Les chromebook ne cessent de gagner en popularité, que ce soit en France ou dans le reste du monde.

Actuellement, on compte plus de 20 millions de ces appareils étant utilisés par des étudiants dans le cadre de leur apprentissage. De plus, en 2016, les ventes de chromebook ont tellement augmenté qu’elles ont dépassé celles des Macs aux États-Unis.

Étant avant tout attirants à cause de leur bas prix, les chromebook peuvent donc sembler très intéressants pour toute personne en quête d’un nouvel ordinateur portable.

Cependant, on peut raisonnablement se poser la question : “est-ce qu’un chromebook est vraiment une option solide et complète ?” Est-ce que ces appareils peu chers et basiques sont vraiment capables de faire concurrence à des machines telles que les pc Windows et les Macbook ?

Lors d’un précédent article, j’ai déjà eu l’occasion d’interroger des experts sur cette exacte question. Mais cette fois-ci, je voulais interroger les personnes dont les réponses ont encore plus de valeur que celles d’experts : les possesseurs de chromebook eux-mêmes.

J’ai donc créé un sondage contenant une dizaine de questions au sujet de l’utilisation d’un chromebook dans la vie de tous les jours, et je l’ai envoyé à des personnes en ayant acheté un.

Après quelques jours, j’ai reçu un total de plus d’une centaine de réponses. Parmi celles-ci, j’ai pu trouver un quantité d’information impressionnante que j’ai décidé de partager dans cet article.

Installez-vous dans une position confortable, mettez-vous à l’aise, et lisez les paragraphes qui suivent pour découvrir ce que plus de 100 personnes ont à dire au sujet des chromebook.

Utilisation unique ou complémentaire

Plusieurs ordinateurs

“Est-ce que ton chromebook est ton unique ordinateur, ou est-ce que tu en possèdes un autre en plus ?”

De toutes les réponses à ce sondage, c’est probablement celle-ci qui m’a le plus étonné.

En effet, une majorité écrasante de 86% des personnes utilisant un chromebook le font en plus d’un autre ordinateur.

86% ! C’est-à-dire que plus de quatre personnes sur cinq disposent toujours d’un autre ordinateur sur lequel s’appuyer en plus de leur chromebook.

Parmi les justificatifs de ce choix, les éléments qui sont le plus souvent revenus sont les logiciels, les jeux et l’usage professionnel.

De fait, les logiciels sont définitivement le point faible des chromebook par rapport à Windows et Mac OS. Que ce soit pour le développement d’application, la comptabilité, la bureautique, le traitement de photo, le montage vidéo ou l’impression de document, de nombreux cas d’utilisation plus “avancés” que l’utilisation basique ne sont pas encore bien couverts par chrome OS.

Parmi tous ces utilisateurs, certains ont déclaré n’utiliser un autre ordinateur qu’en cas de nécessité : lorsqu’il faut scanner un document ou utiliser un logiciel professionnel uniquement disponible sur Windows par exemple.

Beaucoup utilisent également un combo pc fixe / pc portable, respectivement pour la maison et les déplacements.

Lorsqu’ils sont hors de chez eux, ils glissent leur chromebook dans un sac et ne doivent pas se soucier d’un manque de batterie ni d’un poids élevé. Ensuite, une fois rentré à leur domicile, ils repassent sur leur pc fixe afin de profiter d’un meilleur confort de travail et de divertissement.

Il s’avère donc que le manque d’application professionnelle et de jeux ne soient pas l’unique raison pour laquelle les utilisateurs de chromebook possèdent un autre appareil. Le confort d’un pc fixe joue lui aussi un rôle important, chose qui se retrouve également avec l’utilisation des pc portables Windows et des Macbook.

Utilisation unique

Parmi les personnes sondées, 14% ont affirmé utiliser uniquement un chromebook comme ordinateur. Impossible donc pour elles de jouer à des jeux uniquement présents sur Windows ou utiliser des logiciels professionnels non disponibles sur chrome OS.

Cette tranche de personnes représente en grande partie les utilisateurs basiques : ceux et celles qui utilisent un chromebook pour des tâches comme la navigation web, le visionnage de vidéos et la bureautique simple. En fait, ce que les gens font en moyenne plus de 90% du temps sur leur ordinateur.

Mais c’est là tout le problème : les 10% restants de cas d’utilisation.

Même si les chromebook ne cessent de gagner en popularité partout dans le monde, principalement à cause de leur bas prix, il est actuellement impossible d’envisager un remplacement total des autres appareils. Du moins pas avant que les 10% restants de cas d’utilisation seront comblés, et qu’un utilisateur avancé puisse totalement se passer d’une machine Mac OS ou Windows.

Les avantages

Heureux

“Quels sont, selon toi, les 3 plus gros avantages des chromebook ?”

