Les 6 (vrais) Meilleurs Appareils Photo Reflex 2018 – Comparatif Complet

Après plusieurs heures de recherches, j’ai enfin réussi à effectuer ma sélection des 6 meilleurs appareils photo reflex actuellement disponibles sur le marché.

Mon favori du moment, c’est le Canon EOS 800D : sa prise en main facile, sa qualité d’images et sa polyvalence en font un appareil adapté au plus grand nombre, des utilisateurs novices aux plus aguerris.

Vous trouverez en fin d’article un guide d’achat pour vous aider à déterminer quel appareil photo reflex vous conviendra le mieux.

Meilleur pas cher
Nikon D3400 Appareil Photo Numérique Réflex 24.2 Mpix Kit Objectif AF-P DX 18-55 VR Noir
Meilleur milieu de gamme
Canon EOS 800D Appareil Photo Reflex Numérique Boîtier Nu - Noir
Meilleur haut de gamme
Nikon D7500 Reflex Numérique 3.2" 20.3 Mpix Bluetooth/Wifi Boîtier nu Noir
Nikon D3400
Canon EOS 800D
Nikon D7500
Dès 459,90 EUR
636,95 EUR
Dès 1 379,80 EUR
Meilleur pas cher
Nikon D3400 Appareil Photo Numérique Réflex 24.2 Mpix Kit Objectif AF-P DX 18-55 VR Noir
Nikon D3400
Dès 459,90 EUR
Meilleur milieu de gamme
Canon EOS 800D Appareil Photo Reflex Numérique Boîtier Nu - Noir
Canon EOS 800D
636,95 EUR
Meilleur haut de gamme
Nikon D7500 Reflex Numérique 3.2" 20.3 Mpix Bluetooth/Wifi Boîtier nu Noir
Nikon D7500
Dès 1 379,80 EUR
Pourquoi Faire Confiance à Notre Sélection ?
Les rédacteurs de Chromebookeur passent des centaines d’heures à rechercher, analyser et comparer des produits afin de recommander ceux qui ont le meilleur rapport qualité/prix. Nos choix sont faits de manière impartiale, et nous n’acceptons jamais de mettre en avant une marque plutôt qu’une autre. En savoir plus.

Les meilleurs appareils photo reflex pas chers

Les reflex sont parmi les appareils photo les plus chers, et ils sont plus souvent préférés par les professionnels de la photographie. Évidemment, c’est dans l’entrée de gamme que la compétition est la plus rude avec les appareils hybrides.

Mais est-ce toujours le meilleur choix ? Pour m’en assurer, j’ai sélectionné les modèles les plus polyvalents et faciles à prendre en main.

Du coup, ce n’est pas toujours la connectivité, l’autonomie ou les fonctionnalités ludiques qui ont primé sur mon choix.

Nikon D3400 : le meilleur pas cher

Prix
Dès 459,90 EUR
Avantages
Très compact et léger
Autonomie très longue durée
Bonnes performances AF
Facile à prendre en main
Inconvénients
Écran non-tactile
Connectivité trop limitée

L’entrée de gamme de Nikon se divise en deux groupes. Les D3xxx comme celui-ci (le D3400 est le dernier modèle de la gamme), qui offrent une porte d’entrée abordable et confortable au monde des appareils photo reflex, et les D5xxx comme le D5600 que vous retrouverez plus loin, plus optimisés pour ceux qui cherchent un peu plus de fonctionnalités et un meilleur contrôle créatif sur leurs clichés.

Il n’en reste pas moins que l’appareil photo reflex Nikon D3400 est un des meilleurs modèles d’entrée de gamme du moment. Sorti fin 2017, il compile toutes les raisons du succès de cette gamme avec un upgrade du processeur, le tout pour un prix ultra-compétitif.

Côté design, on retrouve sensiblement toujours la même chose chez les reflex Nikon depuis le début des années 2010. L’idée centrale a été de rendre le corps aussi petit que possible, avec un grip assez saillant pour assurer une bonne prise en main.

Avec seulement 650 grammes sur la balance, le D3400 est de fait un des appareils photo reflex les plus légers du marché, permettant aisément une prise avec une seule main.

Mais une telle caractéristique n’est pas sans présenter des défauts. Avec un corps aussi léger, tout objectif qu’on fixe dessus paraît monstrueuse et déséquilibre un peu l’ensemble. Cela reste néanmoins insolite, pas désagréable.

Le viseur optique est basé sur un modèle de penta-miroirs courant dans les modèles d’entrée de gamme. Ce n’est pas le meilleur design possible, mais cela permet néanmoins de couvrir 95% de la scène.

L’écran LCD à l’arrière offre une excellente colorimétrie. Mais c’est le cas de tous les Nikon que je présenterai dans ce comparatif.

Malheureusement, dans cette tranche de prix, le tactile est à oublier : il faudra naviguer à travers le menu physique.

Au final, niveau ergonomie, il offre une fluidité et une rapidité d’utilisation à laquelle on prend vite l’habitude.

En ce qui concerne la connectique, on se retrouve dans quelque chose d’assez minimaliste : l’appareil possède une carte SD et un port de charge micro-USB. Le port pour microphone, lui, est introuvable, ce qui est franchement dommage au vu de la qualité de la capture vidéo.

Mais ce n’est pas la seule omission que j’ai relevée. Il est en effet dommage que Nikon n’ait pas encore inclus le Wifi à cette gamme d’appareils. Il faut dès lors s’appuyer sur le SnapBridge, une liaison Bluetooth économe en énergie qui exporte automatiquement les clichés sur l’appareil de votre choix, très facilement.

La qualité de l’autofocus, elle, est digne d’un modèle plus coûteux, et offre de bonnes performances. La puissance de l’assistance lumineuse – la lumière rouge qui s’allume lorsque l’environnement est trop sombre – permet de ne pas trop perdre en rapidité, quelle que soit l’exposition.

Il n’est cependant pas infaillible, et il faut parfois s’y reprendre à deux fois pour qu’il identifie le sujet si la luminosité est trop basse.

Mais ce qui fait le succès de l’autofocus du D3400, c’est en partie la technologie de tracking 3D qui permet à Nikon de se concentrer durablement sur un sujet en mouvement. Sans compter que le focus manuel est également rendu possible par la manipulation de l’objectif lui-même.

Mais parlons à présent de qualité d’image (j’imagine que c’est aussi un facteur important pour vous !).

Le Nikon D3400 supporte un capteur de taille APS-C, comme beaucoup de reflex d’entrée de gamme. Du coup, il offre 24.2Mpx, un niveau de détail supérieur à la plupart des hybrides pour le même prix.

