Avis de 5 Experts : Chromebook, Meilleur que Pc Windows ?

Depuis que leurs ventes ont dépassé celles des Mac aux États-Unis, les chromebook gagnent toujours plus en popularité.

Petit à petit, le grand public est introduit à ces machines bizarres qui semblent ne pas faire grand chose, mais qui fonctionnent tellement bien.

Peu chers, rapides sécurisés, les chromebook ont vraiment de quoi plaire à la majorité des gens. De fait, pourquoi investir 500€ dans un ordinateur portable Windows quand on peut avoir mieux et pour moins cher en achetant un chromebook ?

En quoi les chromebook sont-ils meilleurs que les ordinateurs portables sous Windows ?

Passer à un chromebook, ça fait peur. Il faut sortir de sa zone de confort et apprendre de nouvelles façons de faire.

Voilà pourquoi j’ai demandé à 5 experts dans le domaine des chromebook de répondre à cette question : “En quoi les chromebook sont-ils meilleurs que les ordinateurs portables Windows ?”.

Comme tout le monde, ces experts ont dû à un moment sortir de leur zone de confort et affronter les changements qu’apportent les chromebook.

J’espère que leur avis permettra à ceux qui hésitent encore de se faire une meilleure idée des avantages et des inconvénients à passer à un chromebook.

Nicolas, de mychromebook.fr

Google, plus connu du grand public pour son moteur de recherche, son système d’exploitation Android et son navigateur web Chrome, a franchi un cap depuis 2011 en s’attaquant frontalement aux OS forts du marché de l’informatique : Windows et MacOS. Le géant de la recherche veut profiter de l’omniprésence de son navigateur Chrome pour développer tout autour de lui un système d’exploitation complet et tourné vers l’avenir avec un stockage et une utilisation online.

Si les débuts de ChromeOS sont restés confidentiels, il est fort à parier que d’ici la fin de l’année 2016, Chrome OS, installé sur les Chromebook, ChromeBox et ChromeBase, va trouver son public grâce à l’arrivée sur la majeure partie des appareils du Google Play Store. Et si vous voulez changer d’ordinateur pendant l’année, voici pourquoi vous devriez peut-être envisager de vous tourner vers un Chromebook plûtot qu’un PC sous Windows.

C’est la crise !

Cela ne vous a pas échappé, les temps sont durs et la classe moyenne n’a plus le même budget pour ses loisirs. Pourquoi dépenser trop d’argent pour s’équiper d’un ordinateur alors qu’il est totalement possible et ce pour la majeure partie des utilisateurs d’avoir un appareil qui couvre la quasi-totalité de ses besoins à moindre coût.

En effet, pour acquérir un ordinateur Windows ou Mac, avoir une machine fonctionnelle et durable dans le temps à moins de 500€ et une quête très difficile. De plus, il faudra vous acquitter d’une license pour utiliser Word, Excel ou encore PowerPoint.

Au contraire, les Chromebook peuvent être achetés à des prix avoisinant les 300€ et Google offre à tous les utilisateurs un accès gratuit et illimité à toutes les applications Google, comprenant Docs et Sheets qui remplacent très avantageusement le pack Office.

Durabilité extrême

Pour ceux qui utilisent un ordinateur fonctionnant avec Windows, vous êtes coutumier des mises à jour lourdes et chronophages qui veulent monopoliser votre ordinateur pendant plusieurs minutes et même dépasser l’heure en fonction de votre connexion. Sur Chromebook, les mises à jour sont complètement transparentes et se téléchargent en fond de tâche pendant que vous utilisez votre appareil. Lorsque celle-ci est complètement téléchargée, il vous suffit de redémarrer votre ordinateur, ce qui se fait en quelques secondes.

Mieux encore, un Chromebook peut n’être allumé qu’une fois tous les 6 mois et il vous suffira de quelques secondes d’utilisation pour que les mises à jour se fassent sans même vous en apercevoir. À l’inverse, essayez sur Windows de ne pas l’allumer pendant des mois et vous verrez qu’il vous faut plusieurs heures pour pouvoir commencer à le réutiliser.