À cette question, les réponses ont été bien plus proches de ce à quoi je m’attendais, ce qui m’a rassuré sur la pertinence de mon sondage.

Par ordre de fréquence décroissante, voici les 7 avantages qui se sont le plus répétés :

  1. Rapidité
  2. Simplicité
  3. Prix
  4. Autonomie
  5. Sécurité
  6. Maintenance
  7. Cloud

En tout premier lieu, et loin devant les autres éléments, trône la rapidité. Et c’est d’ailleurs peu surprenant.

En effet, les chromebook ont été conçus dès le premier jour pour offrir ce qui manquait terriblement au marché des pc portables : une machine peu chère et rapide.

On a tous déjà connu la très désagréable expérience d’utiliser un ordinateur Windows d’entrée de gamme et de vouloir se pendre pendant que les chargements de pages y avançaient à pas d’escargot. Plus qu’une simple frustration, cette lenteur typique du monde Windows est devenue une nuisance presque habituelle chez les utilisateurs.

Pas étonnant donc qu’après leur passage au chromebook, la grande majorité des personnes sondées ait mentionné la rapidité parmi leurs avantages favoris.

En second dans la liste, on retrouve la simplicité : elle aussi un pilier clé dans la conception des chromebook.

Cette simplicité est présente de plusieurs façons au sein du système d’exploitation de Google. La synchronisation automatique des documents et des paramètres dans le cloud en fait partie, tout comme l’interface épurée, les touches affordantes du clavier, les menus simplifiés ou encore les mises à jour automatiques.

Bien évidemment, le prix a été repris de nombreuses fois comme un gros avantage des chromebook par rapport à leur concurrence. Pas étonnant lorsque les meilleurs chromebook coûtent en moyenne moins de 350€ tandis que les pc Windows corrects commencent à 500€ et les Macbook à 1500€.

En quatrième position, l’autonomie est tout autant appréciée, atteignant 8, 10 voire 12 heures pour certains modèles de chromebook. En parallèle avec cette autonomie se retrouve le faible poids des appareils qui les rend très mobiles ainsi que l’absence de ventilateur qui les rend plus fins.

Viennent ensuite en 5ème et 6ème position la sécurité et la maintenance, qui vont de pair pour fournir une expérience d’utilisation sans peur ni frustration.

En effet, les chromebook bénéficient d’un système de mise à jour avancé qu’aucun de leur concurrent n’est encore arrivé à égaler. Ce système permet aux mises à jour de se télécharger et s’installer en arrière-plan sans aucun input de l’utilisateur. Une fois la mise à jour installée, il suffit de redémarrer son appareil et hop, on dispose des dernières fonctionnalités et patch de sécurité.

En combinant ce système de mise à jour très pratique avec le pare-feu impénétrable de chrome OS, les chromebook comptent parmi les ordinateurs les plus sécurisés qui soient. Et ce sans que l’utilisateur ait quoi que ce soit à faire.

Enfin, en dernière place dans ce classement, il est intéressant de noter que le cloud est fort apprécié par les possesseurs de chromebook. L’utilisation de celui-ci leur permet en effet de garder tous leurs appareils synchronisés sans avoir de fichiers à déplacer dans tous les sens, comme c’est le cas lorsqu’on travaille en local.

Il est donc par exemple possible de commencer la rédaction d’un document texte sur un appareil, éteindre celui-ci, puis poursuivre sa rédaction sur un autre ordinateur sans avoir quoi que ce soit à faire. Le tout gratuitement grâce à la suite de travail Google et à Google Drive.

Les inconvénients

Triste

Malgré les nombreux avantages cités par les participants de l’enquête, les chromebook ne sont pas parfaits.

Parmi les inconvénients cités, voici ceux qui sont revenus le plus souvent, par ordre décroissant :

  1. Manque d’applications
  2. Périphériques non supportés
  3. Dépendance de la connexion à internet
  4. Faible espace mémoire
  5. Environnement fort orienté Google

En premier lieu, et de très loin l’élément le plus cité, se trouve le manque d’applications. Ce problème, aussi vieux que le système d’exploitation chrome OS lui-même, est le même que celui qui empêche les gens de pouvoir se passer d’un second ordinateur pour gérer leurs tâches de tous les jours.

Le manque d’applications a, depuis les premiers jours de chrome OS, été décrié par les médias technologiques partout dans le monde. Et de fait : comment prendre au sérieux un système d’exploitation qui ne dispose pas d’un large écosystème d’applications lorsqu’il s’agit de faire concurrence à des géants tels que Microsoft et Apple ?