J’ai été agréablement surpris de voir que, malgré son prix, le D3400, avec son système métrique, ne surexpose pas trop les photos dans un environnement sombre. Cependant, il a tendance à sous-exposer quand la lumière est trop vive, mais cela reste modifiable assez facilement grâce au bouton sur le dessus de l’appareil, qui permet de corriger rapidement l’exposition.

La balance des blancs automatiques n’est pas trop mauvaise. Ses résultats sous lumière artificielle sont assez bons, même si la température de l’image est un peu trop froide à mon goût.

La sensibilité ISO s’étale de 100 à 25600, avec un contrôle raisonnable du grain jusqu’à 6000 environ. J’ai beaucoup apprécié la qualité du détail, offerte par un niveau de contraste réaliste, mais net.

Le processeur d’image embarque notamment le Vivid Picture Control, un mode particulièrement adapté au rendu des couleurs en macro. Le résultat est tout simplement saisissant !

Par contre, avec une vitesse en rafale de seulement 5 clichés/seconde, il peinerait à photographier Usain Bolt en pleine action. Je la conseille plutôt pour d’autres pratiques de photographie comme les portraits, les paysages…

La capture vidéo est capée au Full HD, mais offre 60 images par seconde – une performance finalement préférable au 4K selon les contextes d’utilisation.

Et l’autonomie dans tout ça ? Si, généralement, l’autonomie des appareils photo reflex tourne  autour de 1000 clichés, le Nikon D3400 parvient à tenir presque 1200 prises de vue, et ce malgré la présence d’un mode Bluetooth non désactivable. Pas mal n’est-ce pas ?

Bref, si vous voulez mon avis sur le Nikon D3400 (j’ai cru comprendre que vous étiez là pour ça), je pense qu’il offre de très bonnes performances, amplement suffisantes pour quiconque chercherait à se faire la main avec un appareil photo reflex.

Son corps, petit et léger, en a sous le capot, avec des caractéristiques semblables à des prédécesseurs très appréciés dans le milieu de la photographie. Et sa compatibilité avec bientôt deux décennies d’objectifs  Nikon permet franchement de s’amuser et de découvrir les reflex.

Un professionnel ou un utilisateur aguerri se sentira peut-être un peu limité par cet appareil photo qui n’est pas tout à fait sans défauts, mais un amateur y trouvera sans aucun doute son compte.

User-friendly, relativement intuitif et performant : c’est tout ce qu’on demande à un appareil photo dans cette gamme de prix !

Pentax K-70 : malin, petit, et un bon rapport qualité-prix

Meilleurs appareils photo reflex Pentax K-70

Prix
Dès 519,90 EUR
Avantages
Compact et bien pensé
Viseur hybride EVF
Stabilisateur d'image
Résiste aux intempéries
Inconvénients
Kit d'objectifs limité
Peu de points autofocus

Mi-2017, Pentax a vendu le K-70 en promettant de nouvelles opportunités et découvertes dans la photographie sur le terrain. Il est certifié résistant aux intempéries et au froid jusqu’à -10 degrés.

Ses caractéristiques le désignent comme un assez bon modèle polyvalent, capable de prendre des clichés de sujets plus variés que certains de ses concurrents d’entrée de gamme.

Côté design, on se trouve face à un appareil plutôt carré, avec des angles affirmés. Sobre, pro (peut-être un peu trop fade ?), il se révèle facile à tenir en main et bien pensé d’un point de vue ergonomique.

Par contre, il a beau être compact, son système d’étanchéité partiel le rend un peu plus lourd que la moyenne, avec 688 grammes affichés sur la balance.

L’écan de 3” est articulé, mais il n’est malheureusement pas tactile. Il faut donc naviguer dans le menu via les flèches directionnelles et les différents raccourcis physiques.

Je n’ai pas trouvé ce système très intuitif, et un novice aura parfois du mal à savoir où chercher la commande qui l’intéresse.

La connectique, elle, est comparable au Nikon D3400, avec un port SD et un port de charge micro-USB. Il n’y a toujours pas de port pour microphone (on s’y attendait malheureusement, dans cette gamme de prix).

Le K-70 inclut par contre le WiFi, mais la companion app Pentax ne s’occupe que du partage et du stockage des fichiers. Il manque le petit “plus” user-friendly, qui continue malheureusement de limiter une partie des appareils photo reflex à un usage semi-professionnel.

L’autofocus est un peu moyen, car le K-70 utilise le système classique de Pentax, le SAFOX X qui n’a que 11 points d’autofocus. Il est cependant relativement rapide, même en mode Live View – d’ordinaire plus lent sur les appareils photo reflex.

Point de vue qualité, son capteur APS-C CMOS permet d’offrir des images 24.2Mpx, soit sensiblement à la même résolution que le Nikon D3400. Il inclut un filtre anti-aliasing pour éviter les interférences dans les photos de certaines textures, mais qu’on peut désactiver pour un plus grand niveau de netteté.

Le système de stabilisation de l’objectif, sur 5 axes, permet de limiter les photos ratées et d’offrir de meilleures performances sur les objets en mouvement.

Niveau numérique, il nous offre par contre quelques outils de plus que le Nikon D3400.

D’abord, il propose une correction optique avec une bonne compensation des aberrations chromatiques. Et grâce à l’HDR qu’on peut trouver dans les options, elle combine trois différentes expositions prises presque instantanément, et crée un rendu plutôt convainquant.

Il dispose également de 13 modes de prise de vue pré-paramétrés – 21 si on compte les filtres de post-traitement qu’on peut appliquer après avoir pris la photo.

La force de cet appareil photo, c’est principalement la balance des couleurs et des blancs, notamment grâce à l’option HDR. Les photos prises sous un feuillage, par exemple, offrent un très beau contraste sans rien perdre de l’intensité des couleurs.

En matière de sensibilité ISO, il faut s’attendre à voir apparaître du grain à partir de 6400. Au-delà de 12800, la qualité de l’image commence à en pâtir trop visiblement.

La capture vidéo est à nouveau limitée au Full HD (il faut prévoir un budget plus conséquent pour un support du 4K).

Son gros point noir, selon moi, est son autonomie :  seulement 480 clichés en utilisation réelle !

Dans l’ensemble, le Pentax K-70, constitue donc un bon choix. Il est compact, solide, et a de bonnes caractéristiques techniques.

Par contre, il s’appuie plus sur ses outils numériques que physiques, ce qui n’est jamais très bon pour un usage professionnel. Mais avec un peu d’entraînement il est à même d’offrir de très bons clichés.

