risquent de devenir assez vite obsolètes, sans compter que certaines fonctionnalités ne sont pas disponibles (le bouton “Home” notamment).

Officiellement, seules quelques manettes sont reconnues par Sony.

On trouve, bien entendu, la Dualshock (l’”officielle”), ainsi que les modèles proposés par Razer et Nacon. Depuis peu, Hori est également considéré (pour les modèles les plus récents en tout cas) comme l’une des marques bénéficiant de la licence Sony.

À propos de l'auteur

Delphine Christophe

Que dire de moi? Bonne question... Curieuse, gourmande et passionnée dans la rédaction (et quelques autres choses, mais ça c'est secret).... Le reste, vous le découvrirez par la suite ! ;)

>