Ceci est particulièrement pénible pour les personnes qui dépendent d’applications uniquement présentes sur Windows ou Mac OS dans le cadre de leur vie professionnelle. Comment faire le pas vers un chromebook lorsqu’on sait qu’on aura besoin de logiciels de comptabilité, finance, programmation ou bureautique qui y sont absents ?

Ce problème crucial n’a donc cessé de hanter les chromebook depuis 2011. Et, au vu des résultats de ce sondage, il continue de le faire.

Et le Google Play Store dans tout ça ?

Lors d’une conférence dédiée aux chromebook à la Google I/O 2016, une annonce qui semblait révolutionnaire a été faite : le Google Play Store allait arriver sur les chromebook.

Cela signifiait que les millions de logiciels qui composent ce gigantesque magasin d’application, en plus de pouvoir être utilisées sur smartphone et tablette Android, allaient également l’être sur chromebook.

Autant dire que la communauté mondiale des utilisateurs de chromebook était très excitée à cette idée. D’ici quelques temps, tous les problèmes liés au manque d’applications sur chrome OS allaient être résolus, et on pourrait enfin se passer d’un appareil Windows ou Mac OS pour les tâches professionnelles.

Ça, c’était ce que les gens espéraient. Malheureusement, la réalité s’est avérée tout autre.

Plus d’un an après cette annonce se voulant révolutionnaire, les utilisateurs de chromebook ne disposent toujours pas des applications Android de façon stable et sous forme d’un produit fini.

Seul un nombre très réduit de modèles de chromebook a pour l’instant accès à ces précieuses applications salvatrices. Et encore, un accès en mode beta qui déçoit régulièrement de par ses bugs et ses imperfections.

Lors de la Google I/O 2017, Kan Liu, gestionnaire senior de produit chez Google, a révélé dans une interview que les applications Google étaient à 80% terminées. Le gros problème, dit-il, est de clôturer les 20% restants.

Actuellement, les utilisateurs de chromebook sont donc bloqués dans cette transition vers le Play Store. Une déception amère, surtout pour ceux disposant d’un modèle qui ne supporte pas le mode beta de cette fonctionnalité.

Les périphériques

En seconde position dans ce “hall of shame”, on retrouve le manque de support pour certains périphériques.

De fait, malgré les nombreuses années qui nous séparent de 2011, il est toujours impossible de connecter son chromebook à certaines imprimantes de marques populaires et d’imprimer quelques simples documents textes.

Il n’est cependant pas impossible d’imprimer depuis un chromebook. En effet, on peut le faire via Google Cloud Print sur les imprimantes WiFi qui supporte ce système, c’est-à-dire un bon nombre d’entre-elles.

De plus, le support de l’impression locale est en cours de développement depuis un moment par l’équipe chrome OS de Google, et devrait être disponible de façon globale d’ici quelques temps.

Il semblerait donc que le manque de support pour l’impression locale soit en cours de résolution. Reste à voir si le problème sera totalement résolu ou s’il restera des marques ou modèles non supportés une fois la fonctionnalité disponible.

Pour ce qui est des autres périphériques plus spécifiques que les imprimantes, rien n’a été annoncé jusqu’ici par Google pour ce qui est de l’ajout de leur support. On peut supposer que les mises à jour vont progressivement amener leur lot d’amélioration, mais il faudra du temps avant qu’on puisse brancher autant de choses à un chromebook qu’à un pc Windows et espérer que cela fonctionne.

Recommander un chromebook à un ami ?

Ami

Après avoir questionné les participants à l’enquête sur les avantages et les inconvénients des chromebook, j’ai voulu sortir des questions classiques et leur proposer une mise en situation.

Dans celle-ci, Bob, leur très bon ami, avait besoin de leur aide.

En effet, Bob aimerait s’acheter un nouvel ordinateur portable car le sien commence à devenir lent. Il est un utilisateur assez standard : il navigue sur le web, passe du temps sur les réseaux sociaux, visionne des vidéos sur Youtube et regarde quelques films ou séries.

Après cette petite introduction, j’ai demandé aux participants de recommander ce qui, selon eux, serait le meilleur ordinateur portable pour Bob : un Macbook, un pc portable Windows, un pc portable Linux ou un chromebook ?

À cette question, la quasi totalité a répondu de façon unanime : Bob devrait vraiment s’acheter un chromebook.

Pour illustrer les idées qui sont apparues les plus souvents parmi les réponses, voici ce qu’un participant, Jérémy, a rédigé :

Bob a les mêmes besoins que moi. J’ai beau bosser dans l’informatique toute la journée, chez moi je ne fais pas plus de choses que Bob sur mon ordi, en fait ce sont les besoins de tout le monde, et non de l’utilisateur qui n’y connaît pas grand chose comme on nous l’amène souvent.