Les meilleurs appareils photo reflex milieu de gamme

Les appareils présentés dans cette section sont ceux qui commencent à offrir de très bonnes performances tout en conservant un prix raisonnable.

Canon EOS 800D : le meilleur milieu de gamme

Prix
636,95 EUR
Avantages
Interface très intuitive
Bonne prise en main du tactile
Autofocus impeccable
Qualité d'image admirable
Inconvénients
Autonomie moindre
Pas de vidéo 4K

Le EOS 800D (ou Rebel T7i  de son petit nom outre-Atlantique) est le dernier-né d’une longue gamme apparue en 2003 et devenue depuis l’une des favorites des produits Canon.

Pourquoi me plaît-il ? Car il est bourré de fonctionnalités utiles et ludiques pour les novices, sans rien enlever de la liberté d’utilisation et de la complexité qu’attendront les plus aguerris.

Avec son alliage d’aluminium et sa coque en polycarbonate, il offre une bonne prise ne main et une sensation de solidité, pour seulement 532 grammes : on souligne l’effort !

Dommage qu’il n’y ait pas eu un travail supplémentaire sur le revêtement extérieur qui, en dépit de la qualité des matériaux, ressemble fort à un mauvais plastique.

L’écran 3” tactile et articulé dispose d’une très bonne résolution. Il est très facile à prendre en main, avec un menu simplifié qui gère bien le niveau de complexité des manipulations.

On peut se contenter de survoler les menus les plus élémentaires, sans aucune difficulté et avec des résultats concluants. Mais ce n’est pas pour autant que Canon omet d’offrir une grande liberté d’utilisation à ceux qui savent y faire.

Et pour ceux qui n’y connaissent vraiment, vraiment rien – il n’y a pas de honte ! – chaque réglage est optionnellement accompagné d’un petit dessin explicatif qui illustre le résultat obtenu.

Au niveau de la connectique, on retrouve un port SD et micro-USB… mais également un port pour un microphone ! C’est très inhabituel dans cette tranche de prix.

L’appareil est équipé du WiFi et d’une puce NFC, et on y retrouve un bluetooth basse consommation similaire au SnapBridge de Nikon.

L’application Camera Connect permet d’explorer et exporter les photos, mais aussi de contrôler l’appareil à distance.

L’Autofocus offre 45 points de reconnaissance du sujet : c’est le plus haut dans cette tranche de prix. La mise à jour complète de l’AF avec le T7i est un vrai bonheur, et rehausse considérablement le rapport qualité-prix de cet appareil.

La détection est intuitive et fonctionne très bien. J’ai été surpris par sa rapidité, même avec un objectif 18-55mm.

Les performances de détection des sujets en mouvement est également améliorée avec ce modèle, grâce à un système métrique RGB+IR.

Avec 49 points d’autofocus répartis sur une grille 7×7, l’assistance manuelle est simple et efficace, en partie grâce à la rapidité du tactile lui-même. C’est bien meilleur que la plupart des appareils photo hybrides dont j’avais parlé dans cet article, et dont certains autofocus étaient décevants.

Point de vue qualité d’images, si le nombre de Mpx n’a pas changé (mais de toute façon on sait que ce n’est pas ça qui compte !), il y a du nouveau sous le capot. Le capteur APS-C CMOS de la gamme Rebel a pris un coup de jeune, avec la promesse d’un meilleur contrôle du bruit.

Ce nouveau capteur va de paire avec le DIGIC 7, le processeur graphique dont j’ai déjà eu l’occasion de parler à l’occasion de mon article sur les appareils photo compacts. Cette nouvelle génération peut gérer dix fois plus d’informations que son prédécesseur, le DIGC 6, et peut améliorer encore davantage la gestion du bruit.

Et il se trouve qu’avec une sensibilité allant jusqu’à ISO 51.200, j’ai pu vérifier que cet appareil avait bien les moyens de ses ambitions.

La balance des blancs est impeccable, même si le résultat m’a semblé un poil trop chaud sur certains clichés. Quant au grain, les performances sont excellentes pour ce prix.

Les photos n’affichent aucun défaut jusqu’à 6400, et l’image reste utilisable jusqu’à 12000. Pas mal, n’est-ce pas?

Le HDR est un bel effort, même si je ne m’attendais à aucun miracle pour ce prix-là. C’est néanmoins une belle performance, puisque les sujets à contre-jour sont sauvés de la sous-exposition, avec un contraste respectueux et une belle intensité de couleurs.

Dommage que la vidéo soit toujours limitée au FHD, avec 60 images par seconde !

Par contre, l’autonomie ne tient que 600 clichés en utilisation réelle, une performance correcte pour un appareil équipé d’un Bluetooth et de la connectivité WiFi, mais moindre que le Nikon D5600 dont je vous parlerai juste après.

Au final, les nombreuses améliorations apportées par Canon avec ce nouveau modèle en font un des champions du milieu de gamme.

Confortable à utiliser pour les novices comme les initiés, il offre pile le niveau de polyvalence que je recherchais pour ce comparatif : c’est un modèle adapté au plus grand nombre qui ne sacrifie rien au passage.

Nikon D5600 : polyvalence et contrôle créatif à portée de tous

Prix
699,00 EUR
Avantages
Excellente qualité d'image
Prise en main confortable
Autofocus satisfaisant
Écran tactile
Inconvénients
Un peu trop cher

Comme je le soulignais plus haut, les Nikon D5xxx comme celui-ci sont plutôt optimisés pour ceux qui cherchent à agrandir la palette de fonctionnalités de leur appareil tout en ayant un meilleur contrôle créatif sur leurs clichés.

Côté design, on retrouve un modèle fort comparable au Nikon 3400 présenté plus haut.

Construit en polycarbonate, il offre la même solidité que son prédécesseur, le D5500. La coque en une seule pièce compacte et durable permet de limiter le poids à seulement 420 grammes – soit le modèle le plus léger de ma sélection.

Le grip est bien proportionné pour une excellente prise en main sans rien perdre de la compacité de Nikon. Les boutons sont tous accessibles du pouce, dans l’idée de s’en servir avec une main laissée libre pour le réglage de l’objectif.

L’écran est non-seulement articulé, mais il est aussi tactile. J’ai toutefois apprécié le fait que malgré cela, il y ait de nombreux boutons physiques.

En ce qui concerne la connectique physique, on ne trouve qu’un port micro-SD et un port de charge pour la batterie. Le port microphone qui manquait au D3400 manque toujours cruellement ici…

Par contre, contrairement au D3400, il dispose du WiFi et du NFC en plus de la liaison Bluetooth Snapbridge. Cette dernière se révélant assez lente pour la transmission de fichiers volumineux, le recours au WiFi est franchement le bienvenu sur cet appareil.