Google va même plus loin que les autres  puisqu’il garantit une mise à jour de tous ces Chromebook pendant 5 ans avec une politique de fin de vie très établie. Cela ne signifie pas qu’au bout de 5 ans l’appareil n’est plus utilisable mais au vu de l’évolution des composants électroniques, il sera peut-être difficile de faire tourner certaines applications avec un processeur double coeur ou seulemnt 2 Gb de RAM.

La sécurité au premier plan

Vous avez tous entendu parler de virus informatique, malware, spyware et forcément vous vous êtes lancé à la recherche d’un antivirus. Même malgré ça, on n’est pas à l’abri d’être infecté par un virus sur Windows.

Sur Chrome OS, oubliez purement et simplement le mot virus. En effet, si vous utilisez le Chrome Web Store, Google vérifie en amont la totalité des applications que vous allez installer sur votre ordinateur, ce qui vous protège des personnes malveillantes.

Vous pouvez retrouver Nicolas sur son site : http://mychromebook.fr/.

Mathieu, de profduweb.com

Philosophiquement le Chromebook est très vieux, plus vieux que le PC. Il est l’évolution du terminal qui se connectait sur les ordinateurs centraux, dans le temps où les opérations informatiques coutaient une fortune. Bien avant « War game » ou encore « TRON ».

PC Personnal Complexity

PC veut dire: « Personnal Computer ». Ce type d’ordinateur est apparu dans l’histoire de l’informatique bien après les terminaux, au moment où les composantes informatiques ce sont démocratisées. Lors de leur apparition, c’était une révolution ! On pouvait maintenant être autonome dans l’utilisation de ressources informatiques. À nous les calculs complexes et le développement de système en pyjama ! L’ennui c’est que ce genre d’utilisation ne s’adresse qu’aux chercheurs, aux développeurs, aux universitaires et autres grands utilisateurs, ceux qui développent des logiciels, qui font des calculs pour la découverte de nouveaux médicaments, etc.

Pour les utilisateurs « normaux », l’autonomie plaisante du moment a fait place à la complexité, les problèmes de pilotes (drivers), les soucis de virus et de malware. Le grattage de tête permanent est devenu une coutume dans le domaine du PC et surtout avec Windows qui doit être compatible avec TOUTES les composantes du marché et depuis presque le début de l’histoire du PC.

On comprend facilement l’instabilité que certains éprouvent avec leurs machines. Mais bon, ça, c’est l’aspect matériel vous me direz… Moi monsieur, mon PC Windows fonctionne super bien… Quand je peux l’utiliser entre deux mises à jour critiques et trois installations de nouvelles versions de tel ou tel logiciel. Vous l’aurez compris, avec un PC sous Windows nous sommes tous devenus des techniciens en maintenance informatique ! Et la plupart du temps, nous attendons des heures et des heures entre un redémarrage obligatoire et des amorçages qui n’en finissent plus.

Le chromebook est maintenant là

« Oh joie et allégresse pour l’utilisateur lambda »

Maintenant, on peut appuyer sur le petit bouton et « BOOM » ça fonctionne ! Pas te soucis de virus, de malwares, des mises à jour et autres trucs qui te pop-up dans le visage et qui te pose des questions pour lesquelles tu n’as pas beaucoup d’autres choix que d’appuyer sur le bouton « OK ». Pas de sauvegarde et de tracas, en fait, c’est la vraie promesse que l’Informatique (avec un grand I) nous avait faite. Un outil pour communiquer, partager, produire.

Un Chromebook, c’est avoir tous les avantages de l’Informatique sans ses ennuis et tout ça, à petit prix !

Vous pouvez retrouver Mathieu sur son site : http://www.profduweb.com/ ou via son podcast : http://electiqueshow.net/ ou encore son Tipee : http://goo.gl/KQcQZA.

Sébastien Lopes, architecte IT

Plutôt que de me poser la question sous cet angle, je vais essayer de partir d’un postulat : depuis 3 ans, je n’utilise plus (dans le sens : “je n’ai plus besoin d’utiliser”) mon portable tournant sous Windows, ni même mon PC sous Ubuntu, même si ça n’est pas le sujet de cette discussion.

Pourquoi ?

Windows, c’est la facilité, le confort d’un système avec lequel la plupart d’entre nous sont nés, en tout cas pour les utilisateurs “lambda”. Qui n’a jamais cliqué sur le menu “Démarrer” ? (…ne serait-ce que pour éteindre un PC).