Donc :  pas un Macbook qui sera surpuissant par rapport à ses besoins, Apple nous les vend comme le portable de monsieur tout le monde, moi je le vois comme un formidable outil pour créateur graphique ou concepteur de musique, mais beaucoup trop cher pour l’utilisation de Bob.

Pas un PC portable Windows, car Windows me semble complètement dépassé en 2017 pour le loisir. C’est un très bon outil d’entreprise et il devrait y rester, les pubs Apple étaient assez juste à ce niveau. Windows est un OS surpuissant qui permet absolument tout, il faut le reconnaître, mais il a tous les défauts de ses avantages : une personne qui va chercher son pain à 500m a besoin d’un vélo, pas d’un avion de ligne qui lui coûtera cher en carburant, sera compliqué à utiliser, et sera impossible à utiliser à la moindre panne. Et la nouvelle interface Métro depuis W8 n’apporte que du visuel, mais derrière ça change pas grand chose. C’est une usine à gaz beaucoup trop complexe dans sa machinerie pour des besoins classiques.

Pas un PC portable Linux : Linux aujourd’hui c’est très bien, on est plus en 2005, ça reconnaît tous les périphériques directement, les applis sont accessibles à partir des gestionnaires de paquets de la même façon que les store d’apps des smartphones modernes, y a plus (besoin) de console à ouvrir ou de sources à compiler depuis très longtemps, bref, c’est un OS moderne adapté à monsieur tout le monde. Le problème est qu’il est difficilement trouvable en préinstallé sur un PC et que son installation peut être un frein, premièrement. Deuxièmement, tant que tout marche, aucun problème, mais à la moindre erreur de mise à jour et avec linux, ça arrive encore, une dépendance pétée ou un truc du genre, ça arrive, ça se répare en 3 secondes…quand on est un peu rodé à linux, donc pas le cas de Bob.

Ceci est du vécu car c’est l’OS que j’ai conseillé il y a 5 ans à une amie complètement dépendante de moi pour l’utilisation de l’outil informatique, et à la moindre mise à jour qui n’a pas bien marché (même java sur le navigateur) elle était complètement perdue. Linux ne permet pas de gérer ça seul quand on y connait absolument rien. De plus, un linux se met à jour régulièrement, mais il faut que l’utilisateur valide les mises à jour, or elle ne le fait pas, et au bout d’un moment, son OS n’est plus du tout à jour et ça commence à ne plus fonctionner.

Si c’était à refaire, je proposerai à Bob ou à mon amie un Chromebook. Tout est géré automatiquement et tout ce qu’elle fait quotidiennement avec son PC (surfer et regarder des videos) est mis en avant sans qu’on ait rien à chercher. C’est clairement l’outil idéal pour cette personne. Je suis persuadé qu’avec ça dans les mains, elle ne me demandera plus JAMAIS d’intervention. Reste à la convaincre après lui avoir vendu Linux comme l’OS ultime (il l’était à l’époque, car Chrome OS n’était pas au point ^^ ).

La simplicité d’utilisation et de maintenance est revenue de nombreuses fois dans les arguments de choix d’un chromebook. De fait, aucun système d’exploitation n’offre jusqu’ici une facilité de mise à jour comme chrome OS le fait.

La sécurité est elle aussi apparue régulièrement. Selon les participants, avec un chromebook, Bob n’aurait en effet plus jamais à se soucier des virus et autres malware qui apeurent tant d’utilisateurs Windows.

En plus de vouloir éviter à leur ami des frustrations et des peurs, les personnes sondées ont également voulu lui éviter des dépenses inutiles. En effet, beaucoup ont mentionné que, dans l’intérêt du portefeuille de Bob, il était largement préférable de se tourner vers un chromebook plutôt qu’un autre appareil. La comparaison avec les prix exorbitants des ordinateurs portables Apple a d’ailleurs été faite plus d’une fois.

Même si la quasi totalité des participants ont choisi d’orienter leur ami vers un chromebook, certains ont pris la précaution d’ajouter une petite nuance. Avant que Bob ne prenne sa décision finale, il était important de l’informer des différences avec Windows, et surtout du manque d’application qui va pour l’instant de pair avec chrome OS.

Le Google Play Store

Google Play Store

“Ton chromebook dispose-t-il du Google Play Store actuellement ?”

De façon assez surprenante, il y a eu presque exactement le même nombre de réponses positives que négatives à cette question. Ainsi, 51% ont répondu ne pas disposer du Play Store actuellement tandis que 49% ont dit en disposer.

Personnellement, je m’attendais à ce qu’un nombre nettement plus réduit de personnes réponde de façon négative. En effet, seule une minorité des chromebook dispose actuellement de l’accès aux applications Android.

Il semblerait donc que, même si cette fonctionnalité est actuellement en mode beta, l’accès au Play Store est un argument de choix majeur lors de l’achat d’un chromebook.