L’autofocus, quant à lui, utilise 39 points de reconnaissance du sujet, avec le même système de tracking 3D que le D3400. Malgré son âge, ce système continue d’offrir une bonne expérience d’utilisation, notamment lorsqu’on exploite le viseur, et les modes autofocus sont rapides et précis.

Néanmoins, si le tracking 3D permet de prendre de bonnes photos de modèles en mouvement, il n’est toujours pas adapté pour les photos de sport, par exemple.

Au niveau de la qualité d’images, on a de la nouveauté par rapport au D3400 avec l’introduction du système métrique Matrix. Celui-ci s’adapte à de nombreuses situations, quelle que soit l’exposition.

Il se débrouille plutôt bien, même avec des scènes très contrastées. La balance des blancs reste naturelle et bien calibrée.

Ses 24.2 Mpx ont un très bon rendu de manière générale. Les images capturées n’affichent pas de grain avant un ISO6400, auquel le niveau de détails prend un petit coup. L’image reste utilisable jusqu’à 15000 environ, mais au-delà, le grain devient trop présent pour être invisible sur une impression A4.

Il y a de nombreuses fonctionnalités de post-traitement, avec plusieurs filtres et modes pré et post-traitement qui permettent de jouer sur la saturation. Parmi les petits outils que j’ai dénichés dans l’appareil, il y a notamment l’option timelapse, facile à utiliser et très satisfaisante.

La vidéo est limitée à une résolution 1080p, malheureusement. Elle offre cependant jusqu’à 60 images par seconde.

Enfin, la batterie tient environ 820 clichés, ce qui est un peu en-dessous de la moyenne (mais supérieur au Canon EOS 800D), mais facilement justifiable par la présence d’une puce NFC et d’une connectivité WiFi.

Mais alors me direz-vous, que penser de ce Nikon 5600? Il apporte en fait assez peu de nouveautés par rapport au D5500, qu’il a remplacé fin-2017.

Mais en soi, c’est un excellent appareil. J’ai apprécié sa polyvalence, offrant des fonctionnalités aux novices comme aux plus aguerris : il y a matière à beaucoup s’amuser, et du potentiel pour de très bons clichés.

Les meilleurs appareils photo reflex haut de gamme

Et puis, on passe la barre des 1000€… Et instantanément, on est dans un domaine semi-professionnel.

C’est dans cette gamme de prix que la supériorité du reflex est un peu plus évidente : meilleures qualités d’images, matériaux haut-de-gamme, et composants à la pointe.

Nikon D7500 : le meilleur haut de gamme

Prix
Dès 1 379,80 EUR
Avantages
Capteur redoutablement bon
Très bonnes performances ISO
Système d'AF performant
8ips en mode rafale
Résistant aux intempéries
Inconvénients
Un peu coûteux

Le Nikon D7500, sorti en 2017, est le nouveau bijou de la gamme D7, qui marque le passage entre le milieu et le haut de gamme dans le domaine du reflex. Qu’est-ce qui justifie l’enthousiasme qui a entouré sa sortie ?

Tout d’abord, il pèse seulement 640gr, malgré un système de scellé qui le rend résistant aux intempéries. Les matériaux utilisés assurent sa solidité, mais également le confort de la prise en main.

Le viseur quant à lui offre – enfin ! – 100% du champ visuel.

L’écran tactile de 3.2” est inclinable. Il aurait gagné à offrir une résolution un poil supérieure dans la mesure où il frôle le Mpx – sans le dépasser – mais c’est globalement satisfaisant. D’autant plus que la colorimétrie offre un rendu fidèle du cliché et que le tactile est très réactif.

Au niveau de la connectique physique, on est sur quelque chose de très complet, qui correspond bien au budget. On trouve une sortie HDMI pour un streaming direct sur un écran, un port SD, une prise micro et casque audio, et un port de charge micro-USB.

Dans cette tranche de prix, certains amateurs de photographie auraient pourtant apprécié  la présence d’un deuxième port SD pour plus d’espace de stockage, c’est un peu dommage.

En matière de sans-fil, tout y est : WiFi, Bluetooth à basse consommation (SnapBridge) et NFC.

L’autofocus, lui, offre pas moins de 51 points de reconnaissance du sujet. Le processeur est notamment programmé pour reconnaître les groupes – une nouveauté qui était apparue sur le D810.

Nikon a, de fait, amélioré la détection des sujets en mouvement, avec une meilleure acquisition du focus et une isolation de l’arrière-plan.

Le 3D tracking est couplé avec un capteur RGB pour une réactivité impeccable et une grande précision. Cela permet à l’autofocus d’être l’un des plus rapides de ce comparatif, avec des performances comparables au D500 – avec lequel il partage certains composants.

Dans le domaine de la qualité d’image, le Nikon D7500 marque tous les bons points.

En mode rafale, il propose 8ips JPEG. Le système métrique offre des performances très satisfaisantes, avec une balance des blancs et des contrastes impeccables. Le capteur RGB sert à la fois à assister l’autofocus et à ajuster les paramètres de l’image en fonction du contexte d’exposition.

Le résultat est stupéfiant avec les couleurs, vives et bien équilibrées, qui sont  la fois fidèles et renforcées.

La sensibilité ISO s’étend de 100 à 51.200, avec une très grande flexibilité. Même à un ISO 12.800 – au-delà duquel tous les appareils photo que j’ai étudiés jusque là commençaient à faiblir – le résultat est très bon. C’est à 25.600 que le niveau de détail commence à sérieusement souffrir, même si l’impression reste acceptable sur format A4.

Et le HDR est enfin digne de l’évolution des reflex, avec un des rendus les plus appréciables dans une tranche de prix abordable. Il parvient à sauver des détails d’ombre dans une photo particulièrement surexposée, et à fournir un cliché toujours satisfaisant.

Au niveau de la capture vidéo aussi, on en a pour notre argent. La qualité du capteur et le support du 4K en font une caméra tout à fait viable si on le monte sur trépied. Les vidéos sont capées à 30ips pour le 4K et 60ips pour le Full HD.

Enfin, l’autonomie de 950 clichés constitue une excellente performance, quand on sait toute la technologie que le D7500 embarque !

Finalement, tout en restant tout à fait abordable pour un amateur comme moi, le  Nikon D7500 propose une qualité d’image tout bonnement impeccable, voire  bluffante, avec un rendu quasi professionnel.