Linux, c’est le sentiment de revenir dans le droit chemin, parce qu’à un moment, on en a marre de pirater tous les softs possibles, pour éviter de payer plusieurs centaines d’euros pour un système d’exploitation ou une suite bureautique.

Mais dans les deux cas, ce qui m’ennuie le plus, ce sont les mises à jour, les installations, les DLL manquantes ou les dépendances brisées, sans parler des heures passées sur les forums pour comprendre d’où vient ce message d’erreur agaçant qui m’empêche d’écouter ma musique en consultant mes mails.

Puis, j’ai regardé de plus près l’Univers de Google. Gmail, Drive, Docs, Photos, etc… d’autant plus que je n’ai jamais été fan de l’iPhone et que j’utilise Android depuis un certain HTC desire. Je me suis rendu compte que j’allais de plus en plus sur mon navigateur, et de moins en moins dans mes programmes “installés en dur” sur l’un ou l’autre des systèmes d’exploitation. “Tiens, Google a aussi un système d’exploitation : ChromeOS.” Je l’ai d’abord regardé d’un oeil distrait, et les aléas de la vie ont fait que j’ai mis la main sur un chromebook.

Boum !

Boot en moins de 10 secondes, pas de “windows update” ou “aptitude dist-upgrade”, pas d’antivirus à mettre à jour, pas de risque de corruption de système, une restauration simple et efficace, un profil qui redescend “tout seul” quand je change de matériel….

Alors ce qui différencie le plus à mon avis ChromeOS du reste, c’est ça : l’efficacité. Je suis débarrassé de la logistique, et je me concentre sur l’usage. On pourrait parler des limitations, comme par exemple le fait qu’en mode “hors ligne”, je n’accède pas au contenu en ligne (oh, wait ! mais c’est la même chose sur les autres systèmes, non ?) Je force le trait, je sais que ça peut gêner de ne pas pouvoir faire de traitement d’image sur son PC quand on est dans l’avion ou dans le train (parce que sérieusement, partout ailleurs, je trouverai toujours une connexion si j’en ai besoin, non ? Vous n’allez pas me dire qu’en rando dans les montagnes, je vais avoir besoin de mon laptop…).

On peut aussi se dire qu’avec une bonne tablette et un clavier bluetooth, on aura la même chose. Oui, c’est vrai… mais à quel prix ?

Parce qu’un autre argument massue des “chrome devices”, c’est le prix. A part quelques machines de guerre faite pour celles et ceux qui aiment dépenser leur argent (le Pixel, le Dell haut de gamme…), vous trouverez entre 300 et 500 euros de quoi largement répondre à vos besoins. J’ai la chance d’avoir pu tester un grand nombre de chromebooks dans les 3 dernières années, et sincèrement, pour mon fameux utilisateur “lambda”, un chromebook à 300 euros (comme le Acer R11 sur lequel j’écris en ce moment) sera largement suffisant.

Alors oui, je ne suis sans doute pas objectif, mais depuis 3 ans, il se trouve que je n’ai jamais eu aucun blocage qui m’a renvoyé vers mes “anciens” équipements informatiques…. Tiens, où sont-ils au fait ? Il faudrait peut-être que je les démarre pour faire les milliers de mises à jours manquantes. Je vous laisse, ma bande passante va souffrir pendant 3 jours (ah oui, j’y pense, il faut être connecté pour maintenir Windows et Linux à jour, non ?).

Vous pouvez retrouver Sébastien sur son profil Google Plus : https://plus.google.com/+SebastienLOPES

Guy Déridet, de deridet.com

Ils démarrent instantanément (moins de 10 sec) Un PC, après quelques mois d’utilisation peut être très long à démarrer.

Ils sont insensibles aux virus, malware, et autres ramsonware qui inondent de plus en plus les PC.

Ils coûtent moins cher, car pas de licences à payer. Sur les PC, la licence Windows de base coûte 100 à 300 euros.

Autrefois d’allure plutôt cheap, les Chromebooks d’aujourd’hui peuvent rivaliser d’élégance avec plus chers des PC ultra portables, pour un prix 5 fois inférieur. Voir par exemple l’Acer R13.