On peut aussi supposer que la popularité des modèles à l’écran tactile et réversible joue un rôle dans cette statistique. L’Acer R11 et R13 ainsi que l’Asus Flip disposent tous du Play Store tandis que les modèles non tactiles tels que l’Acer 14 et l’Asus C300 n’y ont pas encore accès (mais l’auront à l’avenir).

La sortie officielle de cette fonctionnalité tant attendue sur tous les modèles n’ayant pas encore de date fixée, il est compréhensible que certains acheteurs ne veuille pas patienter et préfèrent choisir un modèle compatible, quitte à devenir un beta testeur.

J’ai d’ailleurs profité de ce sondage pour demander à ces beta testeurs malgré eux de me donner leur retour d’expérience sur le Play Store, et voici ce qu’ils m’en ont dit.

Que penser du Play Store sur chromebook ?

Deux idées principales sont ressorties des réponses fournies par les participants.

La première, très positive, est que le Play Store permet effectivement d’ajouter des tonnes de fonctionnalités à un chromebook. On peut y jouer à des super jeux comme Clash of Clans ou Dragon Mania, retoucher des images, monter des vidéos, programmer, lire des livres, et bien plus encore.

Dès le moment où un chromebook dispose des applications Android, la seule limite à son utilisation est… eh bien les applications Android ! Tant qu’il y aura des développeurs pour concevoir et programmer des applications pour l’écosystème Android, il y aura des fonctionnalités toujours meilleures et plus complètes.

Cependant, c’est là qu’arrive la seconde idée principale qui est sortie des réponses des participants. Qui, elle, est nettement moins positive que la première.

Actuellement, lorsqu’on tente d’utiliser les applications Android sur son chromebook, il est évident qu’elles n’ont pas été conçues pour ça.

Le problème n’est pas tellement au niveau des bug et des crash d’application, quoi que ça arrive encore de temps en temps. En fait, c’est surtout que les applications n’ont pas été conçues pour être utilisées sur un grand écran comme celui d’un ordinateur portable.

L’utilisateur se retrouve donc, et c’est le cas pour énormément d’applications, avec du texte trop petit, des images mal dimensionnées ou encore un menu mal adapté. Certes, il est toujours possible d’utiliser l’application, mais ce manque d’adaptation à un grand écran ruine totalement l’expérience utilisateur.

En plus de la taille du contenu qui cause souci, de nombreuses applications ne disposent pas encore de moyen pour être utilisées de façon non tactile, c’est-à-dire via clavier, pavé tactile et souris. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle les chromebook qui disposent actuellement du Play Store en mode beta sont quasi exclusivement tactiles.

Enfin, d’autres détails techniques tels que les fenêtres redimensionnables, le drag & drop ou encore le hover ne sont quasiment pas implémentés par les développeurs Android, dont le marché jusqu’ici a quasi uniquement été les smartphone et tablettes.

Google, ayant fort intérêt à encourager les développeurs Android à adapter leurs applications pour les grands écrans, a dédié une conférence lors de la Google I/O 2017 à ces exacts soucis d’implémentation.

Pour aider les développeurs dans leur travail, un outil d’émulation de chromebook a même été développé afin que les programmeurs puissent ajuster leur code sans avoir à posséder un chromebook pour le tester. Une fois totalement fonctionnel, cet émulateur sera probablement intégré à Android Studio, l’outil de développement principal pour Android, ce qui devrait nettement améliorer le support pour les grands écrans.

Les attentes des utilisateurs

Si Google met tant de temps à officiellement sortir le Play Store sur chromebook, et à s’assurer que cette fonctionnalité ne soit pas à 80% prête mais bien à 100%, c’est qu’il y a une raison.

En effet, les chromebook ont un très grand rôle à jouer dans la stratégie de Google. Ils sont la porte d’entrée vers un marché qui jusqu’ici n’était quasiment occupé que par deux entreprises : Microsoft et Apple.

Ce marché, c’est celui des ordinateurs à usage professionnel.

Car oui, même si Android est le système d’exploitation pour mobile de très loin le plus populaire au monde, avec plus de deux milliards d’utilisateurs, il n’est que ça : mobile.

Or, là où le mobile est parfait pour de nombreuses tâches comme lire des articles, écouter de la musique, jouer à des jeux, visionner des vidéos ou consulter rapidement des données, il n’est pas du tout adapté pour l’utilisation professionnelle dont énormément de gens et d’entreprises ont besoin.

Bien sûr, vous pouvez consulter un document texte ou un email sur votre smartphone. Mais pour l’écrire, allez-vous utiliser le clavier de votre téléphone ou plutôt passer sur votre ordinateur portable par simple souci pratique ?