Nikon D500 : un appareil photo reflex professionnel taillé pour l’action

Prix
Dès 1 999,00 EUR
Avantages
Autofocus brillant
10ips en mode rafale
Excellente qualité de construction
Superbes images
Inconvénients
Un peu lourd (760g)
Peu de contrôles tactiles

Je sais, on va m’accuser d’être pro-Nikon, puisque c’est le 4e produit de la marque présenté dans ma sélection. Mais je vous assure qu’il n’en est rien.

Le D500 – disons que c’est le grand frère du D7500 – appartient à une gamme supérieure, et s’adresse principalement aux enthousiastes et aux professionnels de la photographie qui cherchent un appareil photo compact, léger et aussi performant que des monstres comme le D5 ou le D810.

Niveau design, il possède un corps en alliage de magnesium avec une coque qui supporte les intempéries. Mais en conséquence, il n’est pas le plus léger des appareils du marché : 760 grammes sur la balance !

Certains trouveront du bon dans ce poids un peu supérieur à d’autres concurrents. Un appareil plus lourd est aussi un appareil plus stable, et la prise en main est, en l’occurence, un vrai plaisir.

Le viseur offre 100% du champ visuel.

L’écran n’est articulé que sur un axe – mais ce n’est pas un drame. Avec ses 2.3Mpx, il offre la meilleure résolution de ce comparatif et une qualité d’image ultra-fidèle.

Par contre, il faut souligner la nécessité de passer par les boutons physiques pour accéder à certaines options auxquelles le tactile ne donne pas accès.

Point de vue de la connectique, il offre les mêmes options que le D7500, à une exception près : il peut cette fois embarquer deux cartes SD.

Il dispose également du WiFi, d’une puce NFC et du SnapBridge.

L’autofocus affiche évidemment (on ne paie pas pour rien !) des performances assez délirantes. Il y a 153 points AF – trois fois plus que le D7500.

Les photographes sportifs et d’action ont peu de chance d’être déçus : il est extrêmement rapide, et très précis. Même à luminosité réduite, il identifie le sujet en mouvement et le met efficacement en valeur.

La détection de contraste qui opère dans la magie de l’autofocus est meilleure que dans tous les modèles Nikon dont j’ai parlé jusqu’à maintenant.

Côté qualité d’images, ce modèle affiche une sensibilité ISO allant de 100 à 51.200 – extensible à pas moins de 1.640.00 ! – autant dire qu’on l’attend au tournant. Et même à 51.200, le grain n’empêche pas l’image d’être tout à fait exploitable.

Le processeur EXPEED 5 est fait d’un autre bois que le DIGIC 7. Il permet d’amener le mode rafale à 10ips, pour jusqu’à 200 fichiers RAW en continu. De quoi satisfaire la plupart des professionnels, même dans le domaine du sport.

Il embarque également un nouveau capteur RGB 180,000 pixels pour gérer le métrage et la balance des blancs et améliorer considérablement l’autofocus. Les performances de ce capteur permettent de compenser les sujets surexposés, évitant les défauts de la plupart des reflex.

Le HDR est également très efficace, avec des rendus contrastés et vibrants, quel que soit le contexte d’exposition.

En capture vidéo, il offre évidemment un support 4K – indispensable dans cette gamme de prix – avec 30ips – jusqu’à 60 en Full HD, avec une option slow-motion. Que ce soit pour la vidéo ou la photo, le système de stabilisation physique permet d’obtenir un résultat très satisfaisant, même quand on filme à la main.

Vous vous dites qu’un tel monstre doit manquer d’autonomie n’est-ce pas? Eh bien non !

Sa batterie est en harmonie avec l’excellence de cet appareil, puisqu’elle tient 1240 clichés, et ce malgré les nombreuses fonctionnalités qu’il embarque (c’est peut-être pour ça qu’il est lourd, après tout…).

Au final, le D500 est un excellent appareil photo reflex. Il satisfera sans aucun doute les enthousiastes comme les professionnels un peu limités dans leur budget.

De manière générale, le D500 est une version light et compacte du D5, bien plus imposant – et très cher. Il embarque des performances pro impressionnantes, et il a de grandes chances de convenir aux amateurs de photographie sportive grâce à ses rendus impeccables sur des sujets en mouvement.

Si le D7500 s’impose dans la qualité du processeur graphique, le D500 est un champion de la vitesse. C’est notamment un très bon choix si vous avez déjà des objectifs DX, qui offrent les meilleurs résultats avec cet appareil.

Les produits de ma sélection en promo pour l’instant

Comment choisir votre appareil photo reflex ?

Bien que les appareils photo reflex fasse doucement leur chemin sur le marché des amateurs et du grand public, ils ne conviennent pas à tout un chacun.

Si les réglages manuels ne vous rebutent pas et que vous cherchez un appareil alliant polyvalence et performance, alors ils sont faits pour vous !

Faire de belles photos de paysage avec un appareil reflex
« Faire de belles photographies de paysage ne se résume pas à prendre en photo un beau paysage.
Créer une belle composition, profiter de la plus belle lumière et surtout maîtriser les réglages de son appareil reflex font partie des fondamentaux pour réussir ses photographies. Parmi ces réglages, le mode « priorité à l’ouverture » est certainement le plus utilisé. Il permet de contrôler la profondeur de champ, c’est-à-dire la netteté de l’image. L’autre intérêt d’utiliser un appareil reflex, c’est la possibilité de changer et de choisir ses objectifs. Le grand angle est très souvent utilisé en photographie de paysage, car il permet de capturer une scène grandiose en une seule image. À l’inverse, l’utilisation d’un téléobjectif permettra de faire des cadrages plus serrés et d’isoler un élément du paysage.
Quoiqu’il en soit, l’appareil photo numérique est un médium pour créer des images, et le meilleur appareil reflex qui puisse exister est celui que vous saurez maîtriser. Patience et travail donc… »

Stéphane Kocyla, Photographe passionné
et fondateur du site 
Aventures de Photographe 

Adaptés à un débutant ?

Oui, et pour plusieurs raisons.

Tout d’abord se pose la question du matériel : on part souvent du principe qu’il faut un appareil photo professionnel pour prendre une photo de qualité. Ou encore qu’un appareil professionnel sera trop compliqué pour effectuer de simples “jolies photos”.

Et si je vous disais que certains photographes professionnels utilisent un appareil photo compact ? Ou leur smartphone ?

Certes, les reflex demandent un peu plus de manipulations qu’un Canon IXUS en mode Auto, mais le résultat comme l’intention diffèrent grandement. À mon sens, c’est sur ce point qu’il faut se concentrer.

Les appareils “point and shoot” ont leurs limites. Le reflex, lui, offre avant tout une plus grande liberté d’utilisation et plus de flexibilité. Que ce soit “difficile” ou pas va dépendre de la fluidité de l’interface.