Les mises à jour sur Chromebook sont fréquentes, automatiques et transparentes pour l’utilisateur. Sur les PC…no comment

La gestion des Chromebook en réseau est un plaisir pour un administrateur, car ce sont des machines Linux au départ donc pensées pour le réseau et Internet. Avec les PC … no comment.

Le nombre d’applications sous Chromebook est déjà impressionnant.  Avec l’arrivée d’Android et son million d’applications le Chromebook sera, de loin, l’ordinateur le plus intéressant du marché. Quant aux applications sous Windows 10… no comment !

Du point de vue de la durée de la batterie les Chromebook sont supérieurs aux PC. On en est à plus de 13 heures d’autonomie sur un Dell 13. Sous Windows, le système étant loin d’être optimisé, il n’y a pas de comparaison possible.

Du point de vue de la prise en main par les utilisateurs, il n’y a pas photo non plus. Sous Windows 10 il faut apprendre plein de choses, pas toujours évidentes. Sur Chromebook, il suffit de connaitre Chrome pour savoir s’en servir. Et Chrome est de loin beaucoup plus utilisé maintenant, surtout en France, qu’Edge ou l’antique Internet Explorer.

Les Chromebook sont conçus pour Internet. Les PC ne l’ont jamais été et sont loin d’égaler les Chromebook dans ce domaine.

Dans le domaine professionnel, les américains ont bien compris que les Chromebook peuvent, la plupart du temps suffire aux besoins de quantités d’entreprises, pour un coût d’achat et d’utilisation bien inférieur. Pour les besoins plus spécifiques ou pointus, au demeurant, Apple est bien mieux placée que Microsoft !

Un ordinateur sans programme, ça ne peut pas fonctionner. Avec un Chromebook on a tout sous la main, et gratuitement. Notamment avec la suite bureautique Google. Avec Microsoft, on a le droit d’acheter Office et quantité d’autres logiciels fournis à l’essai. Au début, on pouvait arguer que les applications Chrome ne fonctionnaient qu’en ligne. Ce n’est plus vrai aujourd’hui. La plupart des grandes applications Chrome (bureautique, e-mails, G drive) fonctionnent aussi hors ligne, et toujours en ligne.

En matière de jeu, les Chromebook étaient inférieurs, mais avec l’arrivée d’Android, ils vont facilement repasser en tête. Pour une prix inférieur encore une fois, car les machines de jeux performantes sous Windows sont plus chères que les machines pour la bureautique.

On peut dire ce qu’on veut ; les chiffres sont là. Les ventes de PC diminuent chaque jour. Les ventes de CB explosent aux USA et bientôt en France, avec l’arrivée d’Android. Tout le reste est littérature.

Vous pouvez retrouver Guy sur son site : http://www.deridet.com/.

Michael Ravier, de Oùkejaille

Consultant en solutions collaboratives pour les entreprises et grand utilisateur d’outils Google, voilà de nombreuses années que j’ai progressivement déplacé mes outils de travail et ma vie numérique dans le cloud. Depuis environ 2 ans je travaille exclusivement dans mon navigateur, sans stocker aucun document en local. Se posait alors la question : pourquoi rester avec un système lourd tel que Windows ou Mac OS alors que je peux me débarrasser du superflu ?

Cet été j’ai sauté le pas. J’ai non seulement acquis un Chromebook (le DELL Chromebook 13), mais j’ai revendu mon unique PC. Le Chromebook est désormais mon unique appareil personnel et professionnel, et j’en suis enchanté.

Voici pourquoi.

C’est plus rapide

Chrome est pour moi un navigateur incontournable (synchronisation des formulaires, mots de passe, favoris, coockies et historique de navigation, extensions… etc).

Malheureusement, ce qui était en 2009 un navigateur minimaliste et ultra léger est devenu, ne mâchons pas les mots, un ogre en mémoire vive et ressources processeur, sous Windows ou Mac. Cela s’en ressent sur la vitesse d’exécution, la durée de vie de la batterie (parfois divisée par deux par rapport à Edge ou Safari !), le déclenchement des ventilateurs pour refroidir le processeur.