Et qu’en est-il de la programmation, du graphisme, de la comptabilité, de l’analyse, de la bureautique, du montage vidéo ou du mixage audio ? De la retouche d’image, de la gestion de finance, de la composition de musique ou encore tant d’autres cas d’utilisation qu’il est possible de rencontrer dans son usage professionnel ?

Les applications Android, actuellement, sont principalement des outils de consommation. Pas de production.

On lit des livres, on écoute de la musique, on regarde des vidéos, mais lorsqu’il s’agit de produire du contenu, on passe tout de suite de son smartphone Android à son Mac ou son pc Windows.

Et c’est exactement là que se trouve l’opportunité offerte à Google par les chromebook. Devenir un outil non seulement de consommation, mais également de production. Et ainsi offrir aux utilisateurs actuels de Mac OS et Windows une troisième alternative.

Dès le moment où on prend en compte toute l’importance du Play Store dans la stratégie de Google, on comprend mieux que l’entreprise préfère prendre son temps afin d’avoir un produit totalement fini plutôt que faire les choses trop vite.

Cependant, cette patience n’est pas partagée par tout le monde. Lorsque j’ai demandé aux possesseurs de chromebook qui ne disposent pas encore du Play Store quelles étaients leurs attentes à son sujet, les réponses avaient quasiment toutes une chose en commun : l’exaspération.

En effet, beaucoup de ces participants attendent que le Play Store soit disponible sur le modèle qu’ils ont acheté depuis presque un an. Ils ont hâte de pouvoir enfin avoir accès aux applications Android afin de pouvoir bénéficier de leurs fonctionnalités.

Il semblerait que, pour ces personnes comme pour le reste du monde, il va encore  falloir faire un effort de patience quelques temps avant que le Play Store soit officiellement supporté par les chromebook.

Et, peut-être que dans un avenir proche, chrome OS se trouvera aux côtés de Windows et Mac OS en tant que système d’exploitation utilisable non seulement par les particuliers, mais également par les professionnels.

À propos de l'auteur

Robin Lespagnard

Créateur du site Chromebookeur, passionné par les nouvelles technologies et étudiant en E-Business.

22 Commentaires

  • Bonjour Robin.
    Excellent article qui résume très bien l’ensemble de ce que j’ai pu lire sur ton blog. C’est très intéressant et permettra à nombre d’entre nous de se faire une idée sur un futur choix.
    J’ai dévoré ton article avec la curiosité de découvrir le prochain paragraphe 🙂
    J’ai hâte de pouvoir m’en offrir un ! Ça fait plus de 2 ans que je n’ai pas d’ordinateur, je fais tout grâce à mon portable et la seule chose qui me manque c’est un clavier et un écran plus grand !
    Merci pour cette mine d’informations !

    • Tout faire depuis son smartphone ? Misère, offre-toi au moins un clavier bluetooth pour écrire les longs textes et épargner tes pauvres doigts ^^

      Heureux que mon article t’ait plu 🙂 Je te souhaite d’avoir assez d’économies bientôt pour pouvoir te permettre d’en acheter un.

  • Article très intéressant !
    J’appartiens à la catégorie des utilisateurs MacBook/ChromeBook et je dois dire que je me sens un peu piégé dans l’écosystème Apple car tirer un trait du jour au lendemain sur des applications chèrement acquises pour MacOS et iOS c’est assez difficile.
    Mais petit à petit j’affine ma découverte de l’écosystème Google et ses applications pouvant remplacer gratuitement ce que j’utilise sous MacOS, et dont j’ai vraiment l’utilité.🤔
    Et puis les besoins d’un retraité sont moindre qu’une personne en activité, la simplicité, la sécurité, la rapidité, le cout et surtout pas les prises de tête lors des mises à jour sont aujourd’hui pour moi la priorité 😏

    • Haaa, tu es retraité, c’est donc pour ça que tu as le temps d’être aussi actif sur Google+ 😛

      Je rigole, tes commentaires sont super appréciés 😉 Petit à petit, je pense qu’il va être possible de remplacer ses logiciels par des meilleurs rapports qualité/prix grâce à la plus grande compétition qu’Android va apporter. Mais bon, il faudra au moins quelques années avant de pouvoir s’en tirer avec uniquement Android pour toutes les tâches « avancées ».

    • Les derniers modèles de Chromebooks avec écran tactile, les apps Android et un bon processeur Intel rendent ces ordinateurs irremplaçables !