L’objectif et le capteur

Les reflex permettent notamment de changer d’objectif, et donc de maîtriser sa profondeur de champ. Un simple compact a juste un seul objectif pour tous les contextes, alors que le reflex vous poussent à les choisir en fonction du résultat que vous souhaitez obtenir.

Bien entendu, un très bon autofocus sur un compact, c’est bien. Mais une vraie isolation de l’arrière plan permet, elle, de mettre le sujet en valeur.

À titre d’exemple, cette photo n’aurait pas pu être prise sur un compact :

Par ailleurs, il y a la question de la qualité de l’image. Les reflex ont un plus grand capteur que les compacts – même s’ils sont en concurrence avec les hybrides sur ce point.

Un plus grand capteur, ça veut dire moins de bruit et une prise de vue plus rapide. En clair, une meilleure image.

Le viseur

Enfin, il y a la question du viseur électronique/optique. Les hybrides se démarquent des reflex en ce qu’ils ont un EVF : un viseur électronique. Les reflex utilisent des miroirs, donc vous voyez directement ce que vous photographiez, à travers l’objectif.

Ça évite le problème de la latence entre la l’objectif et l’écran, qui peut être gênant pour viser un sujet en mouvement.

Donc ne vous détournez pas du reflex parce que vous ne pensez pas être assez “pro” ! Pensez plutôt au type de photos que vous voudrez prendre !

La marque

C’est une question qui est anecdotique pour plusieurs catégories d’appareils photo. Mais pas pour les reflex, ni pour les hybrides, car leurs objectifs sont souvent propriétaires.

Ça veut dire que si vous achetez un Pentax, vous êtes coincé avec des objectifs Pentax pour le restant de vos jours.

Ce serait un peu fastidieux de détailler toutes les qualités d’objectifs, d’autant que personne n’arrive vraiment à se mettre d’accord. Mais de manière générale, il y a un consensus sur la supériorité de Nikon et de Canon.

D’ailleurs, c’est en partie pour ça qu’ils peuplent la majorité de ce comparatif…

Contrairement à des acteurs plus récents sur le marché, comme Sony, ils offrent un catalogue d’objectifs de plusieurs décennies. D’autant que les reflex sont les plus anciens types d’appareils encore en vente sur le marché.

On considère, de manière générale, que les objectifs Nikon sont plus ergonomiques, mais que les objectifs Canon sont moins chers, sans compter que Canon a un catalogue un poil plus fourni, et une meilleure disponibilité des produits en France.

Plus loin que cela, je ne m’avance pas : je ne veux pas me faire étriper dans les commentaires !

Les accessoires  indispensables

Il y a deux catégories d’accessoires : les indispensables, et les optionnels.

Idéalement, ils sont inclus à l’achat – mais c’est rarement le cas.

D’abord, il vous faut un petit sac de transport pour contenir le corps et au moins deux objectifs. Tamrac est une très bonne marque d’accessoires photographiques, et leurs sacs sont parmi les meilleurs rapports qualité-prix.

Ensuite, prévoyez une batterie de rechange dès votre achat pour les longues excursions, et une carte SD d’au moins 32GB.

S’il n’est pas inclus, achetez un kit de nettoyage des objectifs – c’est sensiblement le même que pour les lunettes.

Dans les accessoires optionnels, on retrouve l’unité de flash amovible, ou le tripode, qui est toujours appréciable, surtout pour les longues expositions.

Vous pouvez également acheter quelques filtres polarisant : Nikon et Canon ont un très bon choix, mais vous pouvez aussi vous orienter vers B+W, qui en fait d’excellents pour un prix généralement plus compétitif.

Les Mégapixels

Sous l’influence des smartphones – qui rivalisent en Mpx recto et verso ! – les fabricants se targuent souvent d’avoir le plus de pixels. C’est un peu dommage, parce que les professionnels sont unanimes : on s’en fiche un peu.

Les Mpx ne définissent pas la qualité de l’image : c’est l’apparition du grain au-delà d’un certain niveau d’ISO qui va ruiner la netteté de la photo, jamais le nombre de Mpx. Au-delà de 12, vous êtes tranquille.

À propos de l'auteur

Nicolas Orengo

Passionné par les nouvelles technologies, le logiciel libre et la politique du net, je suis toujours à la recherche des innovations qui vont améliorer et libérer notre expérience d'utilisateur.
Je suis convaincu que les nouveaux matériaux et logiques d'utilisation peuvent nous permettre de construire un monde de l'informatique durable et indépendant, au niveau du hardware comme du software.

  • Salut Nicolas,

    Je commence vraiment à m’interesser à la photographie depuis un certain temps. Apres avoir lu ton post, je suis hyper tenté par le D7500. Penses tu que c’est un bon depart? Mon besoin c’est pour les mariages, spectacles, videos, la petite famille, etc…

    • Bonjour,

      Je me permets de répondre pour Nicolas, qui travaille actuellement sur un projet personnel et n’est donc plus présent parmi nous.
      Le D7500 est effectivement un très bon appareil, qui tout en contentant les professionnels, reste abordable pour les amateurs. Mais quand vous parlez de départ, vous voulez dire que ce serait votre tout premier appareil photo reflex ? Ou bien vous avez déjà un peu d’expérience avec ce type d’appareils?

  • Bonjour ,
    Le Nikon D500 est une vraie catastrophe en basse lumière, je l’ai utilisé une fois en match des ligue des champions associé à un Nikkor 24-120 F4 VR , la plupart des images était floues , heureusement le sony a99ii m’a sauvé …. je l’ai vendu .. Off

    • Bonjour,

      Merci beaucoup pour votre retour. Je crois que ce sera très utile pour les lecteurs qui hésiteraient entre ce modèle et un autre, si la question de la basse lumière est essentielle pour eux!

      Belle journée,

  • J’ai le Canon 800 D. Je n’ai pas d’élément de comparaison, mais j’en suis très contente. Associé au 18/200 mm de la même marque, il donne de bons résultats. Simple d’utilisation, son poids est supportable et on le prend bien en main. A noter que, dans une église, l’objectif est tombé d’un banc. Ça a fait un gros bruit, mais pas une égratignure et il fonctionne nickel. Le prochain sera un full frame parce que je ne vois pas ce qu’un autre APS-C peut m’apporter. Merci pour cet article.