Sur Chromebook, rien de tout cela. Le système étant optimisé et réduit à l’essentiel (le navigateur), les pages se chargent plus vite, la navigation est beaucoup plus fluide (aucune saccade dans le défilement), et cela, même avec un processeur “lent” (Intel Celeron) et 4Go de mémoire vive. Je peux jongler entre 15 onglets sans ralentissement notable. C’est extrêmement appréciable au quotidien. De même, mon DELL Chromebook 13 est complètement silencieux et la batterie dure, en conditions réelles de travail intendsf, autour de 9 heures.

J’ai tout ce qu’il me faut

Certes les Chromebook ne sont pas pour tout le monde. Ceux qui fonctionnent “à l’ancienne” seront probablement perdus sans leurs Outlooks et fichiers multimédias stockés localement. Mais mon expérience me montre qu’il est désormais possible de faire à peu près n’importe quoi dans le navigateur. Jusqu’à l’utiliser comme lecteur de musique (des centaines d’albums hébergés gratuitement dans mon Google Music). Même mon imprimante – scanner basique dispose d’un serveur web permettant de numériser les documents via le navigateur.

Et lorsqu’on n’a pas de connexion ?

Et bien c’est aujourd’hui très rare de se trouver dans cette situation. Je n’ai d’ailleurs même pas pris la peine d’installer l’extension “GMail Offline” permettant de travailler sans connexion Internet. Je rédige actuellement cet article dans Google Docs, à bord d’un train entre Paris et Clermont Ferrand. Les ruptures de connexion 3G sont plutôt rares. Et même si elles surviennent, certains service comme Google Drive (édition de documents) peuvent être utilisés hors ligne dans le navigateur. C’est pour moi un faux problème. A l’inverse, j’ai la certitude de pouvoir accéder à tous mes documents dans un même espace protégé, toujours à jour, sans risque de conflits de version pour les documents partagés.

Finalement, le seul élément qui me manque pourra vous paraître anodin : c’est mon gestionnaire de mot de passe. J’utilise une application gratuite géniale, (“Safe in Cloud”), qui nécessite malheureusement d’être installée sur PC et smartphone. Mais cette carence devrait bientôt être réglée avec la possibilité prochaine d’installer des applications pour Android sur Chrome OS (ce qui ouvre de nombreuses perspectives pour les usages “pointus” et signe selon moi le début de la fin pour Windows).

… et rien de ce qu’il ne me faut pas

Le plus appréciable dans un Chromebook, c’est surtout ce qu’il n’y a pas : des paramètres compliqués, une ré-installation longue et lourde avec des dizaines de mises à jour à installer, des applications inutiles qui se lancent au démarrage, etc. Initialiser un Chromebook pour la première fois est aussi rapide et simple que se connecter à sa boite mail.

Fonctionnant beaucoup sur une connexion 3G et 4G, je suis également assuré que le système ne mangera pas tout mon forfait DATA avec des téléchargements de mises à jour.

En cas de problème, il me suffit d’ajouter mon compte sur un autre Chromebook, et tous mes paramètres, raccourcis, applications sont réinstallés automatiquement en 30 secondes.

Malgré ce dépouillement, les Chromebook ne sont pas aussi limité qu’on pourrait le croire : ils gèrent parfaitement les écrans externes, beaucoup de périphériques USB (jusqu’aux cartes son externes, adaptateur Ethernet…), et cela sans la moindre bulle “installation en cours”. Gérer ces périphériques (comme le positionnement d’un écran, le choix de la sortie son) se fait extrêmement facilement depuis le menu inférieur droit.

Le Chromebook est enfin parfaitement sécurisé : la simplcité du système favorise sa robustesse. Par ailleurs les données sont sauvegardées en ligne, et rien n’est accessible en local (la mémoire tampon est cryptée). Enfin, je peux facilement déverrouiller ma session Chromebook en posant simplement le doigt sur le lecteur d’empreinte digitale de mon smartphone. Pratique…

Une diversification des produits

Pourquoi avoir attendu si longtemps, me direz vous ?

Parce que je suis aussi exigent sur le matériel que sur le logiciel.

Je suis intraitable en particulier sur la qualité d’écran; Pas question pour moi de descendre en dessous d’une résolution Full HD avec une technologie IPS, qui permet de bons rendus de couleurs et des angles de vision larges.