  • Bonjour.
    Je suis informaticien et je m occupe de Windows. J avoue avoir envie de m acheter un chromebook en plus de mon fixe. Ce qui me freine pour mon achat est le peu de magasins qui propose de chromebook dans leur catalogue, pas d écran 17pouces ou au moins 15.6 pouces, trop peu de logiciels.
    Il faut reconnaitre, il est dur de prendre la décision de passer de l environnement Windows à celui de Google.
    Bonne journée

    • Rejoins le bon côté de la Force, cesse donc de lutter 😛

      C’est pas comme si c’était un investissement énorme. Y a de très bons chromebook sous les 350€

  • Merci pour ton article, vraiment très intéressant ces retours, et merci pour l’intégration complète de ma réponse 😉

    C’est vrai que c’est toujours un peu frustrant d’avoir ces petits ordis qui font tout super bien et d’être bloqués pour quelques utilisations productives (tout dépend de ce qu’on appelle productif) : si demain je jette mon PC linux, je ne pourrai plus ripper de CDs et gérer leurs tags pour les envoyer vers play musique…

    J’ai prévu d’acheter un nouveau combo scanner/imrpimante, un truc orienté cloud, pour voir si je peux tout gérer à ce niveau là dessus, car ma canon pixma actuelle est une imprimante wifi mais si j’éteins le PC Windows de ma femme sur lequel elle a été installée, je n’y ai plus accès, alors qu’elle est bien reconnue par ma box et par cloud print (et que j’imprime depuis mon CB sans problème TANT que le PC de ma femme est allumé…)

  • Excellent article qui fait très bien le point exact de la situation des Chromebook. Je suis blogueur et mon Chromebook me suffit largement et m’a permis de me débarrasser définitivement de Windows. Ce qui fut pour moi qui l’utilisais depuis sa création une vraie délivrance. D’autres ce que j’ai lu Google est en train de préparer un nouveau système d’exploitation qui permettra enfin la fusion parfaite entre Chrome OS et Android, et se rapprochera encore plus de Windows. Ce qui, à mon avis, mettra un terme à la supprématie de ce même Windows.

  • Robin,
    Merci pour cet article. Très bonne synthèse. Et à partir d’une enquête en ligne en plus. Beaucoup de travail sans doute mais une expériences à renouveler. Les commentaires de l’auteur éclairent aussi les réponses des lecteurs. Un nouveau mode journalistique. J’ai mieux compris les prochains enjeux du Chrome OS et de Google Play : l’entreprise, le poste de travail et la production. A suivre…

  • Merci Robin pour cet article. Pour répondre à la question « Faut-il créer une communauté d’utilisateurs de Chromebook » ? Je la repose ici car je ne saurais y répondre seule. De mon côté, j’ai peu de temps pour lire en dehors de mon travail.
    Il y a déjà celle sur Google+ qui me paraît la plus visible, encore faut il du temps. https://plus.google.com/u/0/communities/107338108149562151156. A moins que tu préfères créer la tienne…

    • Salut Claire,

      Effectivement, il y a déjà cette communauté-là. Quoique pas énormément active ni productive. Si à un moment je sens qu’il y a un réel besoin, je créerai.

  • Depuis 6 mois je cherche un remplaçant à mon iPad plus que vieillissant comme tablette mais aussi comme moyen d’écriture occasionnel. Du coup je lis tout ce qui est publié sur les chromebooks qui me tentent sur bien des aspects. Mais à l’heure actuelle il reste 3 freins :
    – le peu de choses que je peux faire avec sans connexion, or quand j’en ai besoin comme outil d’écriture, je suis dans des lieux où le wifi est banni. Même pas possible de rajouter un RDV par exemple d’après ce que j’ai pu lire. Modifier un fichier, oui, le renommer ou en créer un nouveau à priori non ??? Choses que je fais facilement avec d’autres Os.
    – l’absence de petits bijoux comme DayOne ou Ulysses.
    – et surtout, l’absence, sans doute définitive, en France d’un des modèles qui me ferait franchir le pas : Asus Chromenook Flip C302, Samsung Chromebook Plus ou Pro…

    • Salut Thierry,

      Ce sont des freins compréhensibles. Mais laisse-moi te rassurer un peu pour certains points :

      – On peut faire à peu près autant de choses sur un chromebook que n’importe quel autre appareil, même sans connexion à internet. Surtout avec les applications Android. On peut donc évidemment lire et éditer des fichiers, les renommer, en créer de nouveaux, en supprimer, etc. Et ce qu’il n’est pas directement possible de faire de base via chrome OS, des extensions chrome ou des applications Android le permettent, ce qui règle le problème.

      – Maaaaaaaaaaaah le Google Play Store est absolument gigantesque, tu vas forcément y trouver ton bonheur pour remplacer des trucs comme DayOne ou Ulysses.

      – Nous partageons tous ta tristesse pour les Samsung… Par contre, le C302 devrait arriver sur le marché européen dans les mois qui viennent. Et je suis personnellement curieux de voir les prochains modèles qu’Acer va sortir.

      • Bonjour Robin,

        Merci pour ta réponse. Tu me rassures grandement.