  • bonjour ,

    et tout d’abord merci, pour votre rubrique .
    je suis un éternel débutant qui cherche à progresser.
    je vais changer mon matériel de débutant primaire (NIKON DX3100)
    pour passer soit au Canon EOS 800D soit au Nikon D7500.
    on m’offre un voyage en Islande photographier les aurores boréales
    (si elles sont au rendez vous –mdr–).
    quel objectif me conseillez vous suivant l’un ou l’autre de mon achat.
    encore bravo pour vos articles.
    nous avons besoins de conseils ( nous les profanes)
    et merci pour votre réponse.

  • Bonjour,

    Je suis très surpris par votre vision des 6 vrais meilleurs réflex 2018 ….
    Il n’y a pas un seul boitier full frame ! Pensez vous que ce qu’il existe de meilleur ne soit que qu’en format apsc ? Je comprends que vous excluiez des boitiers du type D5 ou EOS -1Dx mark II, mais il existe beaucoup d’autres matériels très intéressant en 24×36 (et à des prix relativement abordables), que je trouve de qualité nettement supérieure à ceux que vous présentez (entendons nous bien, il y en a de très bons parmi ceux que vous présentez : le D500, par exemple est très performant et agréable à utiliser). Votre démarche est très louable, et je trouve intéressant l’idée d’un comparatif large (souvent les comparo ne concerne que 2 ou 3 boitiers). D’après vos commentaires, il semble que vous ayez testé certains de ces appareils (ou au moins pris en main), mais vos commentaires ressemblent plus à ceux d’un technophile qu’à ceux d’un photographe. Ne serait-ce qu’à cause du vocabulaire que vous employez … je vous avoue que quand vous parlez de lentilles plutôt que d’objectifs par exemple, cela jette un certains discrédit sur vos propos (à moins que vous soyez anglophone et que le terme « lens » vous ait influencé … et dans ce cas là je me permet de saluer votre niveau en français !). C’est très dommage, d’autant que votre remarque sur l’intérêt du nombre de pixels toute à fait pertinente (il m’a fallut quand même un moment pour comprendre en quoi affirmer qu’un capteur plus grand voulait dire une prise de vue plus rapide. J’imagine que vous conviendrez avec moi que si cela se défend dans certaines acceptations, l’argument est très très léger et extrêmement ambiguë, voir trompeur). Bref, j’ignore le type de prises de vue que vous pratiquez et il est possible que selon vos critères il s’agisse réellement des 6 vraiment meilleurs appareils photo réflex du moment mais ça me laisse pantois (et je pense qu’il en serait de même pour tous les photographes que je connais), et je trouve le titre de votre article totalement inadapté. Je suis très déçu par le contenu : j’espérait trouver des informations utiles sur certains boitiers que je ne connaissait pas bien (on me demande souvent des conseils sur tel ou tel appareil, et comme le marché et relativement vaste et que je ne veux pas raconter n’importe quoi, je suis souvent à la recherche d’informations fiables).
    Je me rends compte que mon commentaire peut paraître très négatif (alors qu’encore une fois, je trouve votre démarche très louable), alors je vais finir en vous remerciant pour le temps que vous passez à faire sur ce type d’état des lieux du marché des appareils photo.
    Cordialement Rodolphe

    • Bonjour Rodolphe,

      Merci beaucoup pour votre commentaire très instructif.

      Je comprends que pour un photographe aguerri, ce type d’article puisse être décevant. Les comparatifs de Chromebookeur, même s’ils peuvent parfois aider des professionnels dans certains domaines, sont généralement adressés à des amateurs technophiles (faits par eux et pour eux). Du coup, même si nous sélectionnons ce qui nous semble être le top à notre niveau, et dont nous sommes convaincus qu’ils satisferont nos lecteurs, cela peut laisser un goût de manque aux professionnels.

      En ce qui concerne l’absence de boîtiers full frame dans notre sélection, elle s’explique également par notre politique de publication : puisque nous nous adressons essentiellement à des amateurs, nous nous limitons également à certaines gammes de prix et surtout de technologies (parce que ce n’est évidemment pas parce que c’est plus cher que c’est meilleur), au-delà desquelles nous estimons que le niveau de professionnalisation est trop élevé que pour que pour que le produit satisfasse nos lecteurs ou même pour que notre avis soit réellement pertinent. Or, les boîtiers full frame que nous avions présélectionnés et conservés pour leurs qualités s’étendaient tous dans des gammes de prix parfois nettement supérieures (je pense par exemple au Nikon D850). Du coup, nous avons préféré les éliminer de notre sélection. Mais ce n’est pas pour autant qu’on n’en verra pas apparaître au fur et à mesure de nos mises à jour, bien sûr!

      Encore merci pour votre commentaire,

      Belle semaine,

  • BONJOUR J ‘ AI UN PENCHANT POUR LE CANON , MAIS VU LES COMMENTAIRES SUR LE NIKON D 3400 , JE SUIS TENTER . QUE ME CONSEILLES VOUS ENTRE LE D 3400 NIKON ET LE CANON 800 D . PARCE QUE JE COMPTE RENOUVELER MON MATÉRIELLES .

    • Bonjour,

      Tout est fonction de l’utilisation que vous en ferez.
      Il faut également voir ce qui est important ou non pour vous (par exemple, le tactile: il est disponible que le Canon 800D mais pas sur le Nikon D3400).

      Vous parlez de renouveler votre matériel donc j’imagine que vous n’êtes pas un débutant dans le domaine du reflex? Car, comme Nicolas l’indiquait, il est possible qu’un amateur un peu aguerri se retrouve vite limité avec le Nikon D3400, qui est plutôt pensé pour des débutants en ce domaine.

      Bon dimanche,

  • BONJOUR MOI C EST BLAISE KASONG JE SUIS AU CONGO KINSHASA . VILLE DE LIKASI JUSTE UNE QUESTION . J’ UTILISE UN CANON 1100 D QUE JE VAIS REMPLACER PAR UN BOITIER 1200 D , MAIS J’AIS COMME L’ IMPRESSION QUE MES PHOTOS NE SONT PAS TRÈS NETTE COMME AVANT. EST CE QU’ IL YA UNE DIFFÉRENCE DE PERFORMANCE , OU MES RÉGLAGES NE SONT PAS BONNES ?

    • Bonsoir Blaise,

      Avec le 1200D vos photos sont moins nettes qu’avec le 1100D, c’est bien ça?
      C’est assez étonnant car entre les deux modèles, il n’y a normalement eu que des améliorations de performance, sauf au niveau de la mise au point, qui ne se fait plus automatiquement. Mais du coup votre problème vient peut-être de là?