Jusque très récemment, aucun Chromebook ne répondait à ces critères, hormis peut-être le Toshiba Chromebook 2, excellente machine dans l’ensemble mais avec un processeur semble-t-il trop limité pour mes besoins (équivalent à ce qu’on trouve dans un smartphone). J’ai envisagé d’acheter le Chromebook Pixel, la Rolls à $1400 de Google, mais aucune version française (AZERTY) n’existait sur la deuxième génération.

Aujourd’hui la catégorie “Chromebook” commence à accueillir des machines dites “professionnelles” très bien finies, comme le DELL Chromebook 13 ou le HP Chromebook 13 G1. Elles sont certe deux fois plus chères que la moyenne des Chromebook en version de base, mais pourquoi diable cette plateforme n’aurait-elle pas droit au Premium ? L’expérience montre qu’elle n’ont aucune raison de se cantonner au rôle de “2e machine de salon pour surfer un peu sur le web”.

Et pour 500€, je peux vous assurer que la qualité de finition vaut bien celle d’un PC Windows à 1000€. Outre l’écran flatteur, le clavier rétro-éclairé du DELL est le plus agréable que j’ai jamais utilisé. Le glissé du trackpad surpasse probablement celui d’un macbook Air. Seul le poids du DELL est un peu élevé (1,6kg pour un 13 pouces), mais sa prise est main est agréable et la batterie me permet de laisser le chargeur à la maison.

Pas seulement pour l’écosystème Google

On pourrait redouter, en optant pour un Chromebook, s’enfermer dans l’écosystème Google. Je ne pense pas que cela soit le cas, à la différence peut-être d’Android, qui intègre quantité d’applications Google.

En effet un Chromebook se contente avant tout de proposer un navigateur Internet ultra-performant. Et ce navigateur excelle aussi bien avec Google Apps que Microsoft Office 365, par exemple. Il faut certes un compte Google pour créer une session, mais le lien de subordination s’arrête là et aucun application pré-installée n’encourage leur utilisation “par défaut”.

Il m’arrive d’ailleurs d’effectuer des formations sur cette suite, et de recommander comme pour Google Apps, d’éditer des documents Word directement dans Word Online, accessible dans le navigateur. L’expérience utilisateur sur un Chromebook est tout aussi excellente qu’avec les Google Apps. Il s’agit simplement d’adopter définitivement la version “service en ligne” des outils que nous avons l’habitude d’utiliser, et d’abandonner les logiciels. Les personnes que je forme préfèrent d’ailleurs généralement la version épurée de Office Online à la version encombrée du logiciel Outlook, par exemple.

Vous pouvez retrouver Michael sur son site : http://oukejaille.wixsite.com/oukejaille ou le contacter à l’adresse mail : michael.ravier@oukejaille.com

Avoir plusieurs avis sur les chromebook, ça aide à mieux les comprendre

Un tout grand merci aux 5 experts qui ont bien voulu participer à cet article.

Si vous voulez savoir quels sont les meilleurs chromebook du marché pour l’instant, vous pouvez jeter un oeil à mon guide d’achat.

Les 5 Meilleurs Chromebook de 2017 : Guide d’Achat

À propos de l'auteur

Robin Lespagnard

Créateur du site Chromebookeur, passionné par les nouvelles technologies et étudiant en E-Business.

4 Commentaires

  • Bonjour,
    après avoir lu ton e-book et à peu près tous les articles, je n’arrive pas à bien savoir si les services de bases (traitement de texte par exemple) sont disponibles hors connexion. Merci d’avance pour ta réponse !

    • Salut Pauline,

      Dis donc, heureux que tu aies eu la patience de lire tout mon contenu. Ta question est répondue dans la foire aux questions de l’e-book,les services de base sont bien entendus possibles hors connexion. Lire et éditer des documents, lire de la musique, des vidéos, ouvrir des pdf, etc.

  • Bonjour
    Je désire avoir accès à certaines émissions de TV genre TéléMatin de France2 mais je n y arrive pas car il y a un message m indiquant: il manque un plug
    pour lire cette vidéo. Je possède un Chromebook de Samsung android et antérieurement il n’y avait aucun problème, même en voyage
    Alors dites-moi svp quel plug me faut-il
    Merci,
    Hélène

    • Salut Hélène, je t’invite à poster ta question sur le forum en précisant au mieux ton problème afin que les participants puissent t’aider de façon optimale.

Laisser un commentaire