        Déjà sur les capacités offline. Pour DayOne, cela tombe bien, car même si son arrivée est annoncée sur Android pour fin de l’année au plus tard, il passe à un modèle par abonnement, ce que je n’aime pas du tout. J’ai pas quitté Adobe pour me laisser p(r)endre par d’autres.

        Je n’avais plus d’espoir pour le C302. J’avais écrit à Asus en février et ils m’avaient dit qu’il sortirait au 2e trimestre. Celui-ci se terminant cette semaine, je pensais qu’ils avaient renoncé.

        Si Acer sort un nouveau 13″, plus léger que l’actuel, je risque d’être preneur.

      • Il faut avoir utilisés « des trucs », comme tu dis, tels que Ulysses et Day One pour comprendre à quel point ce sont des apps très spécifiques et pour des usages bien particuliers (écrire), mais incroyablement bien pensées pour celles et ceux qui en ont l’usage 😉

        Si je peux envisager d’utiliser mon tout nouveau (reçu hier) Chromebook comme machine à écrire économique minimaliste (il a un assez bon écran de 13″, un clavier pas mal du tout et une autonomie qui me semble à la hauteur), c’est parce que, justement, je cherche une machine… minimaliste, pour taper du texte au km… dans Google Docs, faute d’un Ulysses ou d’un Day One, bien plus adaptés.

        Mais je n’envisage pas de remplacer macOS ou iOS, pour tout le reste (y compris Day One et Ulysses), qui va de gérer ma photothèque dans Lightroom au montage vidéo, en passant par la lecture d’ebooks dans une app qui me permet de facilement récupérer mes annotations. Je n’envisage pas non plus de renoncer à Windows… mais là c’est uniquement pour les jeux vidéo 😉

        Je pense qu’il faut insister là-dessus, si on espère que ça s’améliore : un ordi ne sert pas à grand chose sans apps (sans un choix assez large d’apps, et des apps bien finies).
        De ce point de vue, Google et ses Chromebook, peut-être plus encore que Microsoft avec son Windows Store, est à la ramasse : c’est trop long de voir arriver les apps Android et elles sont encore trop… en beta: la plupart des apps Android que j’ai testée sur le chromebook sont franchement moins bien finies que sous d’autres OS (et pas vraiment bien portées sur ChromeOS). Là encore, je n’ai testé que ce qui m’intéresse mais… justement : je peux facilement comparer 😉

        Et c’est un sacré frein pour recommander les Chromebook, à part pour des besoins relativement simples (genre tout ce qui est Web/réseaux, où il excelle grâce à Chrome ou, encore, moi et ma machine à écrire connectée bon marché) mais il est déjà moins séduisant pour d’autres trucs « simples » comme, au hasard, imprimer un fichier 😉

        • Excellente remarque David, je partage (comme de nombreux autres utilisateurs) ta déception concernant les applis Android. Je pense que les dev de chez Google n’ont vraiment pas bien pensé la transition du Play Store vers les ordinateurs portables.

          Mais bon, ils y travaillent… Un émulateur de chromebook est actuellement en cours de développement afin de faciliter grandement la dev d’applis Android pour chromebook, et il sera très probablement intégré à Android Studio dans les mois qui viennent.

          • Oui, j’ai lu l’info pour l’émulateur, c’est une bonne nouvelle… même si un peu légère quand on pense que c’est Google, donc qu’ils ont probablement les moyens de faire plus pour encourager les devs à « penser Chromebook » 😉

        • Je m’auto-réponds, en guise d’edit: même si ce que je dis semble critique, c’est à prendre dans un sens positif. Je trouve la machine que je teste très agréable, ainsi que Chrome OS lui-même. Je vais très probablement la garder. Mais elle ne répond qu’à certains de mes besoins bien spécifiques. Pour mes autres besoins, ça ne collera pas… actuellement, car ça pourrait changer si plus d’apps étaient dispo et si elles étaient adaptées à l’écran d’un Chromebook.

  • Bonjour et merci pour cet article très intéressant. Je suis une utilisatrice des chromebooks depuis leur sortie et je me félicite tous les jours de ce choix : je confirme toutes les qualités et j’ai appris très rapidement à contourner les habituels logiciels de bureautique par leurs versions online et suites google. Je suis documentaliste et enseignante et, continuellement connectée. j’ajouterai une autre qualité qui est la robustesse, car depuis 3 ans que je transporte tous les jours et dans toutes les situations mon chromebook, je n’ai eu aucun problème. J’attendais avec impatience la sortie du samsung et je ne savais pas qu’un Asus était en prévision de sortie. Dans tous les cas, cet ordi remplit bien son job, aucun regret et c’est mon unique ordinateur.

Laisser un commentaire