      Belle soirée,

  • Bonjour,
    Dans votre conclusion au sujet du canon 800D vous écrivez « Si on peut hésiter sur un point avec le Nikon D5600, c’est sur le look. Pour ce qui est de ce qu’il a sous le capot, il n’y a pas photo ! »
    Je ne comprends pas du tout pourquoi le Canon 800D est ici présenté comme plus haut de gamme que le Nikon D5600… alors que justement quand on regarde sous la capot, le D5600 fait mieux sur 90% des chapitres !

    Précisons d’emblée qu’il ne s’agit pas d’une réflexion orientée « Canon VS Nikon » (laissons ces querelles d’église à ceux qui entrent en religion quand il s’agit de matériel) Mais simplement, quand on regarde les données techniques, il semble que le Nikon soit au contraire un peu supérieur sur plusieurs points importants :
    – capteur plus grand (meilleur ratio Mpx/cm)
    – beaucoup plus réactif en visée directe
    – autofocus plus rapide
    – pas de filtre passe bas (meilleur piqué)
    – plus grand écran
    – plus léger
    – plus compact
    – meilleure autonomie
    – un peu moins cher
    Du reste, le respecté DxOMark attribue une meilleure note au D5600 (84 points contre 78 pour le Canon 77D, clone du 800D) https://bit.ly/2NYUvCF

    Alors certes, le 800D a quelques avantages… avec notamment quelques points de focalisation en plus… mais bon, sur une image je vois mal l’intérêt d’avoir 3000 points de focalisation. Quand on en a une dizaine, c’est déjà beaucoup… à moins de ne pas savoir ce que l’on veut prendre en photo 😉 Par ailleurs l’ergonomie des menus est d’après moi meilleure chez Canon.

    Pour résumer, il semble évident que ces 2 appareils se valent puisqu’ils offrent des performances assez similaires. N’empêche que s’il fallait faire une hiérarchie en se basant précisément sur ce qu’ils ont sous le capot, le D5600 fait simplement mieux que son petit copain sur la plupart des chapitres techniques, avec un prix plus serré.

    • Bonjour Stéphane,

      Merci pour votre commentaire très complet et très instructif pour ceux qui envisagent un achat de l’un de ces modèles.

      En fait, à l’époque où Nicolas l’a rédigé, le Canon 800D se trouvait dans une marge de prix supérieure à celle du Nikon D5600, et c’est ce qui lui avait valu d’être répertorié dans les « Milieu de gamme » au vu de l’investissement plus important qu’il demandait.
      L’offre et la demande étant ce qu’elle est sur Amazon, cela a changé depuis, et une mise à jour de l’article devrait avoir lieu prochainement.

      Bonne journée,

      • Merci pour votre réponse, Morgane. On peut certes comprendre que le grand public se fie uniquement aux prix de vente pour établir un jugement de valeur, et donc un classement entre différents appareils. Mais tout l’intérêt d’un test technique mené par un amateur averti, n’est-il pas de s’affranchir de se genre d’à priori pour regarder objectivement ce que les différents appareils ont justement « sous le capot », au delà des politiques de positionnement tarifaire ou des sirènes du marketing ?

  • Hello,

    merci pour ce test très complet et très instructif ! ??

    J’ai une petite question : en qualité d’image pure, quelle différence (s’il y en a) y-a-t-il entre un Nikon D3400 et un D500 ou D7500 ?
    La question peut sembler bête, mais au vu de la résolution de ces boitiers, et de leurs capteurs, je ne trouve pas d’éléments objectifs permettant de dire que les 2 plus chers produisent des images de meilleurs qualité que le D3400.
    Pour être complet, je ne parle pas ici de photos qui nécessitent un autofocus performant ou une montée en ISO très importante (là, pas de souci, D7500 et D500 se démarquent largement) : mais, dans le cas d’un portrait ou d’une photo de paysage, et à objectif égal bien sûr, peut-on dire que la qualité de l’image produite par le D7500 ou D500 sera meilleure que celle produite par le D3400, et si oui pourquoi ?

    • Salut Matt,

      En effet pour des photos portraits ou paysages, la différence est assez mince. C’est vraiment point de vue ISO et résolution vidéo de le D7500 se démarque le plus(port pour micro et casque également).

      Bonne journée,

      Sacha

  • Niveau qualité prix,le Pentax K 70 est le meilleur de sa catégorie.Il a certes quelques petits défauts comme ses concurrents ,mais aussi des options comme la tropicalisation que les autres n ont pas

  • Hey ! Petite question, comment est le M50 en comparaison avec le 800D? Et le quel est le plus adapté pour faire de la photo ET de la vidéo ? (Ou est ce qu’un autre appareil serait mieux? Mais j’avoue que j’aime bien Canon personnellement)
    Merci de ta réponse, j’aime beaucoup tes articles c’est vraiment utile!

  • Bonjour et merci pour ces test
    Je vais remplacer mon vieux reflex par un Nikon ,je vise le 5600 ou 5300 ,j’aime le 5600 pour son écran tactile mais beaucoup moins son ergonomie .est il supérieur au 5300 pour que je fasse l’impasse sur l’ergonomie ?
    Je vais l’accompagner d’un 70-300 Tamron ,mais j’hésite sur le 18-105 ou 18-140
    Je fais un peu de tout , portrait,paysage , animaux
    Merci d’avance pour vos conseils Thierry

  • Bonjour Nicolas,
    Merci beaucoup pour cet article intéressant. J’ai vraiment aimé votre méthode de la rédaction de ces informations.
    J’ai besoin de votre aide concernant le choix d’un appareil à utiliser pour prendre des photos des articles à vendre sur un site e-commerce (images de bonne qualité), et aussi à utiliser pour créer des videos de bonne qualité aussi !
    Mon budget est inférieur à $700.
    Merci beaucoup.

  • Bonjour.
    Quelles vrais différences enter le 800D et le 77D de Canon ?
    Que conseillez-vous à l’achat, pour un débutant, sachant que le coût ne diffère pas trop ?
    Merci.

    • Bonjour ! Le 800D et le 77D sont très, très, très similaires. Même capteur, même processeur d’image, même coque, et globalement la même ergonomie. Voilà les seules différences que j’ai notées :
      – La navigation du menu est un poil plus simple sur le 800D.
      – La stabilisation de la vidéo (5-axes physiques) est meilleure sur le 77D.

      Au-delà de ça, en matière de simplicité… Je les trouve très équivalent aussi. A mon avis, vise le 800D qui est un peu moins cher 😉

  • Bonjour,
    Déjà merci pour ce post très intéressant, pour le partage de votre expérience. J’aurais besoin de conseil. En vu d’une formation, voir plus tard d’une professionnalisation, je cherche un appareil pour débuter. Un hybride peut il faire l’affaire (ou faut il absolument un reflex)? si oui, lequel conseillez vous? merci

  • >